Pothuau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pothuau
Image illustrative de l'article Pothuau

Histoire
A servi dans Marine nationale
Quille posée 11 janvier 1893
Lancement 19 septembre 1895
Armé 5 juin 1897
Statut démantelé le 25 septembre 1929
Caractéristiques techniques
Type croiseur cuirassé
Longueur 113,1 mètres
Maître-bau 15,3 mètres
Tirant d'eau 6,4 mètres
Déplacement 5 374 tonnes
Propulsion 2 machines à vapeur (18 chaudières)
Puissance 10 400 cv
Vitesse 19 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 2 × 194 mm (canon 40 - mod. 1893)
10 × 138 mm (canon 45 - mod. 1893)
4 tubes lance-torpilles (450 mm)
Autres caractéristiques
Équipage 459(officiers, officiers mariniers, quartiers maîtres et matelots)
Chantier naval Forges et Chantiers de la Méditerranée Drapeau de la France France
Port d'attache Toulon

Le Pothuau fut un croiseur cuirassé de la marine française. Il était basé à Toulon et faisait partie de l'escadre de la Méditerranée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce croiseur blindé est lancé des Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre en 1895. Il est mis en service en 1897 à Cherbourg où il effectue ses premiers essais. Son premier commandant sera le capitaine de frégate Paul Germinet.

Il porte le nom de l'amiral Louis Pierre Alexis Pothuau.

Dès 1898, il rejoint l'escadre de la Méditerranée à Toulon. Il participe, durant la Première Guerre mondiale, aux combats de Méditerranée, d'Afrique et d'Égypte. En 1917, il se rend à Singapour puis à Saïgon puis rejoint Toulon pour une refonte.

À partir du 3 novembre 1927, il est utilisé comme navire-école d'artillerie. Il est finalement démantelé le 25 septembre 1929 après avoir été vendu à la Société du Matériel Naval du Midi.

Commandants[modifier | modifier le code]

1903 : Alphonse Lecuve.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources:

  • Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005.[1]