Classe Argonaute (sous-marin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres classes de navires du même nom, voir Classe Argonaute.
Classe Argonaute
Image illustrative de l'article Classe Argonaute (sous-marin)
Croquis des sous-marins de classe Argonaute.
Caractéristiques techniques
Longueur 63 mètres[1]
Maître-bau 6,4 mètres[2]
Tirant d'eau 4,2 mètres
Déplacement 630 tonnes (en surface)
798 tonnes (en plongée)
Propulsion 2 hélices
2 moteurs Schneider-Carel
2 moteurs électriques
Puissance 1 200 ch / 1 000 ch
Vitesse 14 nœuds (26 km/h) (surface)
9 nœuds (17 km/h) (plongée)
Profondeur 80 mètres
Caractéristiques militaires
Armement 6 TLT de 533 mm
2 TLT de 400 mm
1 canon de 75 mm
1 mit. AA de 13,2 mm
Rayon d’action 4 000 milles marins (7 410 km) à 10 nœuds (19 km/h)
82 milles marins (150 km) à 5 nœuds (9 km/h) (plongée)
Autres caractéristiques
Équipage 41 hommes
Histoire
Constructeurs Schneider-Creusot
(Chalon-sur-Saône)
A servi dans Pavillon de la marine française Marine nationale française
Pavillon des forces navales françaises libres Forces navales françaises libres
Période de
construction
1928 - 1935[3]
Période de service 1932 - 1946
Navires construits 5
Navires perdus 1

La classe Argonaute est une classe de sous-marins construits pour la marine française avant la Seconde Guerre mondiale

Conception[modifier | modifier le code]

La classe Argonaute est une version de 630 tonnes améliorée des 600 tonnes précédents. Conçus par Schneider-Laubeuf, ils sont plus grands, plus confortables et plus stables en plongée. Ils possèdent trois tubes lance-torpilles de 533 mm à la proue, deux à l'extérieur à l'avant et un autre à l'arrière. Deux tubes de 400 mm sont eux disposés sur un affût mobile à l'arrière[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Durant la guerre, seul l'Argonaute est coulé. En effet, lors de l'opération Torch le 8 novembre 1942, il est atteint par plusieurs charges ASM au large d'Oran.

Homonymie[modifier | modifier le code]

Il ne faut pas confondre cette Classe de sous-marins "Argonaute", avec le sous-marin appelé "Argonaute" qui est lui de Classe Aréthuse. Ce sous-marin mis à l'eau en 1958, désarmé en 1982, est dorénavant exposé, depuis 1991, à la Cité des sciences et de l'industrie de La Villette à Paris.

Unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Chantier de construction Quille posée Lancement Mise en service Destiné
Argonaute (NN6) Chantiers Schneider
Chalon-sur-Saône
avril 1928 23 mai 1929 juin 1932 Coulé au large d'Oran le 8 novembre 1942
Aréthuse (NN7) Chantiers Schneider
Chalon-sur-Saône
avril 1928 8 août 1929 juillet 1933 Rejoint les FNFL en décembre 1942. Revendu en mars 1946
Atalante (Q162) Chantiers Schneider
Chalon-sur-Saône
janvier 1929 5 août 1930 septembre 1934 Rejoint les FNFL en décembre 1942. Revendu en mars 1946
Vestale (Q176) Chantiers Schneider
Chalon-sur-Saône
janvier 1930 25 mai 1932 août 1934 Rejoint les FNFL en décembre 1942. Revendu en août 1946
Sultane (Q177) Chantiers Schneider
Chalon-sur-Saône
janvier 1930 5 août 1932 mai 1935 Rejoint les FNFL en décembre 1942. Revendu en décembre 1946

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Gardiner et Roger Chesneau, Conway's All the World's Fighting Ships (1922-1946),‎ 1980 [détail de l’édition]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]