Grotte du Noisetier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grotte du Noisetier
(Grotte de Peyrère 1)
Image illustrative de l'article Grotte du Noisetier
Vue de la Grotte du Noisetier (point lumineux)
depuis la route du col d'Aspin.
À gauche, le village de Fréchet-Aure.
Coordonnées 42° 55′ 40″ N 0° 22′ 14″ E / 42.927778, 0.370556 ()42° 55′ 40″ Nord 0° 22′ 14″ Est / 42.927778, 0.370556 ()  
Pays Drapeau de la France France
Région française Midi-Pyrénées
(Département des Hautes-Pyrénées)
Massif des Pyrénées
Vallée Vallée de la Neste
Localité voisine Fréchet-Aure, Arreau
Voie d'accès D 109
Altitude de l'entrée 825 m
Longueur connue ~ 20 m
Période de formation à compléter
Type de roche calcaire
Signe particulier vestiges lithiques et osseux d'origine préhistorique
Température à compléter
Occupation humaine Paléolithique moyen final

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Hautes-Pyrénées)
Grotte du Noisetier(Grotte de Peyrère 1)

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Grotte du Noisetier(Grotte de Peyrère 1)

La Grotte du Noisetier se trouve sur la commune de Fréchet-Aure, à un peu moins de trois kilomètres au nord d’Arreau, dans le département des Hautes-Pyrénées, France.

Elle a livré une séquence comportant plusieurs occupations moustériennes correspondant à la fin du Paléolithique moyen.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le site doit son appellation moderne au noisetier qui a élu domicile à proximité de l'entrée. Il est également connu sous le nom de Grotte de Peyrère 1[1]. Dans Les Pyrénées souterraines, Armand Viré décrit la cavité comme l'une des « grottes de Serrat de la Toue »[2].

Topographie[modifier | modifier le code]

La grotte se présente sous la forme d’une petite galerie d’une vingtaine de mètres de profondeur sur trois à quatre mètres de largeur et trois à six mètres de hauteur. Elle surplombe la vallée d'Aure, au fond de laquelle coule le principal affluent pyrénéen de la Garonne, la Neste. Elle s’ouvre à 825 m d’altitude, soit à une altitude relative d’environ 145 m par rapport au fond de la vallée, à un niveau où la faune et la flore correspondent encore actuellement à l’étage montagnard.

Historique[modifier | modifier le code]

La Grotte du Noisetier en cours de fouille, été 2005

La présence de vestiges archéologiques dans la grotte fut mentionnée dès 1898 par Armand Viré[2].

En 1985, elle fut « redécouverte » par L. et A. Casteret et signalée au Service régional de l'archéologie de Midi-Pyrénées. Une première opération de sondage fut conduite en 1987 sous la direction de Michel Allard suite à la multiplication des prélèvements clandestins. Deux autres campagnes de terrain (1992 et 1993) furent programmées afin d’évaluer l’importance archéologique du site et de déterminer quelles étaient les mesures de protection les plus appropriées. L’exploration du site sur quelques mètres carrés permit la découverte de plusieurs niveaux archéologiques relativement riches en vestiges lithiques moustériens et restes fauniques ; elle détermina le choix d’une protection définitive au moyen d’une forte grille analogue à celles posées à l’entrée des grottes ornées[3],[4],[1].

Ces travaux aboutirent à une première série de résultats intéressants, en partie inédits. Seules quelques notes thématiques[5],[6] ou synthèses régionales[7] ont fait état sommairement de ces découvertes, le site étant généralement présenté comme une halte temporaire liée à la chasse au bouquetin et à l'isard (étude M. Allard, F. Juillard, M. Jeannet).

Depuis 2004, le site fait l'objet d'une nouvelle fouille programmée.

Géologie et géomorphologie[modifier | modifier le code]

La Grotte du Noisetier se trouve au sein de la Haute chaîne primaire ou Zone primaire axiale pyrénéenne. Elle s’ouvre dans une formation connue localement sous le nom de calcaires d’Ardengost. « Ces calcaires massifs constituent la barre rocheuse claire, bien visible dans le paysage, qui traverse la vallée de la Neste au Sud de Fréchet-Aure, forme les abrupts du bois de la Hèche, les pentes du bois de Jézeau et la montagne d’Areng. (…) Les calcaires d’Ardengost renferment une riche faune de foraminifères, de brachiopodes, de polypiers ainsi que des algues » [8]. Sur la base de son contenu paléontologique, l’âge de cette formation a été revu à la baisse relativement récemment : elle ne daterait pas du Viséen supérieur mais du Serpukhovien [8]. Ce calcaire micritique, très massif, a permis le développement d’un réseau karstique relativement complexe.

Les formations drainées par la Neste et ses affluents sont très diversifiées : terrains paléozoïques, granitoïdes du massif intrusif de Bordères-Louron, granites du Val de Buret, etc. Les matériaux disponibles dans les formations alluviales à hauteur du site offrent donc des ressources lithiques variées comprenant notamment des lydiennes, des schistes, des cinérites et des quartzites. Ces matériaux d’assez bonne qualité représentent l’essentiel du matériel archéologique issu de la Grotte du Noisetier. Les silex sont absents dans l’environnement immédiat ; les vestiges produits aux dépens de ce matériau ont donc été importés depuis plusieurs sources. Les gîtes de silex les plus exploités se situent à une quarantaine de kilomètres, dans la région d’Hibarette-Montgaillard [9]. La présence de fossiles de Lépidorbitoïdes dans certains silex indique que quelques pièces proviennent de sources plus lointaines, situées dans le Béarn (Salies-de-Béarn) et la Chalosse, à plus de 100 km[10]. Les silex des Pré-Pyrénées[11] ne semblent pas avoir été exploités par les occupants de la cavité, ou seulement de manière très marginale.

La Grotte du Noisetier constitue un lambeau d'ancien réseau karstique creusé en régime noyé comme l’indique la morphologie d'ensemble, caractérisée par des formes arrondies. Cet ancien réseau a connu un important colmatage argileux, attesté dans la Grotte du Lierre voisine, progressivement évacué ensuite avec le creusement de la vallée et l’abaissement consécutif du niveau des circulations souterraines. Des concrétions de calcite bien cristallisées se sont alors développées, à la fois sur les lambeaux de remplissage et dans les parties dégagées par le soutirage.

Au cours du Quaternaire, la poursuite de l’incision de la Neste et l’élargissement consécutif de la vallée a raboté progressivement la galerie. Les vieilles concrétions de calcite se sont retrouvées à proximité de l’entrée et le type de concrétionnement s’est modifié. Avec la proximité de la surface, le type de sédimentation détritique a changé radicalement. L’influence climatique extérieure s’est traduite par la gélifraction des parois, suffisamment intense pour faire disparaître toutes les formes de creusement qui existaient dans la première partie de la cavité. Les parois ont produit une importante accumulation de cailloutis qui occupe toute la base de la cavité sur une épaisseur encore inconnue. L’occupation moustérienne est contemporaine de la constitution de ce remplissage de cailloutis.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Les données biochronologiques fournies par l’abondante microfaune[5],[6] et par la grande faune (présence de cerf élaphe, similitude de l’association faunique avec celle des couches supérieures de la séquence de Combe-Grenal, quasi absence du renne) permettent de proposer une attribution des dépôts à l’interstade würmien (« Würm II/III »).

À ce jour, cinq dates ont été obtenues par la méthode du carbone 14 pour l'ensemble de la séquence. Elles s'échelonnent entre environ 30 et 50 000 ans BP. Ces dates sont évidemment à prendre avec beaucoup de prudence et doivent être considérées comme des âges minimums, tant elles sont proches de la limite d'application de la méthode. Des tentatives de datation par thermoluminescence (foyer) et par RPE sont en cours afin de préciser la chronologie des occupations paléolithiques de la grotte.

Principales découvertes[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Canine de Panthera pardus provenant de la Grotte du Noisetier.
échelle = 1 cm

La Grotte du Noisetier a livré plus de 10 000 restes fauniques. Le spectre faunique est dominé par les espèces montagnardes, en particulier isard et bouquetin. Viennent ensuite le cerf et les grands bovidés. Les autres taxons et, en particulier, les carnivores sont plus faiblement représentés (ours des cavernes, renard, panthère, cuon).

L’étude taphonomique menée sur les trois espèces dominantes a permis de montrer que les ossements de cerf et d'isard n’avaient pas été accumulés par un même agent. Aucun os de cerf n’est digéré alors que près de la moitié des os présentent des indices d’intervention anthropique (impacts, stries de boucherie, retouchoirs[12], etc.). Chez l'isard, moins de 2 % des ossements portent des stries de boucherie et près de 65 % sont semi-digérés. Par ailleurs, la prépondérance des extrémités articulaires sur les portions diaphysaires d’os longs et la sporadicité des marques d’origine anthropique sur les restes d'isard indiquent que cette espèce a été introduite sur le site par un agent non humain. Le gypaète barbu a dans un premier été soupçonné[13] mais de nouvelles analyses conduisent à penser que les restes d'isard ont probablement été accumulés par le cuon, un petit canidé présent seulement en Asie à l'heure actuelle[14].

L'étude taphonomique menée sur les vestiges osseux permet également de privilégier l’hypothèse d’une extraction par les Néandertaliens de la graisse contenue dans les tissus spongieux des os de cerf[15]. Cette étude montre donc l’existence de procédés techniques permettant d’exploiter cette substance réputée difficile à extraire dès le stade isotopique 3.

Microfaune[modifier | modifier le code]

La microfaune, abandonnée notamment par les rapaces dans leurs pelotes de réjection, est très abondante et relativement homogène sur l’ensemble de la séquence[5]. Elle permet de considérer que celle-ci s’est mise en place sous un climat montagnard de zone tempérée. Son analyse détaillée a conduit M. Jeannet à définir une nouvelle espèce de rongeur : Mimomys pyrenaïcus nov. sp.[16]. Il a également identifié le desman des Pyrénées pour la première fois dans un dépôt quaternaire[6].

Restes humains[modifier | modifier le code]

Le site a livré trois vestiges dentaires dont deux sont, avec certitude, des incisives centrales déciduales. Par leurs traits morphologiques et métriques, ces dents s'intègrent bien dans la variabilité des dents néandertaliennes et mieux que dans celle des dents d'Hommes anatomiquement modernes. Les deux dents présentent une attrition importante de la couronne et une racine incomplète. En fonction de la variabilité actuelle et du fait qu'elles ont été découvertes dans un même secteur et dans un même niveau, elles pourraient correspondre à un même individu de 5 à 10 ans. S'il s'agit bien d'un seul individu, la chute a probablement eu lieu post-mortem [17].

Industrie lithique[modifier | modifier le code]

Racloir moustérien en silex provenant de la Grotte du Noisetier.
échelle en cm

L’essentiel de l’industrie a été réalisé aux dépens de matériaux locaux disponibles dans les formations alluviales de la Neste (quartzites, lydiennes, schistes, etc.). Le silex est absent dans l’environnement immédiat ; les quelques vestiges produits aux dépens de ce matériau ont été importés depuis une ou plusieurs sources situées à l’extérieur de la chaîne pyrénéenne (cf. supra). Il s’agit le plus souvent d’outils ou de produits de plein débitage mais aussi d’éclats de retouche, présents en grand nombre.

L’industrie se compose essentiellement de produits et de sous-produits de débitage. La principale méthode mise en œuvre est le débitage Discoïde bifacial, dont témoignent une série de nucléus et des produits pseudo-Levallois caractéristiques. Le débitage Levallois est également attesté sur quartzite, schiste ou lydienne par quelques produits indiscutables (tranchants périphériques, surfaces parallèles régulières, talons facettés)[18].

L’outillage est peu abondant et consiste essentiellement en racloirs et denticulés mais la retouche est souvent partielle ou irrégulière. La mise au jour d’un biface et de deux hachereaux, inattendus dans ce contexte et dans cette partie des Pyrénées, mérite d’être soulignée. La présence de trois éclats remontant sur l’un des tranchants du biface indique probablement une utilisation et une réfection sur place.

Des comparaisons sont envisageables aussi bien vers l’Est avec les séries de Mauran (débitage Discoïde et denticulés) ou de la grotte Tournal à Bize (débitage Levallois sur quartzite) qu’à l’Ouest avec les industries classiques du Vasconien telles que Olha et Isturitz.

Fonction du site[modifier | modifier le code]

Vue rapprochée de la fouille durant l'été 2009

Les questions relatives à la fonction du site sont au cœur des recherches conduites depuis 2004 : quelles raisons poussaient les groupes néandertaliens à fréquenter le milieu montagnard, considéré comme contraignant du fait de contrastes climatiques marqués et de dénivelés importants ? L'hypothèse initiale d'un site de halte liée à la chasse au gibier de montagne a été démentie par les analyses archéozoologiques : si l'on exclut les restes accumulés par le cuon, le cerf est chassé de manière préférentielle et cette espèce n'est aucunement inféodée au milieu montagnard. Par ailleurs, l'exploitation de ressources minérales de qualité, spécifiques à l'environnement du site, ne peut pas être invoquée ici contrairement à ce qui a été avancé pour certains sites d'altitude de l'arc alpin[19]. La présence d'incisives déciduales humaines indique par ailleurs que le site n'était pas exclusivement fréquenté par des groupes de chasseurs adultes.

La remise en question de l’interprétation classique comme halte de chasse pose plus de questions qu’elle n’en résout et, en l’état actuel des recherches, l’occupation moustérienne de la Grotte du Noisetier ne trouve pas d’explication simple et univoque. Il pourrait s’agir notamment d’un site d’habitat temporaire ou d’un site d’étape utilisé lors de déplacements vers le versant sud des Pyrénées, mais de tels déplacements restent difficilement démontrables.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Allard, M., Juillard, F. et Jeannet, M. (1987) - Grotte de Peyrère 1 (ou le Noisetier) - Fréchet-Aure (Hautes-Pyrénées), Rapport de Sauvetage Urgent, 48 p.
  2. a et b Viré, A. (1898) - « Les Pyrénées souterraines (1re campagne, 1897) (Les Grottes de Bétharram, Escalère, Labastide, etc.) », Mémoires de la Société de Spéléologie, n° 14, tome III, pp. 59-96.
  3. Allard, M. (1993a) - Grotte de Peyrère 1 (ou le Noisetier) - Fréchet-Aure (Hautes-Pyrénées), Rapport de Sondage, 22 p.
  4. Allard, M. (1993b) - « Fréchet-Aure, Grotte du Noisetier », in: Bilan scientifique 1992 de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Midi-Pyrénées, Ministère de la Culture, pp. 113-114.
  5. a, b et c Jeannet, M. (2001) - « La microfaune et l'environnement de la grotte du Noisetier à Fréchet (Hautes-Pyrénées) », Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, t. LVI, pp. 83-90.
  6. a, b et c Jeannet, M., Allard, M. et Juillard, F. (1996) - « Première découverte de Galemys pyrenaicus (Insectivora, Desmaninae) dans le Quaternaire français », Revue de Paléobiologie, t. 15, 1, pp. 205-213.
  7. Jaubert, J. et Bismuth, T. (1993) - « Le Paléolithique moyen des Pyrénées centrales : esquisse d'un schéma chronologique et économique dans la perspective d'une étude comparative avec les documents ibériques », in: 118° Congrès National des Sociétés historiques et scientifiques, Pau, pp. 9-26.
  8. a et b Barrère, P., Bouquet, C., Debroas, E.-J., Pélissonnier, H., Peybernès, B., Soulé, J.-C., Souquet, P. et Ternet, Y. (1984) - Notice explicative de la feuille Arreau à 1/50 000, Éditions du BRGM, 63 p.
  9. Barragué, J., Barragué, E., Jarry, M., Foucher, P. et Simonnet, R. (2001) - « Le silex du flysch de Montgaillard et son exploitation sur les ateliers du Paléolithique supérieur à Hibarette (Hautes-Pyrénées) », Paléo, n° 13, pp. 29-52.
  10. Thiébaut, C., Mourre, V., Chalard, P., Colonge, D., Coudenneau, A., Deschamps, M. et Sacco-Sonador, A. (2012) - « Lithic technology of the final Mousterian on both sides of the Pyrenees », Quaternary International, 247, The Neanderthal Home: Spatial and Social Behaviours, Colloque de Tarragona et Capellades, 6 au 9 octobre 2009, pp. 182-198.
  11. Simonnet, R. (1981) - « Carte des gîtes à silex des Pré-Pyrénées », in: XXIème Congrès Préhistorique de France, Montauban 1979, Quercy, t. 1, pp. 308-323.
  12. Mallye, J.-B., Thiébaut, C., Mourre, V., Costamagno, S., Claud, É. et Weisbecker, P. (2012) - « The Mousterian bone retouchers of Noisetier Cave: experimentation and identification of marks », Journal of Archaeological Science, 39, pp. 1131-1142.
  13. Costamagno, S., Robert, I., Laroulandie, V., Mourre, V. et Thiébaut, C. (2008) - « Rôle du gypaète barbu (Gypaetus barbatus) dans la constitution de l'assemblage osseux de la grotte du Noisetier (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées, France) », Annales de Paléontologie, 94, pp. 245-265.
  14. Mallye, J.-B., Costamagno, S., Boudadi-Maligne, M., Prucca, A., Laroulandie, V., Thiébaut, C. et Mourre, V. (2012) - « Dhole (Cuon alpinus) as a bone acumulator and new taphonomic agent. The case of the Noisetier Cave (French Pyrenees) », Journal of Taphonomy, vol. 10, 3-4, in Rosell, J., Baquedano, E., Blasco, R., Camaros, E. (Eds.), Hominid-carnivore interactions during the Pleistocene International Congress (Salou, 25-28 octobre 2011), pp. 305-338.
  15. Costamagno, S. (2013) - « Bone grease rendering in Mousterian contexts: the case of Noisetier Cave (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées, France) », in: Zooarchaeology and Modern Human Origins: Human Hunting Behavior during the Later Pleistocene, Clark, J.L. et Speth, J.D., (Éds.), Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology, pp. 209-225.
  16. Jeannet, M. et Mourre, V. (2013) - « Mimomys pyrenaïcus n. sp., nouvel Arvicolidé (Mammalia, Rodentia) dans le Pléistocène supérieur des Pyrénées (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées) », Paléo, 24, pp. 139-148.
  17. Maureille, B., Bruxelles, L., Colonge, D., Costamagno, S., Cravinho, S., Jeannet, M., Laroulandie, V., Thiébaut, C. et Mourre, V. (soumis) - « Nouveaux vestiges humains moustériens de la Grotte du Noisetier (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées) », Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, tome 3-4, 2007.
  18. Mourre, V. et Thiébaut, C. (2008) - « L'industrie lithique du Moustérien final de la Grotte du Noisetier (Fréchet-Aure, Hautes-Pyrénées) dans le contexte des Pyrénées centrales françaises », in: Variabilidad técnica en el Paleolítico Medio en el sudoeste de Europa, Mora Torcal, R., Martínez Moreno, J., Torre Sáinz, I. de la et Casanova Martí, J., (Éds.), Treballs d'Arqueologia, n° 14, Universitat Autònoma de Barcelona, actes de la table-ronde de Barcelone, 8-10 mai 2008, pp. 87-104.
  19. Bernard-Guelle, S. (2002) - Le Paléolithique moyen du massif du Vercors (Préalpes du Nord) - Étude des systèmes techniques en milieu de moyenne montagne, BAR international Séries 1033, 233 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mourre, V., Costamagno, S. et Bruxelles, L. (2006) - « Fréchet-Aure, Grotte du Noisetier », in: Bilan scientifique 2004, Toulouse, Direction Régionale des Affaires Culturelles de Midi-Pyrénées, Ministère de la Culture, pp. 132-133, (pdf).
  • Mourre, V., Costamagno, S., Bruxelles, L., Colonge, D., Cravinho, S., Laroulandie, V., Maureille, B., Thiébaut, C. et Viguier, J. (2008) - « Exploitation du milieu montagnard dans le Moustérien final : la Grotte du Noisetier à Fréchet-Aure (Pyrénées centrales françaises) », in: Mountain environments in prehistoric Europe : settlement and mobility strategies from Paleolithic to the early Bronze Age, Grimaldi, S., Perrin, Th. et Guilaine, J., (Éds.), Oxford, BAR International Series 1885, XVème Congrès de l'UISPP, 4-9 septembre 2006, Lisbonne, vol. 26, session C31, pp. 1-10, (pdf)
  • Mourre, V., Costamagno, S., Thiébaut, C., Allard, M., Bruxelles, L., Colonge, D., Cravinho, S., Jeannet, M., Juillard, F., Laroulandie, V. et Maureille, B. (2008) - « Le site moustérien de la Grotte du Noisetier à Fréchet-Aure (Hautes-Pyrénées) : premiers résultats des nouvelles fouilles », in: Les sociétés du Paléolithique dans un Grand Sud-Ouest de la France : nouveaux gisements, nouveaux résultats, nouvelles méthodes, Jaubert, J., Bordes, J.-G. et Ortega, I., (Éds.), Mémoire de la Société Préhistorique Française, 47, journées scientifiques de la Société préhistorique française, université Bordeaux 1, Talence 24-25 novembre 2006, pp. 189-202, (pdf).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]