Classe Arabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Arabe
Image illustrative de l'article Classe Arabe
l'Arabe
Caractéristiques techniques
Type torpilleur
Longueur 82,35 m
Maître-bau 7,35 m
Tirant d'eau 2,64 m
Déplacement 685 tonnes
Port en lourd 750 tonnes
Propulsion 3 turbines à vapeur
5 chaudières (Kampon)
Puissance 10 000 cv
Vitesse 28 à 30 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 1 canon naval de 120 mm (en) (Type 41) avec 100 coups, remplacement par un canon français de 100 mm mod 1917 à partir de 1930
3 canon naval de 76,2 mm (en) (Type 41) avec 100 coups
1 canon antiaérien de 76,2 mm avec 100 coups
2x2 tubes lance-torpilles de 450 mm avec 4 torpilles mod 1909 R, remplacées en 1920 par le mod 1918
8 grenades anti-sous-marine sur rails de lancement en 1918
Rayon d’action 2 000 miles à 12 nœuds
(102 tonnes de charbon et 118 de mazout)
Autres caractéristiques
Électronique 1 projecteur de 750 mm
Équipage 5 officiers, 1 premier-maître, 8 seconds-maîtres, 29 quartiers-maîtres et 63 matelots[1]
Histoire
Constructeurs Drapeau du Japon Japon
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Commanditaire Marine nationale française
Date début commande Novembre 1916
Période de
construction
1917
Période de service 1917-1936
Navires construits 12
Navires prévus 12
Navires démolis 12
Précédent Classe Enseigne Roux

La Classe Arabe est une classe de douze torpilleurs construits dans divers arsenaux de l'Empire du Japon pour la marine française durant la Première Guerre mondiale.

Dans la marine nationale française, elle est la quatorzième et dernière classe à entrer en service avant la fin de la Première Guerre mondiale; et la seule construite à l'étranger[2].

Conception[modifier | modifier le code]

L'Armée Navale qui regroupe les forces navales françaises en Méditerranée manque à cette époque cruellement d'escorteurs, de torpilleurs alors que la menace des sous marins allemands et austro-hongrois est importante. Aussi quand en 1916, l'attaché naval japonais à Paris propose de faire construire dans son pays une série de torpilleurs, l'état major français accepte avec empressement[3].

Le 2 novembre 1916, une commande de 12 torpilleurs issus d'une classe japonaise de destroyers, la classe Kaba, est confirmée par la France à l'empire du Japon. Ils devaient être livrés à Port Saïd dans un délai de six mois après la mise sur cale pour les 8 premiers, trois mois plus tard pour les autres.
Son armement est dérivé de pièces d'artillerie britannique fabriqué sous licence; ainsi, ses canons catégorisé comme étant de calibre 80 mm sont en réalité de 3 pouces soit 76,2 mm[4].

Service[modifier | modifier le code]

L'Algérien en 1917.

Les douze torpilleurs ont d'abord été stationnaires en Méditerranée. Puis ils ont été divisés en deux groupes : sept ont servi au sein de la 11e escadrille à Tarente en Italie avec des missions d'escorte et les cinq autres dans la 3e escadrille à Moudros en Grèce.

Pendant la guerre du Rif de 1924, quelques unités ont aussi servi au Maroc. À la fin des années 1920, ils ont été basés à Brest et ont fait partie de l'Escadre du Nord. En 1931, ils forment les 2e, 4e et 6e divisions de la 2e escadrille de torpilleurs sous la conduite du Mécanicien Principal Lestin de la classe Enseigne Roux de la 2e Escadre. A cette date, le canon de 120 est en cours de remplacement par un canon de 100 de plus grande portée[5].

Toutes les unités de cette classe ont été désarmées et ferraillées entre 1933 et 1936.

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

indicatif Nom Chantier naval Mis sur cale Lancement Mis en service Sort final
AG Algérien [6] Arsenal naval de Yokosuka janvier 1917 mai 1917 août 1917 rayé en 1936
AN Annamite [7] Arsenal de Yokosuka janvier 1917 juin 1917 septembre 1917 rayé le 17 août 1933
AB Arabe [8] Arsenal naval de Kure en 1917 mai 1917 août 1917 rayé le 16 juin 1936
BM Bambara [9] Arsenal de Kure en 1917 juillet 1917 septembre 1917 rayé le 17 août 1933
HV Hova [10] Arsenal naval de Sasebo en 1917 mai 1917 août 1917 rayé le 14 juin 1936
KB Kabyle [11] Arsenal de Sasebo en 1917 mai 1917 octobre 1917 rayé le 14 juin 1936
MR Marocain [12] Arsenal naval de Maizuru en 1917 mai 1917 septembre 1917 rayé le 24 juillet 1935
SK Sakalave [13] Arsenal de Maizuru mars 1917 juillet 1917 octobre 1917 rayé le 14 juin 1936
SL Sénégalais [14] Kawasaki Heavy Industries à Kōbe mars 1917 mai 1917 septembre 1917 rayé le 14 juin 1936
SM Somali [15] Kawasaki Heavy Industries à Kōbe mars 1917 juillet 1917 octobre 1917 rayé le 24 juillet 1935
TK Tonkinois [16] Mitsubishi Heavy Industries à Nagasaki février 1917 9 juin 1917 juillet 1917 rayé le 14 juin 1936
TO Touareg [17] Mitsubishi à Nagasaki février 1917 5 août 1917 septembre 1917 rayé le 24 mai 1935

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Arabe-class destroyer » (voir la liste des auteurs)
  • Robert Gardiner, Randal Gray, Przemyslaw Budzbon: Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921)
  • Roche, Jean-Michel (2005). "Classement par types". Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours 2, 1870 - 2006. Toulon: Roche(ISBN 978-2-9525917-0-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]