Kozarnika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kozarnika (bulgare : Козарника, « l'abri de la chèvre ») est une grotte du nord-ouest de la Bulgarie qui a été utilisée comme abri par des groupes de chasseurs-cueilleurs dès le Paléolithique inférieur (1,6 million d'années BP). Elle se trouve sur un itinéraire de peuplement humain de l'Afrique vers l'Europe via les Balkans qui pourrait être antérieur à celui emprunté par les porteurs de l'Acheuléen via le détroit de Gibraltar[1]. Elle a livré des éléments interprétés comme les plus anciennes preuves du comportement symbolique des humains découvert à ce jour. Elle a également fourni les plus anciens assemblages de silex du Gravettien européen.

Localisation[modifier | modifier le code]

La grotte de Kozarnika se trouve à 6 km de la ville de Belogradtchik au nord-ouest de la Bulgarie, sur les pentes du nord des Balkans, près des plaines du Bas-Danube. Elle est ouverte au sud, à 85 m au-dessus de la vallée. Avec une longueur de 210 m, la grotte est de dimensions modestes pour la région du karst de Belogradtchik.

Historique des recherches[modifier | modifier le code]

Le projet de la grotte de Kozarnika a débuté en 1984. Depuis 1996, ce projet est dirigé par Nikolay Sirakov (Institut archéologique et musée de l'académie des Sciences bulgare, Sofia, Bulgarie) et Jean-Luc Guadelli (IPGQ - UMR5199 du CNRS, Bordeaux, France)[2].

Séquence stratigraphique[modifier | modifier le code]

Au cours des deux dernières décennies, 21 couches archéologiques ont été reconnues. Elles contiennent, de bas en haut, des complexes archéologiques du début du Paléolithique inférieur (niveau 13 - 11a), du Paléolithique moyen (niveau 10b - 9a), du début du Paléolithique supérieur (niveau 6/7), une séquence d'une industrie de lames à dos que les chercheurs ont nommé le Kozarnikien (niveau 5c - 3a), du Néolithique ancien, de l'âge du cuivre tardif, de l'âge du bronze tardif, du Moyen Âge et du Moyen Âge tardif.

Pour les niveaux anciens, la chronologie est basée sur le paléomagnétisme (évaluation de l'âge à partir des inversions du champ magnétique terrestre enregistrées dans les sédiments) et les analyses de la microfaune et de la grande faune.

Dans les couches profondes, datées de 1,4 à 1,6 million d'années BP, les archéologues ont découvert une molaire humaine qui est considérée comme la plus ancienne trace de la présence d'Homo erectus ou Homo ergaster en Europe (hors de la région caucasienne). Elle est associée à une industrie lithique du Paléolithique inférieur qui appartiennent à une industrie à éclat non acheuléenne et à des os incisés qui peuvent être les plus anciens exemples du comportement symbolique humain.

Les couches du Paléolithique moyen, datant de 300 000 à 50 000 ans BP, ont livré des nucléus Levallois, des racloirs et de rares pointes moustériennes présentant des affinités avec l'est des Balkans ainsi que quelques pointes foliacées bifaciales[3]. Ces industries sont probablement liées à la présence de groupes de chasseurs néandertaliens.

Les couches du Paléolithique supérieur ont livré des assemblages de silex correspondant aux plus anciens complexes du Gravettien d'Europe, datant de 43 000 à 39 000 BP et produits par l'Homo sapiens.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Otte, M. (1997) - « Contacts trans-méditerranéens au Paléolithique », in: El Món mediterrani despres del pleniglacial (18.000 - 12.000 BP), Fullola, J. M. et Soler, N., (Éds.), Girone, Colloqui Banyoles 1995, Centre d'Investigacions Arqueològiques, sèrie monogràfica núm. 17, pp. 29-39.
  2. Une séquence du Paléolithique inférieur au Paléolithique récent dans les Balkans : la grotte Kozarnika à Orechets (nord-ouest de la Bulgarie), résumé.
  3. Nikolay Sirakov, Tsenka Tsanova, Svoboda Sirakova, Stanimira Taneva, Ivaylo Krumov, Irena Dimitrova et Natalia Kovatcheva, « Un nouveau faciès lamellaire du début du Paléolithique supérieur dans les Balkans », PALEO, 19 | 2007, [17] mis en ligne le 23 avril 2009. URL : http://paleo.revues.org/565

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Guadelli, J.-L., Sirakov, N., Ivanova, S., Sirakova, S., Anastassova, E., Courtaud, P., Dimitrova, I., Djabarska, N., Fernandez, Ph., Ferrier, C., Fontugne, M., Gambier, D., Guadelli, A., Iordanova, D., Iordanova, N., Kovatcheva, M., Krumov, I., Leblanc, J.-C., Mallye, J.-B., Marinska, M., Miteva, V., Popov, V., Spassov, R., Taneva, S., Tisnerat-Laborde, N. et Tsanova, T. (2005) - « Une séquence du Paléolithique inférieur au Paléolithique récent dans les Balkans : la grotte Kozarnika à Orechets (nord-ouest de la Bulgarie) », in: Données récentes sur les modalités de peuplement et sur le cadre chronostratigraphique, géologique et paléogéographique des industries du Paléolithique inférieur et moyen en Europe, Molines, N., Moncel, M.-H. et Monnier, J.-L., (Éds.), BAR International Series 1364, Actes du Colloque International de Rennes, 22-25 septembre 2003, pp. 87-103. (résumé)
  • Sirakov, N., Guadelli, J.-L., Ivanova, S., Sirakova, S., Boudadi-Maligne, M., Dimitrova, I., Fernandez, Ph., Ferrier, C., Guadelli, A., Iordanova, D., Iordanova, N., Kovatcheva, M., Krumov, I., Leblanc, J.-Cl., Miteva, V., Popov, V., Spassov, R., Taneva, S. et Tsanova, T. (2010) - « An ancient continuous human presence in the Balkans and the beginnings of the settlement of western Eurasia. The Lower Pleistocene example of Lower Palaeolithic in Kozarnika cave (North-western Bulgaria) », Quaternary International, vol. 223-224, pp. 94-106.
  • Tsanova, T. (2006) - Les débuts du Paléolithique supérieur dans l’Est des Balkans. Réflexion à partir de l’étude taphonomique et techno-économique des ensembles lithiques des sites de Bacho Kiro (couche 11), Temnata (couches VI et 4) et Kozarnika (niveau VII), Université de Bordeaux 1, Thèse de Doctorat, 545 p.