Classe Mogador

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Mogador
Image illustrative de l'article Classe Mogador
Le Volta
Caractéristiques techniques
Type contre-torpilleurs
Longueur 137,4 m
Maître-bau 12,67 m
Tirant d'eau 4,57 m
Déplacement 2 884 tonnes
Port en lourd 4 429 tonnes
Propulsion 2 turbines à vapeur
3 chaudières
Puissance 92 000 cv
Vitesse 39 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 4x2 canons de 138 mm
2x2 canons de 37 mm
2X2 mitrailleuses AA de 13.2 mm
10 (2x3,2x2) tubes lance-torpilles de 550 mm
32 Grenades anti-sous-marine et 40 mines
Rayon d’action 4 000 nautiques à 18 nœuds (721 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 12 officiers, 226 hommes
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Commanditaire Marine nationale française
Période de
construction
1935-1939
Période de service dès 1939
Précédent Classe Le Fantasque Classe Hardi Suivant

La classe Mogador est une série de deux grands contre-torpilleurs de la marine nationale française prévue dès 1935 et mise en service en 1939.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Inspirés de la classe Le Fantasque, ces deux contre-torpilleurs sont très rapides (à ses essais le Volta atteint la vitesse de 43 nœuds) et doivent servir d'éclaireurs aux cuirassés de classe Dunkerque. Avec leurs huit pièces de 138 mm en 4 tourelles doubles, ils ont une puissance de feu supérieure à tous les contre-torpilleurs et destroyers en service en 1939.

Navires[modifier | modifier le code]

Nom Chantier naval Lancement Mise en service Fin de service
Mogador Arsenal de Lorient 9 juin 1937 8 avril 1939 sabordé le 27 novembre 1942
Volta Ateliers et chantiers de Bretagne à Nantes 26 novembre 1936 6 mars 1939 sabordé le 27 novembre 1942

Service[modifier | modifier le code]

Le Mogador et son sister-ship le Volta sont intégrés à la Force de Raid lors de sa formation le 3 septembre 1939. Ils étaient présents lors de l'attaque des Britanniques à la bataille de Mers el-Kébir du 3 juillet 1940. Seul le Volta réussira à s'échapper et à rejoindre Toulon. Le Mogador, frappé par un obus de 380 mm, voit son arrière détruit par l'explosion des grenades anti-sous-marines en magasin. Resté à flot, il sera réparé sommairement et ralliera Toulon le 1° novembre 1940.
Le Volta, en service, et le Mogador en réparations seront coulés lors du sabordage de la flotte française à Toulon le 27 novembre 1942 pour ne pas être pris par les troupes allemandes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Destroyers of World War Two de M.J. Whitley (Naval Insitute Press - 1982) (ISBN 0-87021-326-1)
  • (en) Robert Gardiner et Roger Chesneau, Conway's All the World's Fighting Ships (1922-1946),‎ 1980 [détail de l’édition]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]