Saint Magloire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Magloire et Magloire (prénom).
Saint Magloire
Image illustrative de l'article Saint Magloire
Reliques de Saint-Magloire conservées en l'abbatiale de Léhon.
Saint
Naissance VIe siècle
Pays de Galles
Décès VIe siècle 
Sercq
Fête 24 octobre

Saint Magloire est né dans le Glamorgan (Clamorgan) au Pays de Galles. Il fut formé par saint Iltud.

Fête liturgique[modifier | modifier le code]

Sa fête est le 24 octobre[1].

Dans le Diocèse de Quimper et Léon, il est fêté le 27 octobre[2],[3]

Variante[modifier | modifier le code]

Plus connu sous le nom de saint Magloire de Dol, on le retrouve aussi sous les noms:

Historique[modifier | modifier le code]

Il est l'un des nombreux saints bretons que les traditions font venir d'Outre-Manche en Bretagne continentale.

Le saint est donné comme le cousin de saint Samson à qui il aurait succédé sur le siège archiépiscopal de Dol. Sur l’injonction d’un ange, il aurait abdiqué en faveur de saint Budoc pour se retirer sur l’île de Sercq (Sargia/Serke), où il mena par la suite une vie monastique à la tête soixante-deux disciples. Magloire est donc censé avoir vécu à la fin du VIe siècle.

Après sa mort, son corps aurait été volé par les moines de la future abbaye de Léhon. Vers 956/966, lors des invasions normandes, Hugues Capet emmena ses reliques à Paris[4] pour les mettre à l'abri. Ils les déposa dans l'église Saint-Barthélemy dans l'île de la Cité, qui prit alors le vocable de Saint-Magloire, puis les transporta à l'église Saint-Magloire (à l'emplacement du 82, rue Saint-Denis), qu'il fit construire spécialement à cet effet. En 1572, elles furent transférées à l'église Saint-Jacques-du-Haut-Pas.

Les circonstances de la rédaction de la Vie latine et des Miracles de saint Magloire ne sont pas encore éclaircies. Selon les spécialistes, la composition de ce document qualifié de « chef-d’œuvre de l’ancienne littérature bretonne » par l’abbé François Duine pourrait prendre place entre le début de la seconde moitié du IXe siècle et le milieu du Xe siècle.

Chant[modifier | modifier le code]

Tropaire de saint Magloire de Dol [2] :

"Tu quittas ton Pays de Galles natif à la prière de notre père Samson,
Pour servir Dieu dans le monastère de Lammeur, O père Maelor.
Ayant plut à Dieu par le doux parfum de la lutte monastique,
Tu gratifias l'île de Sark de ton divin repos.
Prie Dieu pour nous, O saint, afin qu'Il nous épargne
D'une mort soudaine et non-préparée et qu'Il nous accorde le Salut."

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Omer Englebert, La fleur des saints, Paris, Albin Michel,‎ 1998, 469 p. (ISBN 9782226095428), p. 346.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :