Albert Bartholomé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monument aux morts (1899) par Albert Bartholomé, cimetière du Père-Lachaise (état endommagé)

Paul-Albert Bartholomé (né en 1848 à Thiverval-Grignon, Yvelines, et mort en 1928 à Paris), est un peintre et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entame une carrière de peintre à Genève, puis s'installe à Paris où il devient l'ami intime d'Edgar Degas. Il fréquente les peintres suisses installés dans la pension de famille de l'hôtel de Nice, 4 rue des Beaux-arts. Il se lie ainsi d'amitié avec les peintres Charles Giron et Gustave de Beaumont, mais aussi avec le peintre Max Leenhardt. Il offrira ainsi ses deux chiens à Charles Giron, qui en fera de nombreux croquis. Mu par un grand sens de la camaraderie, il recevra régulièrement Max Leenhardt à sa table durant l'hiver 1879, alors que celui-ci se retrouve seul à Paris, sans tous ses amis en séjour à l'étranger. Il n'aborde la sculpture qu'en 1886 pour s'y consacrer entièrement, développant une technique mêlant la simplicité à l'émotion contenue, « proche de l'atticisme paisible des figures d'un Pierre Puvis de Chavannes »[1]. Il expose avec celui-ci à la Libre Esthétique et les deux hommes se rencontrent à la Société nationale des beaux-arts dont Puvis de Chavannes est le président et où Bartholomé expose dès 1891 et fait partie de la commission d'examens avec René de Saint-Marceaux et Constantin Meunier. En 1918, il organise une exposition de cartons préparatoires de Puvis de Chavannes, dans une salle consacrée aux grands artistes présidents de la Société nationale des beaux-arts, avec Degas et Rodin.

Il est inhumé dans la 4e division du cimetière du Père-Lachaise. Son gisant en pierre a été sculpté par Henri Bouchard.

Œuvres dans des collections ou des lieux publics[modifier | modifier le code]

Sculptures[modifier | modifier le code]

Monument aux morts de Crépy en Valois
La Vérité, la Philosophie et la Nature (1910), musée d'Orsay

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Dans la serre (Huile - Musée d’Orsay)[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émile Verhaeren dans ses Ecrits sur l'Art,rapproche les Muses inspiratrices de Puvis au Monument aux Morts de Barholomé leur trouvant en commun la sensibilité et la douceur, la simplicité et la pudeur
  2. http://www.insecula.com/us/oeuvre/O0013542.html Dans la serre sur Insecula

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :