Classe Guépard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Guépard
Image illustrative de l'article Classe Guépard
Le Guépard
Caractéristiques techniques
Type contre-torpilleurs
Longueur 128,5 m
Maître-bau 11,94 m
Tirant d'eau 4,03
Déplacement 2 441 tonnes
Port en lourd 3 200 tonnes
Propulsion 2 turbines à vapeur
4 chaudières
Puissance 64 000 ch
Vitesse 36 nœuds. 40 à feux poussés
Profondeur 5,5 m
Caractéristiques militaires
Armement 5 canons de 138 mm
4 canons de 37 mm
4 mitrailleuses de 13.3 mm
6 tubes lance-torpilles de 550 mm
Rayon d’action 3450 nautiques à 14,5 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 209
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Commanditaire Marine nationale française
Date début commande programmes 1925 et 1926
Période de
construction
1927-1931
Période de service 1929
Précédent Classe Jaguar Classe Aigle Suivant

La classe Guépard (parfois appelée classe Bison) est une série de six contre-torpilleurs de la marine nationale française, mis sur cale à partir de mars 1927 et entrés en service d'août 1929 à janvier 1931.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Ils différaient de la classe précédente, les Jaguars par leur déplacement plus important (2 440 tonnes contre 2 120), leur puissance supérieure (64 000 chevaux au lieu de 55 000), leur armement (5 canons de 138 à la place des 130) et leur silhouette à quatre cheminées (au lieu de trois pour les précédents). Programmés en 1925 (Bison, Guépard, Lion et Valmy) et 1926 (Verdun, Vauban), ils précédaient les contre-torpilleurs des classes Aigle (programme 1927) et Vauquelin (programmes 1928 et 1929) qui leur ressemblaient beaucoup.

  • Longueur : 128,50 m
  • Largeur : 11,69 m
  • Déplacement :2441 tonnes Washington
  • Propulsion : Puissance 64 000 cv
  • Vitesses : 36 nœuds.
Armement 

Navires[modifier | modifier le code]

Nom Chantier naval Lancement Mise en service
Bison Arsenal de Lorient 19 avril 1928 Août 1929
Guépard Arsenal de Lorient 1931
Lion Chantiers de France 29 octobre 1928 1930
Valmy Chantiers de Penhoët 19 mai 1928 1930
Verdun Ateliers et Chantiers de la Loire 4 juillet 1928 1930
Vauban Chantiers de France 1er février 1930 Janvier 1931

Le Bison a été coulé le 3 mai 1940, lors des opérations d'évacuation des forces alliées en Norvège centrale après qu'une bombe larguée d'un stuka ait touché la passerelle et provoqué une explosion dans les soutes à munitions avant, laquelle projeta le canon de 138 à 50 mètres de haut[1]. Le commandant Jean Bouan fut tué sur le coup, le commandant en second, Robert Giraud fut grièvement blessé et mourut des suites de ses blessures[2]. Environ une moitié de l'équipage fut recueillie sur l'HMS Afridi, destroyer de la Royal Navy, mais celui-ci étant à son tour touché par une bombe, il n'y eut finalement que 112 survivants dont 60 blessés graves sur les 268 marins du Bison[3].

Les cinq autres navires ont été sabordés le 27 novembre 1942 à Toulon. Tous ont été renfloués par la marine italienne. Le Lion et le Valmy ont été réparés et remis en service sous pavillon italien en tant que FR21 et FR24. Tous les deux ont à nouveau été sabordés en septembre 1943 à La Spezia. Le Valmy, renfloué une seconde fois a été utilisé par la Kriegsmarine avant d'être coulé à Gênes en 1945.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Mauclère, La campagne du Bison, J de Gigord, coll. « L'étrave »,‎ 1946
  • Henri Darrieus et Jean Quéguiner, Histoire de la Marine française (1922-1942), L'Ancre de Marine,‎ 1996 (ISBN 2-84141-103-6)

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]