Trèfle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trèfle (homonymie).

Les trèfles sont des plantes herbacées de la famille des Fabacées (Légumineuses), appartenant au genre Trifolium.

Ils sont caractérisés par leurs feuilles composées à trois folioles et leur capacité à fixer l'azote atmosphérique grâce à des bactéries symbiotiques hébergées dans leurs racines. La richesse en protéines de certaines espèces fait de celles-ci des plantes de choix entrant dans la composition des prairies destinées à l'alimentation des ruminants d'élevage.

Selon la croyance populaire, les rares exemplaires de feuilles à quatre folioles (trèfle à quatre feuilles) portent bonheur à celui qui les découvre.

La feuille de trèfle est un des symboles du constructeur automobile Alfa Romeo. C'est aussi un symbole courant pour représenter l'Irlande (le trèfle irlandais) : la tradition veut que saint Patrick, le patron de l'île, se soit servi de la feuille de trèfle pour illustrer le mystère de la Trinité. On peut aussi remarquer que les folioles de la plante évoquent le symbole celte à trois branches spiralées appelé triskell. La feuille de trèfle est aussi l'emblème de l'Association mondiale des guides et éclaireuses, l'organisation internationale du guidisme (scoutisme féminin).

Le trèfle apparaît également sur les logos du club de football du Celtic Glasgow ainsi que sur celui du club omnisports du Panathinaïkos.

L'espèce la plus commune dans les pelouses est le trèfle blanc (Trifolium repens L.).

Caractéristiques communes[modifier | modifier le code]

Plantes herbacées généralement de petite taille, certaines rampantes, qui peuvent être vivaces, annuelles ou bisannuelles.

Les feuilles sont généralement à trois folioles (parfois quatre), et sont à l'origine du nom de la plante ; ces folioles sont presque toujours dentées, parfois maculées en leur centre.

L'inflorescence comporte de nombreuses fleurs groupées en têtes sous forme d'une grappe, et qui ressemble soit à un capitule en boule, soit à un épi, les pédoncules s'alignant en étages serrés le long de l'extrémité de la tige.

Le calice de la fleur compte cinq dents, avec une corolle typique des fabacées (étendard, ailes et carène), avec des ailes plus longues que la carène, et un étendard érigé généralement recourbé vers le haut dans la majorité des espèces.

L'androcée est diadelphe (étamines assemblées en deux groupes).

Les fruits sont des petites gousses à l'intérieur du calice, contenant de une à quatre graines.

Plusieurs espèces sont cultivées comme plantes fourragères. Ce sont aussi parfois des plantes mellifères.

Distribution[modifier | modifier le code]

Carte de répartition du genre Trifolium.

Le genre Trifolium est très répandu dans le monde et représenté dans un total de quatre régions floristiques : Néotropique, Paléotropique, Holarctique et Capensis. Il est absent de la région australasienne. Son aire de répartition peut être subdivisée en trois centres distincts : Eurasie, Afrique et Amérique.

Environ 59 % des espèces du genre se trouvent en Eurasie. Le centre d'origine du genre, qui est la région ayant la plus grande diversité d'espèces (total de 110 espèces dans sept sections), se situe dans le bassin méditerranéen. Dans la région euro-sibérienne et touranienne-iranienne on ne trouve au contraire que 8 % des espèces. Presque tous les pays riverains de la Méditerranée possèdent des espèces endémiques. La plupart de ces dernières se trouvent en Turquie, avec un total de neuf endémiques sur les 100 espèces naturellement présentes dans ce pays. La limite nord de l'aire de répartition atteint le cercle Arctique dans le nord de la Suède et de la Norvège. Vers l'est, la biodiversité naturelle diminue et deux espèces seulement, Trifolium lupinaster et Trifolium gordejevi, se rencontrent dans l'Extrême-Orient russe, à Sakhaline et au Japon.

15 % des espèces sont présentes en Afrique. En Afrique du Nord, la plupart sont indigènes, comme dans l'Europe méditerranéenne. Mais on n'y trouve que deux espèces endémiques, toutes deux dans les montagnes de l'Atlas. La moitié des espèces d'Afrique du Nord sont également présentes dans les îles de Macaronésie. Presque toutes les espèces absentes d'Europe peuvent être trouvées dans les hauts plateaux d'Éthiopie. Le trèfle manque dans la péninsule Arabique, à l'exception des hauts-plateaux du Yémen. L'aire de répartition s'étend jusqu'au Cap dans le sud de l'Afrique, mais le trèfle ne pousse que dans les hautes terres tropicales et est absent des plaines. Le trèfle manque à Madagascar, en Namibie, au Botswana et dans la zone sahéliennes. La seule espèce qui atteint la bordure nord du Sahara est le trèfle cotonneux (Trifolium tomentosum).

Les espèces restantes (26 %) se trouvent en Amérique. En Amérique du Nord, le trèfle est absent de l'Alaska, de la plus grande partie du Canada et du nord-est des États-Unis. Le centre de diversité se situe en Californie. Vers le sud, l'aire de répartition du trèfle s'étend jusqu'à environ 43° de latitude sud en Amérique du Sud, où il croît dans les montagnes andines. Le trèfle manque dans les Antilles, à Panama et en Guyane[2].

De nombreuses espèces de trèfle, parmi celles croissant en Amérique du Nord, ont été introduites. Déjà en 1739, sur les dix espèces décrites par le botaniste néerlandais, Jan Frederik Gronovius, dans sa Flora Virginica, neuf sont présentées comme introduites. En 1994, sur les 93 espèces de trèfle recensées aux États-Unis, 64 étaient indigènes et 29 des espèces néophytes (introduites)[3].

En Australie, où il n'existe pas de trèfle indigène, de nombreuses espèces ont été introduites. Ainsi, dans le Sud-Ouest de l'Australie, 35 espèces de trèfle néophytes ont été recensées[4]. Des espèces introduites peuvent également se rencontrer dans les régions alpines de l'est de l'Australie. Un total de nuf espèces[5] sont considérées comme envahissantes[6]. Le trèfle a également été introduit en Nouvelle-Zélande et à Hawaï.

Histoire[modifier | modifier le code]

Trèfle à cinq feuilles

Jadis, le trèfle était considéré comme une plante magique associée à la magie blanche. S'il est notoire que la découverte d'un trèfle à quatre feuilles est censée porter bonheur à celui qui le trouve, d'autres sont étonnantes[7] :

  • À 4 feuilles, le trèfle peut rompre un sortilège ou le renvoyer à son envoyeur.
  • À 5 feuilles, il prédit la célébrité.
  • À 6 feuilles, de très grosses rentrées d'argent
  • À 7 feuilles, la prospérité à vie

Ennemis[modifier | modifier le code]

Les chenilles des papillons de nuit (hétérocères) suivants (classés par famille) se nourrissent de trèfle :

(Voir aussi ces papillons sur le Wiktionnaire)

Principales espèces (France)[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (21 octobre 2014)[8] :

Selon GRIN (21 octobre 2014)[9] :

Selon ITIS (21 octobre 2014)[10] :

Liste des espèces, sous-espèces et variétés[modifier | modifier le code]

Selon NCBI (21 octobre 2014)[11] :

Selon The Plant List (21 octobre 2014)[12] :

Selon Tropicos (21 octobre 2014)[1] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Tropicos, consulté le 21 octobre 2014
  2. (en) J. B. Gillett, « The Genus Trifolium by Michael Zohary and David Heller », Kew Bulletin, vol. 42, no 1,‎ 1987, p. 280–281 (JSTOR lire en ligne).
  3. (en) Michael A. Vincent, Randall Morgan, « Trifolium jokerstii (Leguminosae, Papilionoideae), a New Species from Butte County, California », Novon, vol. 8, no 1,‎ 1998, p. 91–93 (lire en ligne).
  4. (en) Leslie Watson, « Trifolium », sur FloraBase: the Western Australian Flora, Department of Environment and Conservation, Western Australian Herbarium,‎ 2008 (consulté le 21 octobre 2014).
  5. Il s'agit de Trifolium angustifolium, Trifolium arvense, Trifolium campestre, Trifolium dubium, Trifolium fragiferum, Trifolium glomeratum, Trifolium hybridum, Trifolium pratense, Trifolium repens.
  6. Bruce Auld, Hirohiko Morita, Tomoko Nishida, Misako Ito1, Peter Michael, « Shared exotica: Plant invasions of Japan and south eastern Australia », Cunninghamia, vol. 8, no 1,‎ 2003, p. 147–152 (lire en ligne).
  7. Les plantes magiques, guide de visite du jardin des neuf carrés de l'abbaye de Royaumont
  8. Catalogue of Life, consulté le 21 octobre 2014
  9. GRIN, consulté le 21 octobre 2014
  10. ITIS, consulté le 21 octobre 2014
  11. NCBI, consulté le 21 octobre 2014
  12. The Plant List, consulté le 21 octobre 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]