Germain Bapst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bapst.

Germain Bapst (Paris, 20 décembre 1853 - Paris, 9 décembre1921)[1] est un érudit, bibliophile, collectionneur de souvenirs historiques français.

Germain Bapst fait ses études chez les jésuites. Il entre dans la maison plus que centenaire que son père Alfred Bapst, dernier joaillier de la couronne, dirige avec ses cousins Paul et Jules Bapst. Après la mort de son père en 1879, Germain s’associe avec Lucien Falize. Se rendant compte qu'il avait plus d'aptitudes pour les études historiques et artistiques que pour le commerce, il rompt avec son associé et lui abandonne la direction de la maison.

Il s'acquiert alors une notoriété particulière d'historien, de collectionneur, de bibliophile. Membre de nombreuses sociétés savantes, il était également administrateur du Musée des Arts décoratifs, membre du Conseil de la Manufacture nationale de Sèvres. Il est envoyé de 1883 à 1886 en mission pour le compte du gouvernement en Orient. Il publie en 1886 les Souvenirs de deux missions au Caucase, Les fouilles sur la Grande chaîne en 1885 et Les fouilles de Siverskaia en 1887.

Ses études sont parfois relatives au rôle économique des bijoux, des métaux, à leur provenance, à leurs usages. Il possédait une collection restreinte, mais choisie, qu'il a léguée en partie au Musée du Louvre, au Musée des arts décoratifs de Paris et au Musée du Luxembourg.

Il est trois fois lauréat de l’Institut : Académie des inscriptions et belles lettres, prix Marcellin Guérin (prix de littérature) et Académie française, prix Thérouanne (prix annuel d’histoire).

Il est le frère aîné du général Étienne André Bapst.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie sur le site de l'Institut national d'histoire de l'art.