Swartkrans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Swartkrans
Image illustrative de l'article Swartkrans
Localisation
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Coordonnées 25° 55′ 45″ S 27° 47′ 20″ E / -25.929167, 27.788889 ()25° 55′ 45″ Sud 27° 47′ 20″ Est / -25.929167, 27.788889 ()  

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

(Voir situation sur carte : Afrique du Sud)
Swartkrans
Swartkrans
Localisation de Swartkrans (ZA-2), parmi les principaux sites de découverte d'hominines (australopithèques, ...), en Afrique :
Tchad (TD) :
•  TD-1 – Bahr el-Ghazal
•  TD-2 – Djourab
Éthiopie (ET) :
•  ET-1 – Hadar
•  ET-2 – Herto
•  ET-3 – Omo
Kenya (KE) :
•  KE-1 – Lac Turkana
Tanzanie(TZ) :
•  TZ-1 – Gorges d'Olduvai
•  TZ-2 – Laetoli
Afrique du Sud (ZA) :
•  ZA-1 – Sterkfontein
•  ZA-2 – Swartkrans
•  ZA-3 – Kromdraai
•  ZA-4 – Taung (en)

Swartkrans est un gisement préhistorique et paléoanthropologique en grotte situé dans la province du Gauteng, au nord-ouest de Johannesburg, près de Krugersdorp, en Afrique du Sud.

Proche de Sterkfontein, il a également livré de nombreux vestiges archéologiques et en particulier des fossiles d'Hominidés. Il a été acquis par l'université de Witwatersrand en 1968. L'âge des plus anciens dépôts sédimentaires du réseau est estimé entre 1,8 et 2 millions d'années.

Les fossiles mis au jour à Swartkrans incluent des restes attribués à Telanthropus capensis (aujourd'hui assimilé à une variété d'Homo ergaster), Paranthropus et Homo habilis.

Les fouilles ont été conduites initialement par Robert Broom puis par Charles Kimberlin Brain. Elles inspirèrent en partie à ce dernier l'ouvrage The hunters or the hunted dans lequel il démontre que les hominidés qui occupaient le site n'étaient pas des singes tueurs assoiffés de sang mais plutôt qu'ils étaient eux-mêmes victimes de prédations par de grands félins.

Avec les sites archéologiques voisins de Sterkfontein, Kromdraai et Wonder Cave, Swartkrans a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 2000 sous le nom de « Berceau de l’Humanité ».

Références[modifier | modifier le code]

  • Brain, C.K. (1970) - « New finds at the Swartkrans Australopithecine site », Nature, vol. 225, n° 5239, pp. 1112-1119.
  • Brain, C.K. (1981) - The Hunters or the hunted ? An introduction to African cave taphonomy, Chicago, University of Chicago Press, 365 p.
  • Clark, J.D. (1990) - « Les assemblages d'artefacts lithiques de Swartkrans, Transvaal, Afrique du sud », L'Anthropologie, t. 94, pp. 195-210.
  • Clark, J.D. (1993) - « Stone artefact assemblages from members 1-3, Swartkrans cave », in: Swartkrans - a cave's chronicle of early man, Brain, C.K., (Éd.), Pretoria, Transvaal Museum Monograph n° 8, chap. 7, pp. 167-194.
  • Clarke, R.J., Howell, F.C. et Brain, C.K. (1970) - « More evidence of an advanced Hominid at Swartkrans », Nature, vol. 225, n° 5239, pp. 1219-1222.
  • Leakey, M.D. (1970) - « Stone artefacts from Swartkrans », Nature, vol. 225, n° 5239, pp. 1222-1225.
  • Robinson, T.D. (1970) - « Two new early Hominid vertebrae from Swartkrans », Nature, vol. 225, n° 5239, pp. 1217-1219.

Source[modifier | modifier le code]