Classe Bourrasque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Bourrasque
Image illustrative de l'article Classe Bourrasque
Diagramme Classe Bourrasque (état d'origine)
Caractéristiques techniques
Type torpilleurs
Longueur 105,77 m
Maître-bau 9,64 m
Tirant d'eau 4,30 m
Déplacement 1 298 t 1 968 t à PC
Propulsion 2 turbines à vapeur
3 chaudières
Puissance 33 000 cv
Vitesse 33 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 4 pièces simples de 130 mm
1 pièce AA de 75 mm remplacée par 2 pièces simples AA de 37 mm
6 tubes lance-torpilles de 550 mm en 2 plateformes triples
Rayon d’action 2 150 nautiques à 14 nœuds (345 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 7 officiers, 138 hommes
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Commanditaire Marine nationale française
Date début commande programmes 1923
Période de
construction
1924-1927
Période de service dès 1928
Classe Adroit Suivant

La classe Bourrasque est une série de douze torpilleurs de la marine nationale française (tranche 1923) et entrée en service de 1926 à 1928. Chaque unité porte le nom d'un type de vent.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'Ouragan.

Les 26 torpilleurs de 1 500 tonnes ou 3 tuyaux furent les premiers torpilleurs construits après la première guerre mondiale. Ils appartenaient à deux classes pratiquement identiques. Les 12 Bourrasque et les 14 Adroit. Ils étaient comparables aux nouveaux destroyers britanniques Classe V & W.

Navires[modifier | modifier le code]

Nom Chantier naval Lancement Mise en service Fin de service
Bourrasque Chantiers de France à Dunkerque 5 août 1925 août 1926 coulé le 30 mai 1940
Cyclone Forges et Chantiers de la Méditerranée Le Havre 21 janvier 1925 Juin 1926 sabordé le 18 juin 1940
Mistral Forges et Chantiers de la Méditerranée Le Havre 6 juin 1925 Juin 1927 Désarmé en février 1950
Orage CNF Caen 30 août 1924 Décembre 1926 Coulé le 23 mai 1940
Ouragan CNF Caen 6 décembre 1924 Janvier 1927 Désarme en avril 1949
Simoun Chantiers de Penhoët Saint-Nazaire 3 juin 1924 avril 1926 Désarmé le 17 février 1950
Sirocco Chantiers de Penhoët Saint-Nazaire 3 octobre 1925 Juillet 1927 Coulé le 31 mai 1940
Tempête Chantiers Dubigeon Nantes 22 février 1925 septembre 1926 Désarmé en février 1950
Tornade Dyle et Baccalan Bordeaux 13 mars 1925 Mai 1928 Coulé le 8 novembre 1942
Tramontane Forges et Chantiers de la Gironde Bordeaux 29 novembre 1924 Avril 1926 Coulé le 8 novembre 1942
Trombe Forges et Chantiers de la Gironde Bordeaux 29 décembre 1925 Octobre 1927 Désarmé en février 1950
Typhon Forges et Chantiers de la Gironde Bordeaux 22 mai 1924 Juin 1926 Coulé le 9 novembre 1942

Au combat...[modifier | modifier le code]

Quatre unités sont perdues en 1940 : L'Orage le 23 mai, coulé par des bombardiers allemands. La Bourrasque par des mines allemandes et des tirs d'artillerie de la terre, le 30 mai lors de l'évacuation des troupes à Dunkerque. Le Siroco le 31 mai par des torpilleurs allemands engagé dans cette même opération. Le Cyclone est avarié le 30 mai par deux vedettes lance-torpilles allemandes. L'étrave arrachée, il rejoint Brest en marche arrière. Il y est sabordé le 18 juin pour empêcher sa capture.

Le Mistral et l' Ouragan sont capturés par les britanniques le 3 juillet 1940 lors de l'opération Catapult. Le Mistral continuera la guerre sous pavillon britannique. Quant à l'Ouragan, il sera d'abord armé par la Marine polonaise libre puis il poursuivra la guerre sous pavillon français, après avoir été restitué aux Forces navales françaises libres.

Le Typhon, la Tornade et la Tramontane sont perdus au combat dans une lutte inégale contre les cuirassés et les croiseurs de l'US Navy, lors de l'opération Torch du 8 novembre 1942 à Oran

Le Simoun et la Tempête, basés à Casablanca, rejoignent les alliés en novembre 1942 puis escortent les convois en Méditerranée jusqu'à la libération.

La Trombe est le seul de cette classe sabordé à Toulon le 27 novembre 1942. Il est renfloué par la Regia Marina qui l'utilise sous le nom de FR31 et le restitue à la marine nationale durant l'été 1943 après l'armistice de l'Italie avec les alliés.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Destroyers of World War Two de M.J. Whitley (Naval Insitute Press - 1982) (ISBN 0-87021-326-1)

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]