Grotte des Trois-Frères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grotte des Trois-Frères
Coordonnées 43° 01′ 56″ N 1° 12′ 42″ E / 43.032222, 1.211667 ()43° 01′ 56″ Nord 1° 12′ 42″ Est / 43.032222, 1.211667 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région française Midi-Pyrénées
Département Ariège
Massif des Pyrénées
Vallée Vallée du Volp
à sa source
Localité voisine Montesquieu-Avantès
Voie d'accès D215b
Altitude de l'entrée 465 m
Signe particulier grotte ornée
Occupation humaine Magdalénien
Sépultures de l'âge du bronze

Géolocalisation sur la carte : Ariège

(Voir situation sur carte : Ariège)
Grotte des Trois-Frères

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Grotte des Trois-Frères

La grotte des Trois-Frères est une grotte ornée du Paléolithique supérieur ayant livré de nombreuses figurations pariétales datant du Magdalénien.

Faisant partie du réseau de grottes ornées de la chaîne pyrénéo-cantabrique, elle se situe en France, dans la région Midi-Pyrénées, en Ariège, sur la commune de Montesquieu-Avantès. À une altitude de 465 m, elle est voisine de la grotte du Tuc d'Audoubert, grotte préhistorique de la même période ayant livré de nombreux objets d'art mobilier.

La grotte, qui appartient, avec la grotte du Tuc d'Audoubert et la grotte d'Enlène, au réseau karstique des cavernes du Volp, a été, comme celles-ci, creusée par cette rivière.

On y observe des gravures et peintures, parfois regroupées en ensembles. La faune représentée sur les parois des galeries est similaire à celle qu'on trouve dans les grottes ornées de l'aire franco-cantabrique (cheval, renne, bison).

Représentations[modifier | modifier le code]

La grotte est célèbre entre autres pour la représentation pariétale de deux êtres mi-homme mi-animal (thérianthropie), rare dans l'art pariétal. Le premier, présentant simultanément les caractéristiques d'un humain et d'un bison, a été nommé le « petit sorcier à l'arc musical » car il semble jouer de cet instrument. Pour le second, les interprétations successives l'ont désigné comme un sorcier pratiquant un rite magique[1], ou un dieu des animaux dit le « dieu cornu »[1],[2], ou encore comme un chaman en transe[3].

Environ 350 figures y ont été dénombrées. On compte au moins 84 chevaux, 170 bisons, 1 rhinocéros, et 7 anthropomorphes[4].

Henri Begouën fait également mention, par exemple, d'un dessin très précis d'une sauterelle (genre Troglophillus), fait assez rare dans l'art pariétal, dans la mesure où il avérerait ainsi la présence de cette espèce dans les Pyrénées pendant la période glaciaire [5].

Les noms des salles et galeries témoignent de la variété des figures ornant les parois : galerie des Points, chapelle de la Lionne, galerie des Chouettes, galerie des Mains[6], … et illustrent la richesse de l'art pariétal de cette période du Magdalénien supérieur.

Histoire[modifier | modifier le code]

La grotte doit son nom aux trois fils du comte Henri Bégouën : Max, Jacques et Louis Bégouën.

Ils en découvrirent l'entrée le 20 ou 21 juillet 1914[7],[8], après avoir fait la découverte exceptionnelle, deux ans auparavant, dans la Grotte du Tuc d'Audoubert, de deux bisons, remarquables modelages d'argile. C'est d'ailleurs en travaillant un passage étroit dans cette grotte qu'ils découvrirent la grotte attenante des Trois-Frères.

Occupation préhistorique[modifier | modifier le code]

Art préhistorique[modifier | modifier le code]

  • art pariétal magdalénien.
  • art mobilier (têtes de chevaux stylisées)
  • présence d'un dallage et d'un foyer à l'intérieur de la grotte

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b D'après les théories de H. Bégouën et H. Breuil qui ont été les premiers à étudier la grotte.
  2. Voir une photo
  3. Jean Clottes et David Lewis-Williams, Les chamanes de la préhistoire : transe et magie dans les grottes ornées, Paris, Seuil, coll. « Arts rupestres »,‎ 1996, ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 32 cm, 118 p. (ISBN 2-02-028902-4, notice BnF no FRBNF36157930, résumé).
  4. (en) « EuroPreArt, European Prehistoric Art, project ».
  5. Comte Henri Bégouën, « Sur quelques objets nouvellement découverts dans les grottes des Trois Frères (Montesquieu-Avantès, Ariège) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 26, no 3,‎ 1929, p. 188-196 (ISSN 1760-7361, DOI 10.3406/bspf.1929.6692, lire en ligne).
  6. Voir le « plan de la grotte », sur EuroPreArt.
  7. « Le comte Henri Bégouën », sur balades dans les Pyrénées (consulté en 27 février 2008).
  8. « Biographie d'Henri Bégouën », sur Hominidés (consulté en 27 février 2008).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Henri Bégouën (comte) et Henri Breuil, Les cavernes du Volp : Trois Frères, Tuc d'Audoubert, Paris, Arts et métiers graphiques, coll. « Travaux de l'Institut de paléontologie humaine »,‎ 1958, XXXII p. de planches hors-texte, 120 p. (OCLC 301400118)

Liens externes[modifier | modifier le code]