Classe Colbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colbert.

La classe Colbert est la deuxième classe de cuirassés à coque en fer de la marine française à être développée avec une batterie d'artillerie lourde installée au centre du navire, protégée par une succession de barbettes sur chaque flanc recevant une artillerie secondaire.

Classe Colbert
Image illustrative de l'article Classe Colbert
Le cuirassé Colbert
Caractéristiques techniques
Type cuirassé
Longueur 96,85 m
Maître-bau 17,45 m
Tirant d'eau 8,68 m
Déplacement environ 8 600 tonnes (standard)
Port en lourd 8 750 tonnes
Propulsion 2 machines à vapeur (8 chaudières)
Puissance 4.600 ch
Vitesse 14 noeuds maxi
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 203 mm
cloison = 105 mm
kiosque = 160 mm
Armement (8x1) x 275 mm
1 x 240 mm
8 x 140 mm
Aéronefs non
Rayon d’action miles à 10 nœuds (620 tonnes de charbon)
Autres caractéristiques
Équipage 774 hommes
Histoire
Constructeurs Pavillon de la marine française Marine nationale française
Période de service 1876-1910
Navires construits 2
Navires prévus 2
Navires démolis 2
Précédent Classe Océan Classe Dévastation Suivant

Conception[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • La frégate cuirassée Colbert[1]a été mise en construction à Brest le 7 mai 1869. Lancée le 15 septembre 1875, elle y fut basée de 1876 à 1882.

Elle a participé à l'expédition de Tunisie en 1881 pour l'établissement du protectorat français de Tunisie. À partir de 1883, elle est basée à Toulon pour servir dans l'Escadre d'Évolution. En 1884-1885, elle fut commandée par Édouard Barrera. En 1895, elle est reconvertie en caserne-ponton. Sa coque est vendue en 1910 pour démolition.

  • La frégate cuirassée Trident [2] fut lancée à Toulon en 1876.

Retirée du service actif le 11 septembre 1900, elle est convertie en caserne dans un port du Levant. Elle y fut démolie en 1910.

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Lancement Armement Chantier naval Fin de carrière Photo
Colbert 15 septembre 1875 Arsenal
Brest
vendu en 1911 pour démolition Colbert-Bougault.jpg
Trident en 1876 Arsenal
Toulon
vendu en 1910 pour démolition

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. site netmarine : bâtiments ayant porté le nom de Colbert
  2. site netmarine : bâtiments ayant porté le nom de Trident

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes, éditions Ouest-France,‎ 1994, 427 p. (ISBN 2-7373-1129-2)
  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 2002

Liens externes[modifier | modifier le code]