Ernest Renan (croiseur cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ernest Renan
Image illustrative de l'article Ernest Renan (croiseur cuirassé)
Le croiseur cuirassé Ernest Renan

Histoire
A servi dans Marine nationale (France)
Quille posée octobre 1903
Lancement mars 1906
Armé 2008 1er janvier 1910
Statut retiré le 3 mai 1936
Caractéristiques techniques
Type croiseur cuirassé
Longueur 159 mètres
Maître-bau 21,5 mètres
Tirant d'eau 8,30 mètres
Déplacement 13 730 tonnes
Propulsion 3 machines (42 chaudières Niclausse)
Puissance 37 600 cv
Vitesse 24 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 4 × 194 mm (canon 40 - mod. 1893)
12 × 164 mm (canon 45 - mod. 1893)
6 × 75 mm (canon anti-aérien)
12 × 65 mm
2 tubes lance-torpilles (450 mm)
Rayon d'action 6 700 milles à 10 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 825 (officiers, officiers mariniers, quartiers maîtres et matelots)
Chantier naval Atelier du Penhoet-Saint-Nazaire
Port d'attache Drapeau de la France France

L’Ernest Renan est un croiseur cuirassé de la marine française qui a servi de type au développement de la classe Edgar Quinet.
Il porte le nom d'Ernest Renan (1823-1892), en l'honneur du philosophe et historien français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Schéma du Ernest Renan

Le croiseur cuirassé Ernest Renan est de la lignée du Léon Gambetta (1901). Il a servi dans la 1re division légère de Méditerranée.

En 1919, avec le Décidée et le Bambara, il participe à la défense de la Syrie.

En 1921, il transporta de Batoumi à Constantinople la classe politique de la République démocratique de Géorgie qui fuyait l'invasion soviétique de la Géorgie, notamment Ekvtimé Takhaïchvili et le trésor national géorgien[1]'[2].

Il fut rayé du service en 1931.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. Mirian Méloua, EKVTIME TAKAISHVILI, 16 mars 2011, Comité pour l’information sur l’Europe de l’Est, Paris-Sorbonne
  2. Lili Sakhltkhutsishvili, Le Trésor récupéré, Le Canard du Caucase n°2, décembre 2012.

Sources:

  • Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005.[1]
  • Conway's All The World's Fighting Ships 1860-1905 de Robert Gardiner, Roger Chesneau, Eugene Kolesnik(ISBN 0-85177-133-5)