Belliqueuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Belliqueuse
Image illustrative de l'article Belliqueuse
La Belliqueuse

Histoire
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Quille posée
Lancement
Armé
Statut rayé le
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 70 m
Maître-bau 14 m
Tirant d'eau 6,43 m
Déplacement 3.717 tjb
Propulsion 1 machine à vapeur (4 chaudières)
voilure de 1.450 m² (gréement de trois-mâts barque
Puissance 450 ch
Vitesse 11,7 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 150 mm
batterie = 120 mm
Armement origine:

4x1 canon de 194 mm (M1864)
10x1 canon de 160 mm (M1864)
refonte :
4x1 canon de 194 mm(M1870)
8x1 canon de 160 mm (M1870)
4 canons-revolvers

Rayon d'action (250 tonnes de charbon)
Autres caractéristiques
Équipage 310 hommes
Chantier naval arsenal de Toulon
Port d'attache Brest

La Belliqueuse était une corvette cuirassée de 2e classe construite à l'arsenal de Toulon entre 1863-1866 pour la Marine Nationale française.
Elle fut la dernière construite, après la classe Provence, des cuirassés à coque en fer.

Conception[modifier | modifier le code]

La Belliqueuse est une corvette à coque bois qui fut dessinée par Dupuy de Lôme, ingénieur maritime et homme politique français. Elle portait un blindage en fer forgé en ceinture complète (du pont-batterie à 1,40 m sous l'eau) avec un éperon de bronze immergé à 3 mètres sous l'eau.
C'était un trois-mâts barque avec une voilure de 1 450 m2 muni d'une machine à vapeur à une seule cheminée.
En cours de service une modification de son armement fut faite, en modernisant ces pièces d'artillerie et en ajoutant des canons-revolvers de petit calibre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 22 décembre 1866, la Belliqueuse rejoint le port de Brest. Elle sera le premier bâtiment de ce type à partir en campagne loin de son port d'attache. Passant le Cap Horn, elle devient le navire-amiral de la division navale du Pacifique, sous le commandement du contre-amiral Jérôme-Hyancinthe Penhoat (1812-1882).
De 1868 à 1869, elle fait une mission au Japon puis revient en France par l'Océan Indien, réalisant un tour du monde. Elle fait escale, à Saint-Denis de La Réunion, à Mayotte et Mohéli, puis Zanzibar. Elle arrive à Brest le 26 mai 1869.
De 1870 à 1872, elle sillonne la Méditerranée. Puis elle part rejoindre la Division de Chine et du Japon jusqu'en 1874.

Le 3 mai 1886, elle est rayée des listes de service et sert comme bateau-cible. En 1889, elle sera vendue pour démolition.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Sources[modifier | modifier le code]