Grottes de Longmen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Longmen.
Grottes de Longmen *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Temple Fengxian. La grotte du Grand Buddha, vue d'ensemble. Dynastie Tang
Temple Fengxian. La grotte du Grand Buddha, vue d'ensemble. Dynastie Tang
Coordonnées 34° 28′ 00″ N 112° 28′ 10″ E / 34.46667, 112.4694 ()34° 28′ 00″ Nord 112° 28′ 10″ Est / 34.46667, 112.4694 ()  
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iii)
Numéro
d’identification
1003
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 2000 (24e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Les grottes de Longmen (chinois : 龍門石窟 ; pinyin : lóngmén shíkū ; littéralement les grottes de la Porte du Dragon) se trouvent à 12 kilomètres au sud de la moderne Luoyang dans la province de Henan en Chine. Ces grottes bouddhistes ont été excavées dans le calcaire après 494 et, pour l'essentiel, jusqu'au Xe siècle. Elles sont densément présentes sur les deux côtés d'une gorge entre deux montagnes, Xiang Shan (à l'est) et Longmen Shan (à l'ouest). La rivière Yihe (ou Yi he : rivière Yi) qui s'écoule vers le nord y a creusé son lit. La gorge a servi de « porte » à la ville voisine. Pour cette raison, l'endroit était appelé Yique (porte de la rivière Yi). Du nord au sud, les grottes se succèdent sur environ un kilomètre. Avec les grottes de Mogao et les grottes de Yungang, les grottes de Longmen sont l'un des trois plus célèbres sites de sculpture ancienne de Chine.

Grottes de Longmen vues depuis le pont Manshui, vers le Sud.

Longmen en chiffres[modifier | modifier le code]

Selon l'Institut de Recherche des Grottes de Longmen[1], sur une longueur de 1 km, il existe 2 345 grottes et niches, 2 800 inscriptions, 40 pagodes et plus de 100 000 images bouddhistes sur le site. 30 % des grottes datent de la dynastie Wei du Nord, 60 % de la dynastie Tang, et moins de 10 % pour les autres périodes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le temple Xiangshan

À cours de la période des royaumes combattants, le général Qin, Baiqi, vainquit les forces Han et Wei à cet endroit.

La construction des grottes débuta en 493. Au tournant du siècle, vers 500, les sculpteurs de Longmen trouvèrent un style qui leur a été propre, indépendant de toute influence étrangère[2] : en étirant les figures sur des lignes de force aux courbes tendues, en réduisant les plis à des tracés et à de faibles modulations ils abolissaient la matérialité du corps. Ensuite ils surent faire évoluer ce style, en prêtant une réelle attention aux volumes, jusqu'au « classicisme », massif et puissant, des Tang en intégrant un certain naturalisme venu de l'Inde des Gupta à des effets graphiques nerveux dans la plus pure tradition chinoise.

Le site a été grandement pillé et dépouillé de ses statues au début du XXe siècle. Nombre d'entre elles se retrouvent aujourd'hui dans les musées occidentaux. Un grand nombre de statues qui restaient en place ont été détruites ou mutilées pendant la Révolution culturelle[3]. Le site est maintenant protégé et aménagé pour accueillir le flot des touristes, et des mesures sont prises pour une meilleure conservation de la pierre et des couleurs.

Les grottes sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis novembre 2000[4].

Plan[modifier | modifier le code]

Un plan détaillé du lieu se trouve sur le site Luo Yang Report : [1] (l'agrandissement est possible). Les grottes ont été creusées à flanc de falaise le long de la rivière qui a creusé son lit entre deux collines. Les deux collines sont situées à l'Ouest et à l'Est de cette rivière. Deux ponts relient les rives, au Nord et au Sud. Sur la colline Est on a bâti le temple Xiangshan, auquel on peut accéder par des escaliers depuis le lit de la rivière.

Grottes décrites individuellement par dynastie[modifier | modifier le code]

Dynastie Wei du Nord (386 - 534)[modifier | modifier le code]

Grottes de Guyang[modifier | modifier le code]

L'évolution de la culture, plus oucerte aux formes de pensée étrangères sous les Wei du nord amène les sculpteurs à imiter le drapé gréco-bouddhique en le schématisant. Les plis tyuautés et applatis se terminent en pointes, les corps s'allongent et s'applatissent comme on peut le voir aussi dans les Buddha du Shandong, récemment redécouverts et exposés en 2010[5].

Grottes de Binyang : grotte du milieu[modifier | modifier le code]

no 140 : grotte de l'Accueil du Soleil. Creusée entre 520 et 523 à l'initiative de l'empereur Xuanwun en mémoire de son père Xiaowe, la grotte se situe sur la colline ouest, et, dans le groupe des trois grottes, côté nord.

Dans le style typique des Wei du nord, les figures sont bien plus élancées et stylisées que dans les sculptures Tang que l'on peut voir dans l'ensemble du Grand Buddha. Ici, des déformations volontaires permettent de manifester une spiritualité intense. Tout participe de cet effet : ces formes étirées et comme pliées, un jeu de lignes fluides qui parcourent les figures des pieds à la tête, courant sur les drapés, sur les attributs élégants et se prolongeant dans les corps eux-mêmes. Une fleur de lotus géante s'épanouit sur le sol.

Grotte du Lotus[modifier | modifier le code]

Achevée en 521 cette grotte se caractérise par un très grand lotus épanoui taillé dans le calcaire du plafond ainsi que par de nombreux petits bouddha sur la paroi Sud. Tandis que de petits autels sont taillés, en retrait, dans les parois Nord et Sud[6].

Weizi[modifier | modifier le code]

Huangfu dong[modifier | modifier le code]

Dynastie Sui[modifier | modifier le code]

Binyang : grotte côté sud[modifier | modifier le code]

no 159. Le visage du Buddha est plus rempli que sous la dynastie précédente. Sa robe semble exister de manière un peu plus naturelle. Le type du Budhha qui s'est mis en place au cours de la seconde moitiè du VIe siècle s'inspire du style Gupta, indien, avec l'équilibre, parfois le déhanchement, et les drapés à demi transparents[7] des buddha-s de Sarnath. La route de la Soie, par l'Asie, étant coupée, on suppose que les échanges se sont faits par voie de mer et que les cultures du Fou-nan (Cambodge), du Champa (Viêt Nam) et des royaumes indonésiens, comme Sriwijaya, ont servi à transmettre les modèles indiens.

Dynastie Tang[modifier | modifier le code]

Fengxian-si[modifier | modifier le code]

Temple de Fengxian[2] (du Sacrifice des Ancêtres): Au centre de l'espace creusé dans la falaise se dresse, sur 17 mètres, la figure massive du Buddha assis, Vairocana (école chinoise du bouddhisme ésotérique hua yan ). Ses yeux se ferment, donnant au personnage une apparente concentration méditative amplifiée par la majesté de la pose et la dimension colossale de cette figure dans son environnement. Comme s'il méditait sur ce que nous évoque la rivière qui s'écoule, puissante et tranquille à ses pieds. Le temps qui s'est écoulé depuis l'époque de sa réalisation a détruit les pieds du Buddha et emporté. Il est entouré à droite et à gauche, tout d'abord par deux disciples (ou arhat), puis par deux bodhisattva, et sur les parois placées à peu près à angle droit, deux lokapala et deux gardiens de la doctrine. Les corps de ces derniers exagérément musclés et le déhanchement prononcé signale, à cette époque, une forte influence venue d'Inde. Le lokapala situé à la gauche du Grand Buddha (à gauche pour lui) tient dans sa main droite une pagode, sur le modèle de ce qui était construit au VIIe siècle. Il pose les pieds sur un être qui représente l'ignorance, suivant encore un code venu de l'Inde. Toutes les figures portent les trois colliers de convention à l'époque Tang. Les têtes colossales de Buddha et des bodhisattva se détachent sur le fond aplani orné d'une auréole flammée, tracée en bas-relief, de manière très graphique, tandis que les corps, plus naturalistes que ceux de l'époque précédente (Dynastie Wei du Nord), mais disparaissant sous les plis des vêtements, sont traités en ronde-bosse, avec des volumes puissants et aux angles prononcés.

L'ensemble, sous la forme d'un temple, était autrefois protégé par une immense salle hypostyle bâtie sur une structure en bois dont les trous de fixation dans le rocher sont encore bien visibles[8]. L'éclairage devait venir d'impostes, dans la toiture, fermés par des claustras. Dans cette pénombre les petites flammes et l'encens créaient une atmosphère chaleureuse qui amplifiait la majesté des sculptures peintes.

Le temple a été commandité par Gaozong et en partie achevé en 672 et 673. Le sanctuaire étant finalement consacré en 676 en présence de toute la cour et en particulier l'impératrice Wu Zetian, qui avait grandement favorisé l'achèvement du chantier. Le grand Buddha, au visage à la fois voluptueux et efféminé, a été commandité par l'impératrice Wu Zetian (règne 690-705). Et on a souvent mis en relation ce qui peut apparaître comme un portrait et les liens affectifs supposées entre Wu Zetian, à la fin de son règne, et un moine.


Grotte des 10 000 Bouddhas, Wanfo dong[modifier | modifier le code]

Au temps de l'impératrice Wu Zetian les parois ont été tapissées d'innombrables représentations de Buddha adossées à la paroi ou à des stèles verticales qui rythment l'espace. D'autres figures se mêlent à cette foule : ce sont des apsara-s musiciens aux écharpes légères et des fleurs. Au centre, à grande échelle, la statue de Buddha repose sur une fleur de lotus.

Grotte du Temple de la Rivière cachée (Qianxi-si dong)[modifier | modifier le code]

no 20. Creusée au début des premiers Tang, vers 640, on y découvre au fond les statues de Buddha Amitabha entouré de disciples Kasyapa et Ananda. Deux grands bodhisattva se détachent de la paroi, en haut relief. Un nouveau style épuré dans des formes plus pleines. La couleur qui ruisselle transfigure ce lieu.

Jingshan-si[modifier | modifier le code]

Le Jingshan-si dong : datant du début de la dynastie Tang, il est intéressant d'y trouver les tentatives diverses qui distinguent l'art des Tang de celui de leurs prédécesseurs, sans que rien n'ait encore trouvé une forme canonique. Ici la robe du Buddha n'a plus aucun pli. D'une simplicité d'épure.

Dawanwufo[modifier | modifier le code]

Binyang : grotte côté nord[modifier | modifier le code]

Dans cette grotte datant du milieu du VIIe siècle, le style « classique » créé sous les Tang touche toutes les figures, rendues avec un certain naturalisme robuste. Les drapés enveloppants sont la solution trouvée pour idéaliser la structure corporelle des êtres divins. no 104

Kan jing-si dong[modifier | modifier le code]

Grotte de la lecture des sutras : sur la rive Est, cette grotte se distingue des autres par une longue assemblée d'arhat-s, se détachant en faible relief de la paroi avec des visages aux déformations caractéristiques de leur nature d'ascètes surhumains. C'est ici l'une des premières fois en Chine que l'on avait réalisé une telle série d'arhat-s au types si fortement individualisés. La différence est considérable avec les grands ‘’arhat’’-s du Fengxian-si. Au plafond un large lotus épanoui et des apsara-s couvrent un vaste espace à 10 mètres de haut[9].

Sculptures dispersées dans le monde[modifier | modifier le code]

Visites[modifier | modifier le code]

Le site des grottes de Longmen est ouvert au public, et bien que l'on ne puisse pas entrer dans la majorité des grottes on peut admirer les statues sans difficulté.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Institute of Longmen Grottoes renommé en 1990 Longmen Caves Research Institute, Luoyang, Henan 471023, China.
  2. a, b et c Elisseeff 2008, p. 257.
  3. site worlheritagesite (en)
  4. site de l'UNESCO
  5. Gilles Béguin 2009
  6. Site de l'Asian Historical Architecture: ci dessous : "Liens externes".
  7. Collectif 1999, p. 168-171.
  8. Gilles Béguin 2009 p. 310.
  9. Gilles Béguin 2009 p. 310-311.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Béguin (dir.), Les Buddhas du Shandong : Musée Cernuschi, Paris, Findakly,‎ 2009, 139 p. (ISBN 9782759601103)
    À noter un article important, remarquablement illustré avec les premiers signes visibles et les premières phases de la sculpture du bouddhisme en Chine : Émergence de l'iconographie bouddhique en chine, de Helmut Brinker.
    .
  • Gilles Béguin, L'art bouddhique, Paris, CNRS éditions,‎ 2009, 415 p. (ISBN 978-2-271-06812-5)
    Le Gandhara et l'Asie Centrale occidentale font l'objet d'une partie, une vue d'ensemble actualisée bien documentée, pages 205-225.
  • Collectif, Dictionnaire du Bouddhisme, Paris, Encyclopædia Universalis et Albin Michel,‎ 1999, 657 p. (ISBN 2-226-10954-4) En particulier : Michèle Pirazzoli-t'Serstevens, Chine, sculpture bouddhique, pages 170 sq.
  • Danielle Elisseeff, Art et archéologie : la Chine du néolithique à la fin des Cinq Dynasties (960 de notre ère), Paris, École du Louvre, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux (Manuels de l'École du Louvre),‎ 2008, 381 p. (ISBN 978-2-7118-5269-7) Ouvrage de référence, bibliographie et Sites Internet.
  • (en) Angela Falco Howard, Chinese sculpture, Paris, Yale University Press,‎ 2006, 521 p. (ISBN 9780300100655)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :