Alfred Giard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Giard.

Alfred Mathieu Giard est un zoologiste français, né le 8 août 1846 à Valenciennes et mort le 8 août 1908 à Orsay.

Biographie[modifier | modifier le code]

PSM V74 D523 Alfred Giard.png

Issu d'une famille de la bourgeoisie cultivée, il est fils de négociant en épicerie et petit-fils d’un capitaine d’infanterie. Il est très jeune passionné par l’étude des insectes.

Après des études à Valenciennes et à Douai[1], il entre en 1867 à l’École normale supérieure de Paris et est licencié ès sciences mathématiques, physiques et naturelles (1869). De 1869 à 1872, il est préparateur au sein du laboratoire de Henri de Lacaze-Duthiers (1821-1901) de la faculté des sciences de Paris. Il obtient un titre de docteur ès sciences biologiques avec une thèse intitulée Recherches sur les ascidies composées ou synascidies[2]. .

De 1873 à 1882, il est professeur suppléant d’histoire naturelle à la faculté des sciences de Lille auprès de Camille Dareste de la Chavanne et enseigne à l'Institut industriel du Nord (École centrale de Lille) [3]. De 1875 à 1882, Giard enseigne également à l’école de médecine de Lille. En 1874, il crée son laboratoire privé où il enseigne la biologie marine, dont est issu la Station marine de Wimereux. Notons parmi ses élèves Jules Bonnier, Charles Barrois, Jules Henri Barrois, Louis Dollo et Paul Hallez qui lui succède dans l'enseignement à l'Institut industriel du Nord[4] avant d'obtenir une chaire de Zoologie de la Faculté de Lille[5].

En 1882, Alfred Giard devient adjoint au maire de Lille, Géry Legrand, et est élu en 1885 député de Valenciennes dans les rangs du parti républicain radical.

En 1887, Giard devient maître de conférences de zoologie à l’École normale supérieure de Paris. En 1888, il obtient un cours sur l’évolution qui vient d’être créé à la Sorbonne par le conseil municipal de Paris. Giard y diffuse les idées néo-lamarckiennes et darwiniennes. Ce cours joue un rôle considérable dans la diffusion de la théorie de l’évolution en France. Toujours en 1888, il commence à diriger le Bulletin scientifique de la France et de la Belgique.

En 1889, il entre dans une commission chargée de l’étude des insectes nuisibles. Il se marie en 1892 avec Annie Bond-Cook, trois enfants naîtront de ce mariage mais tous meurent précocement.

Il fait paraître, au terme de plusieurs années de travail, les Controverses transformistes (C. Naud, Paris, 1904), qui rassemblent plusieurs de ses précédents articles. Giard participe à la Mission d'études de la maladie du sommeil dirigée par Alphonse Laveran (1845-1922) et dont les résultats paraissent vers 1904. Parmi ses nombreuses publications, 300 sont consacrées à l’entomologie. Parmi elles, il faut citer son étude sur l’emploi d’un champignon, Isaria densa, pour contrôler les populations de hannetons ainsi que ses recherches sur l’introduction de la cochenille en Algérie. Giard fait figure de pionnier de l’entomologie appliquée en France.

Giard devient membre de l’Académie des sciences en 1900. Il devient président de la Société de biologie et de la Société entomologique de France en 1896, puis en 1905, de l’Association française pour l'avancement des sciences. Il est associé étranger de l’Académie royale de Belgique, de la Société linnéenne de Londres, de l’Academy of Natural Sciences of Philadelphia, etc. Il reçoit un doctorat honoris causa de l’université d’Oxford. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur.

Félix Le Dantec (1869-1917) fait paraître en 1909 une notice biographique sur la vie et l’œuvre d’Alfred Giard sous le titre de Alfred Giard (1846-1908) et son œuvre (P. Klincksieck, Paris, 1909). Ses œuvres seront réunies en 1911 et en 1913 par ses amis et ses élèves et paraissent à Paris par les soins du Laboratoire d'évolution des êtres organisés qu’il avait contribué à créer.

En juillet 2008, le Laboratoire d'Océanologie et de Géosciences de Wimereux (CNRS, Université de Lille 1 et Université du Littoral) a organisé un colloque pour célébrer le centenaire de la mort de Alfred Giard log.univ-littoral.fr.

Sources[modifier | modifier le code]

Orientation bibliographique[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Alfred Giard, Exposé des titres et travaux scientifiques : (1868-1896), Paris, Imprimerie générale Lahure,‎ 1896 (lire en ligne)
  • Gabriel Gohau (1979). Alfred Giard, Revue de synthèse, 3e série (95-96) : 393-406. (ISSN 0035-1776)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire 1933-1934 de l'Association des Anciens Élèves du Lycée de Douai - 71e année - Imprimerie Lefebvre-Lévêque et Cie
  2. Alfred Giard, Recherches sur les synascidies. Suivi de Propositions données par la faculté, Coulommiers, A. Moussin,‎ 1872 (lire en ligne)
  3. Jean-Marie Dewarumez, Alfred Giard et ses élèves Jules Bonnier et philippe François, coll. « Station Marine de Wimereux » (lire en ligne) :

    « En juin 1871, il fut nommé préparateur de zoologie du Professeur Lacaze Duthiers à la Faculté des Sciences de Paris. Il devint ensuite professeur suppléant d'histoire naturelle à la Faculté des sciences de Lille en janvier 1873. En octobre de la même année, il ajouta à ces fonctions celles de Professeur d'histoire naturelle à l'Institut industriel, agronomique et commercial du Nord de la France, puis il devint professeur à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Lille en août 1875. »

  4. Cours de minéralogie et de géologie, professé à l'Institut industriel du Nord de la France par M. Hallez, 1909 (notice BnF no FRBNF305710316)
  5. Paul Hallez (1846-1938) - ASA USTL

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Giard est l’abréviation botanique officielle de Alfred Giard.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI