Auguste Boué de Lapeyrère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lapeyrère (homonymie).
Officier général francais 5 etoiles.svg Auguste Boué de Lapeyrère
Image illustrative de l'article Auguste Boué de Lapeyrère

Naissance 18 janvier 1852
à Castéra-Lectourois
Décès le 17 février 1924 (à 72 ans)
à Pau
Origine Drapeau de la France France
Arme Pavillon de la marine française Marine nationale française
Grade Amiral
Années de service 18691916
Conflits Expédition du Tonkin
Première Guerre mondiale
Commandement Division navale de l’Atlantique ; Division de la Baltique ; Première armée navale alliée en Méditerranée
Distinctions Grand-croix de la Légion d’honneur
Inhumé dans la crypte des Invalides
Autres fonctions Ministre de la Marine (1909-1911)
Famille Augustin Dupouy (oncle)

Augustin Emmanuel Hubert Gaston Marie Boué de Lapeyrère, dit Auguste Boué de Lapeyrère, né à Castéra-Lectourois (Gers) le 18 janvier 1852 et mort à Pau (Pyrénées-Atlantiques) le 17 février 1924, est un amiral français, ministre de la Marine de 1909 à 1911.

Biographie[modifier | modifier le code]

De gauche à droite, l'amiral Boué de Lapeyrère en 1915 à bord de l'HMS Queen Elizabeth, aux côtés du général britannique Ian Hamilton, du vice-amiral britannique John de Robeck, et du général français Maurice Bailloud.

Il est né dans une famille de marins : son oncle est le vice-amiral Augustin Dupouy, qui devient son tuteur à la mort de son père. Il entre à l'École navale en octobre 1869. Il participe aux campagnes du Tonkin et se révèle meneur d'hommes et bon manœuvrier. En 1899, il commande le cuirassé Brennus en Méditerranée. Contre-amiral en 1902, il devient commandant en chef de la division navale de l'Atlantique de 1904 à 1906, où il a pour aide de camp Pierre Loti. Il est promu vice-amiral en 1908, commandant la division de la Baltique, puis préfet maritime de Brest. Ministre de la Marine du 24 juillet 1909 au 1er mars 1911, dans les gouvernements Aristide Briand (1) et Aristide Briand (2). Il réorganise les services et fait construire de nombreux bâtiments, notamment des dreadnoughts de la classe Courbet. En 1914, il est commandant en chef de la première armée navale alliée en Méditerranée. Malgré des succès notables, l'affaire du croiseur cuirassé Léon Gambetta, torpillé par un sous-marin allemand, provoque sa démission. Admis dans la réserve en 1916, il se retire à Pau.

Il lança le service de l'Aéronautique maritime, à l'origine de l'Aviation navale actuelle. Grand-croix de la Légion d'honneur en avril 1921. Son corps a été transféré aux Invalides en 1931.

Son fils, Robert Boué de Lapeyrère, fut critique d'art, poète auteur de nombreux sonnets et membre de la Société archéologique du Gers.

Postérité[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Dessin de Paul Noël Lasseran, illustration de frontispice de La taverne pendant la guerre, 1915. Le quatrain en gascon dit : Laissons faire le Gaston, il faut lui laisser le temps / Il ne revient pas à Tulle (propriété de l'amiral à Lectoure) / Avant d'avoir noyé les derniers bâtiments / De cette grande crapule.
  • Georges Courtès (sous la direction de), Dictionnaire biographique de l'Antiquité à nos jours, Société Archéologique et Historique du Gers
  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2002
  • Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Paris, éditions Tallandier,‎ 2002, 573 p. (ISBN 2-84734-008-4)
  • François Cochet et Rémy Porte, Dictionnaire de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2008
  • Paul Jeannin-Naltet, Mémoires de la Société historique de Gers, 1er trimestre 1994.

Article connexe[modifier | modifier le code]