Classe Courbet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courbet.
Classe Courbet
Image illustrative de l'article Classe Courbet
Diagramme de la classe Courbet
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé Dreadnought
Longueur 168,00 m
Maître-bau 27,90 m
Tirant d'eau 9,00 m
Déplacement 23 189 tonnes (standard)
25 850 tonnes (maximal)
Propulsion 4 turbines Parson, 4 hélices
chaudières 22 à 24 Belleville
Puissance 28 000 ch
Vitesse 21 nœuds (16 en 1939)
Caractéristiques militaires
Armement Six tourelles doubles de canons de 305 mm modèle 1910
22 canons de 140 mm modèle 1910
4 canons de 47 mm
4 tubes lance-torpilles de 457 mm
Rayon d’action 8 370 nautiques à 10 nœuds.
Autres caractéristiques
Équipage 1 069 à 1 108 marins
Histoire
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Période de
construction
1910 - 1912
Période de service 1913 - 1942
Navires construits 4
Navires perdus 1
Navires démolis 3
Classe Bretagne Suivant

La classe Courbet est la première classe de cuirassés de type dreadnought construits et mis en service par la Marine nationale française. Elle a été conçue par l'ingénieur M. Lyasse dans le cadre du programme naval de 1910.

Les unités de la Classe Courbet[modifier | modifier le code]

Courbet[modifier | modifier le code]

Le Courbet

Le cuirassé Courbet porte le nom de l'amiral Amédée Courbet (1827-1885). Il est mis sur cale le 1er septembre 1910 à l'Arsenal de Lorient, lancé le 23 septembre 1911 et mis en service le 19 novembre 1913. C'est le premier « Dreadnought » de la Marine française.

Au début de la Grande guerre, en août 1914, il porte la marque du commandant en Chef de la flotte de la Méditerranée, le vice-amiral Boué de Lapeyrère. Le 16 août 1914, au combat d'Antivari, au large du Monténégro, il coule un croiseur de la Marine austro-hongroise.

Durant l'entre-guerres, il sert principalement comme navire d'entraînement (école de timonerie) et subit entre 1927 et 1929, une refonte complète durant laquelle la puissance motrice est portée à 43 000 chevaux et l'artillerie antiaérienne est renforcée.

En 1939, il est basé à Brest au sein de la 3e Division de Ligne, avec son sister-ship, le Paris. En juin 1940, il soutient à l'aide de ses canons, le repli des troupes alliées sur Cherbourg, puis se replie sur Portsmouth. Le 3 juillet, le navire est saisi par les Anglais, puis rendu aux FNFL qui l'utilisent comme caserne et batterie antiaérienne à poste fixe (5 avions abattus crédités).

Désarmé en 1941, il sera coulé devant Hermanville-sur-Mer afin de servir de brise-lame pour protéger un môle du port artificiel de Ouistreham mentionné sous le nom de code de "Gooseberry".

Jean Bart, puis Océan[modifier | modifier le code]

Le Jean Bart

Le cuirassé Jean Bart est mis sur cale le 15 novembre 1910 à l'Arsenal de Brest, lancé le 22 septembre 1911 et mis en service le 5 juin 1913. Il est le 12e navire à porter le nom du corsaire dunkerquois.

Sa carrière débute à l'été 1914, lorsqu'il conduit le Président de la République Raymond Poincaré en visite officielle en Suède et en Russie. Il sert en Méditerranée, durant la Première Guerre Mondiale.

Il est stationné durant l'entre-deux-guerres à Toulon. À partir de 1935, il est désarmé et affecté à l'instruction. Le 24 juin 1936, il est renommé Océan.

Le 27 novembre 1942, stationné à Toulon, il est saisi par les allemands. Il est coulé en mars 1944, suite à des essais d'explosifs par les allemands. Il est officiellement condamné en 1945, puis renfloué et démoli en 1946.

Paris[modifier | modifier le code]

Le Paris

Le cuirassé Paris est mis sur cale le 10 novembre 1911 aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne, lancé le 28 septembre 1912 et mis en service le 1er août 1914.

Il sert d'abord en 1938 de navire d'entraînement (école de canonnage), avec le Courbet (1937, école de timonerie). En 1939, il est affecté d'abord à la 5e escadre (Méditerranée) puis au sein de la 3e Division de Brest, toujours avec le Courbet. Devant l'avancée des troupes allemandes, il se replie en juin 1940 sur Plymouth où il est saisi le 3 juillet 1940 par les Anglais. Il sert durant la guerre de caserne à la Royal Navy et est restitué à la Marine Nationale en août 1945. Il sera alors utilisé comme ponton jusqu'en 1950, puis condamné le 21 décembre 1955 et ferraillé.

France[modifier | modifier le code]

Le France

Le cuirassé France a été mis sur cale le 11 novembre 1911 aux chantiers navals de l'Atlantique de Saint-Nazaire, lancé le 8 novembre 1912 et mis en service le 15 juillet 1914 à Brest.

Dans la nuit du 25 au 26 août 1922, au retour d'un exercice naval au large de Belle Île, il s'échoue près de Quiberon sur le haut-fond de la Teignouse et coule en quelques heures (trois disparus dans le naufrage dont le marin Marcel Maillet). Il est ferraillé en plusieurs étapes entre 1935 et 1958.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2002
  • Michel Bertrand (préf. Contre-Amiral Chatelle, photogr. SHD-Marine), La marine française : 1939-1940, 83110 La Tour du Pin, Éditions du Portail, coll. « Connaissance des armes »,‎ 1984 (ISBN 2-86551-005-0)
    Cet ouvrage est une véritable petite encyclopédie de la Marine, un instantané de cette période, avec des descriptions et des fiches techniques d'une grande précision concernant les personnels et les matériels.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]