Classe Bisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Bisson
Image illustrative de l'article Classe Bisson
Le Bisson
Caractéristiques techniques
Type contre-torpilleur
Longueur 78,1 m
Maître-bau 8,6 m
Tirant d'eau 3,1 m
Déplacement 756 à 791 tonnes
Port en lourd 855 tonnes
Propulsion 4 machines à turbines
4 chaudières
Puissance 15.000 cv
Vitesse 30 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 canons de 100 mm(M.1893)
4 canons de 65 mm(M.1902)
2x2 tubes lance-torpilles de 450 mm
Rayon d’action 1.950 miles à 14 nœuds
(165 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 80-83
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Commanditaire Marine nationale française
Période de
construction
1911-1914
Période de service 1912-1934
Navires construits 6
Navires prévus 6
Navires perdus 1
Navires démolis 5
Précédent Classe Bouclier Classe Aventurier Suivant

La Classe Bisson fut la onzième classe de contre-torpilleurs construite pour la Marine nationale française entre 1911 et 1914. Elle fut réalisée sur les chantiers navals français de Rochefort, Toulon, Chalon-sur-Saône et Nantes.
Les six navires furent utilisés durant la Première Guerre mondiale.

Conception[modifier | modifier le code]

La classe fut nommée en hommage à l'Amiral français Hippolyte Magloire Bisson qui s'est sacrifié à bord du brick Panayoti en 1827 pendant la Guerre d'indépendance grecque.

Les unités de cette classe furent de même conception que celles de la classe Bouclier précédente mais eurent un meilleur rendement de vitesse.

Modernisation[modifier | modifier le code]

Les survivants, entre 1916 et 1918, reçurent un canon anti-aérien de 75 mm et 2 mitrailleuses de 8 mm.

Service[modifier | modifier le code]

Toutes les unités, sauf le Magnon, qui fut attaché à Dunkerque, servirent en Méditerranée entre 1914-1918.

Perte[modifier | modifier le code]

  • Le Renaudin coula le 18 mars 1916 par torpillage du sous-marin austro-hongrois U-6 proche de Durrës (Albanie).

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Chantier naval Quille Lancement Mis en service Fin de carrière
BS Bisson [1] Arsenal de Toulon en 1913 rayé le
RD Renaudin [2] Arsenal de Toulon coulé le
LA Commandant Lucas [3] Arsenal de Toulon en 1914 rayé le
OT Protet Arsenal de Rochefort (Charente-Maritime) en 1914 rayé le
MG Mangini [4] Schneider à Chalon-sur-Saône en 1911 en 1914 rayé le
MN Magon [5] Ateliers et chantiers de Bretagne à Nantes en 1911 rayé le

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. - site Pages14-18
  2. [1]
  3. [2]
  4. [3]
  5. - site Pages14-18
  • Robert Gardiner, Randal Gray, Przemyslaw Budzbon: Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921)
  • Roche, Jean-Michel (2005). "Classement par types". Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours 2, 1870 - 2006. Toulon: Roche(ISBN 978-2-9525917-0-6)

Sources[modifier | modifier le code]