Joseph Reinach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reinach.
Joseph Reinach
Joseph Reinach en 1912
Joseph Reinach en 1912
Fonctions
Parlementaire français
Député 1889-1898
puis 1906-1914
Gouvernement Troisième République
Groupe politique UD (1906-1910)
GD (1910-1914)
Maire de Digne 1919-1921
Biographie
Date de naissance 30 septembre 1856
Date de décès 18 avril 1921
Résidence Basses-Alpes

Joseph Reinach, né le 30 septembre 1856 à Paris où il est mort le 18 avril 1921, est un journaliste et homme politique français, connu surtout pour son engagement dans l'affaire Dreyfus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Caricature (1893).

Fils d'un banquier d'origine allemande, frère aîné de l'archéologue Salomon Reinach et de l'historien Théodore Reinach, il fait ses études au Lycée Condorcet avant de s'inscrire à la faculté de droit. Il devient avocat et est admis au barreau de Paris en 1877.

Son article « La Serbie et le Monténégro », publié dans La Revue Bleue, attire l'attention de Gambetta qui l'invite à collaborer au journal La République française, dont il prendra plus tard la direction. Gambetta en fait son chef de cabinet entre 1881 et 1882. À la mort de ce dernier, Reinach s'engage du côté des Républicains opportunistes et mène une campagne passionnée contre le général Boulanger, qui lui vaudra d'être provoqué en duel par Paul Déroulède. En 1889, il est élu député des Basses-Alpes, où il sera réélu en 1893.

Chevalier de la Légion d'honneur en 1886, Reinach publie des articles dans La Revue des Deux Mondes, La Grande Revue, La Revue des fruits et légumes et La Revue Britannique. Dès 1894, il prend la défense de Dreyfus, sollicitant le président de la République Jean Casimir-Perier pour que le jugement ne se déroule pas à huis clos et dénonçant dans le journal Le Siècle les faux ajoutés au dossier par le colonel Henry, ce qui lui vaudra d'être poursuivi pour diffamation par la veuve de ce dernier en 1898. En 1897, il s'associe à Auguste Scheurer-Kestner pour obtenir la révision du procès. Ses prises de positions contribuent au ralliement de personnalités comme Anatole Leroy-Beaulieu et Gabriel Monod. Mais, attaqué par la presse nationaliste, il perd son siège de député en mai 1898.

Il participe alors à la création de la Ligue des droits de l'homme et du citoyen dont la première assemblée générale se tient quelques jours plus tard. Il commence aussi à rédiger sa monumentale Histoire de l'affaire Dreyfus [1], qui paraît en en 1901 et qui comptera sept volumes après la réhabilitation de Dreyfus dix ans plus tard.

En 1906, il retrouve son siège de député qu'il conserva jusqu'en 1914. Il fut attaqué tout au long de sa carrière par le courant antisémite, étant nommé en 1910 dans la dernière interpellation ouvertement antisémite de la Troisième République déposée à la Chambre des députés, par l'ex-boulangiste Jules Delahaye, devenu proche de l'Action française[2].

Son fils Adolphe, gendre de Mathieu Dreyfus, qui avait entamé une brillante carrière d'archéologue comme ses oncles, est mobilisé au 46e RI quand éclate la Première Guerre mondiale. Sous-lieutenant, il est tué le 31 août 1914 dans les Ardennes.

Outre son ouvrage de référence sur l'Affaire Dreyfus, Reinach a publié une quantité d'ouvrages politiques et historiques. Il laisse aussi une quantité de documents sur Gambetta, dont les discours auxquels il a participé, et sur la Grande Guerre pendant laquelle il publia des éditoriaux sous le pseudonyme de « Polibe ».

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La République ou le gâchis, 1877
  • Voyage en Orient, 2 volumes, Charpentier, Paris, 1879
  • Du Rétablissement du scrutin de liste, 1880
  • Les Récidivistes, 1882
  • Léon Gambetta, Alcan, 1884
  • Le ministère Gambetta, histoire et doctrine, Charpentier, 1884
  • Le ministère Clemenceau, 1885
  • Les Lois de la République, 1885-86
  • Traduction de la logique parlementaire de Hamilton, 1886
  • (avec Charles Richet)Manuel franco-arabe, Delagrave, 1888
  • (avec Charles Richet)Manuel de l'enseignement primaire, Delagrave, 1888
  • Les Petites Catilinaires, recueil d’articles contre Boulanger, 3 vol., 1889
  • Etudes de littérature et d'histoire, Hachette, 1889, 409 p
  • La Politique opportuniste, 1890
  • La France et l'Italie devant l'Histoire, Alcan, 1893
  • Mon compte-rendu, recueil de ses discours, 1893
  • Diderot, P., Hachette, 1894
  • Pages républicaines, Alcan, 1894
  • L'Éloquence politique depuis la Révolution française jusqu'à nos jours, 1894
  • Démagogues et socialistes, 1895
  • L'Éducation politique, histoire d'un idéal, Chailley, 1896
  • Essais de politique et d'Histoire, 1898
  • Une erreur judiciaire sous Louis XIV : Raphael Lévy, 1898
  • L'Affaire Dreyfus. Les faussaires, Stock, 1898
  • L'Affaire Dreyfus. Le curé de Fréjus ou les preuves morales, Stock, Paris, 1898
  • L'Affaire Dreyfus. La voix de l'île, Stock, 1898
  • L'Affaire Dreyfus. Le crépuscule des traîtres, Stock, 1898
  • L'Affaire Dreyfus. Vers la justice par la vérité, Stock, 1898
  • L'Affaire Dreyfus. Une conscience politique, le lieutenant-colonel Picquart, Stock, 1898
  • L'Affaire Dreyfus. Le Crépuscule des traîtres, Stock, 1899
  • L'Affaire Dreyfus. Les faits nouveaux, Stock, 1899
  • Tout le crime, 1900
  • Les Blés d'hiver, 1901
  • Histoire de l'Affaire Dreyfus, 1901
  • Mes comptes rendus, discours, propositions et rapports..., 1911
  • La réforme électorale, Fasquelle, 1912
  • Récits et portraits contemporains, Alcan, 1915
  • L'Alsace-Lorraine devant l'histoire, Berger-Levrault, 1916
  • La Vie politique de Léon Gambetta. Félix Alcan, 1918
  • La Grèce devant le Congrès, Boivin, 1919
  • Les Discours de Gambetta (11 volumes), Les Discours et les dépêches de Gambetta pendant la guerre franco-allemande (2 volumes), Les Discours de Challemel-Lacour.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Rigault, M. Joseph Reinach, Librairie de propagande républicaine, 1889
  • Anonyme, Petit manuel du polémiste, ou Recueil d'injures adressées ou reçues par MM. Dieu, Brunetière, Joseph Reinach, Edouard Drumont, Emile Zola, Judet, Rochefort, Quesnay de Beaurepaire, Bard, Jaurès, Gyp, etc., imparfaitement cataloguées par Bouvard et Pécuchet..., Pierret, 1899
  • Chenu & Saint-Auban, L'Affaire Henry - Reinach devant le tribunal de la Seine. Plaidoiries de Maître Chenu et de Maître de Saint-Auban, sans lieu, 1902, 172 p.
« Démonstrations victorieuses », à relents antisémites, édition hors commerce diffusée par la veuve de Henry.
  • René Doumic, « Diderot d'après un livre récent », extrait de la Revue des Deux Mondes, 15 septembre 1894
  • Henri Dutrait-Crozon, Joseph Reinach historien. Révision de l'Histoire de l'Affaire Dreyfus, préface de Charles Maurras, Savaète, 1905 XLIV+554 p.
Analyse polémique des deux premiers volumes de l'Histoire de l'Affaire Dreyfus.
  • Guyot-Dessaigne, Projet de loi relatif à la réintégration dans les cadres de l'armée territoriale de M. Joseph Reinach, ancien capitaine de cavalerie territoriale..., imprim. Motteroz, 1907
  • Robert Launay, Figures juives, Nouvelle librairie nationale, 1921, 208p.
Adolphe-Isaac Crémieux, la vraie Rachel, Henri Heine et son « nationalisme », Alfred Naquet, der Doktor Nordau, Joseph Reinach) ; ouvrage antisémite.
  • Dr. Watson (éd.), "Sixteen letters of Marcel Proust to Joseph Reinach" in Modern Language Review, vol. 63, fasc. 3, juillet 1968, p. 587-599
  • Jean El Gammal, Joseph Reinach et la République (1856-1921), thèse (exposé de soutenance in Bulletin du Centre d'histoire de la France contemporaine, 4, 1983, p. 65-70
  • Pierre Birnbaum, Les Fous de la République, 1er chapitre, éditions Fayard, 1992
  • Arlette Lévi, Joseph Reinach, 2006
  • « Joseph Reinach », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Reinach, Histoire de l’Affaire Dreyfus, rééd. Robert Laffont, collection Bouquins
  2. Laurent Joly (2007), « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 3/2007 (n° 54-3), p. 63-90.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :