Azille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Azille
La gare.
La gare.
Blason de Azille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Peyriac-Minervois
Intercommunalité Carcassonne Agglo
Maire
Mandat
Philippe Chevrier
2014-2020
Code postal 11700
Code commune 11022
Démographie
Gentilé Azillois
Population
municipale
1 196 hab. (2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 41″ N 2° 39′ 30″ E / 43.2779278, 2.658422243° 16′ 41″ Nord 2° 39′ 30″ Est / 43.2779278, 2.6584222  
Altitude 84 m (min. : 39 m) (max. : 120 m)
Superficie 23,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Azille

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Azille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Azille

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Azille

Azille est une commune française située dans le département de l'Aude, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Minervois située au pied de la Montagne Noire, dans l'AOC vin de pays des Coteaux-de-Peyriac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Azille recèle en maints endroits de son territoire, les vestiges des civilisations qui se sont succédé de la Préhistoire à nos jours; les tombes à incinération de l'âge du fer, dont le résultat des fouilles est déposé au musée d'Olonzac, la superbe villa romaine de la serre de Billery, dont la statue d'un silène de type grec qui pourrait être une représentation du satyre Marcyas est exposée au musée archéologique de Narbonne, ainsi que les nombreux sites répertoriés sur son territoire en témoignent. La récente découverte d'une nécropole wisigothe aux abords du village oriente vers une implantation sur son emplacement actuel dès les premiers siècles.

Au Moyen Âge, Azille est une des villes les plus importantes de l'archidiocèse de Narbonne. Au cours du XIVe siècle, elle s'enrichit de l'église Saint-Julien, unie au chapitre Saint-Just de Narbonne, et de deux couvents, les Cordeliers et l'abbaye royale de Sainte-Claire. Fait exceptionnel, en dehors de la cité épiscopale, elle est alors la seule à posséder deux paroisses, Saint-Julien et Saint-André. La paroisse Saint-André, connue aujourd'hui par ses ruines et la dénomination d'un quartier, était unie en 1096 à Saint-Jacques-de-Béziers, puis en 1118 à l'abbaye de Lagrasse et enfin à Saint-Sébastien-de-Narbonne.

Saint julien fut le siège de l'archiprêtré du Minervois. Au XIVe siècle, elle reçoit le titre de « comté » : Azilhan lo Comtal. Elle fut ainsi dénommée jusqu'à la fin du XVIe siècle. Ville libre de tout pouvoir seigneurial dès 1483, elle appartient à la couronne, d'où les armes de son blason qui sont celles du roi, et elle est administrée par ses propres consuls élus.

Établie sur un éperon rocheux, la ville s'entoure de murailles fortifiées dotées de plusieurs portes et de tours rondes et carrées. La cité trop à l'étroit dans son enceinte crée alors plusieurs faubourgs dont celui de l'est au-delà de la porte de Narbonne, le plus ancien, qui s'enferme lui aussi dans une muraille. Au début du XIIIe siècle, Azille, touchée par le catharisme possédait une maison de Parfaits, qui disparut avec la tourmente de la Croisade. En 1289, 63 ans après la mort de François d'Assise, Eustache de Lévis fonde, ou restaure, le couvent des cordeliers situé hors les murs, dans le faubourg nord de la cité. En 1331, sa fille Isabelle de Lévis, veuve de Bertrand de l'Isle, fonde dans l'enceinte l'abbaye royale de Sainte-Claire (abbaye de Clarisses). Des vestiges des murailles et des monuments sont encore visibles de nos jours et font l'objet de visites guidées proposées par le syndicat d'initiative.

L'économie était basée traditionnellement sur la culture des céréales : les blés d'Azille étaient les plus réputés du Minervois, au début du XIXe siècle encore. Elle reposait aussi sur l'huile d'olive dont la commune était le plus grand producteur dans la région, et enfin sur le vin. Les nombreuses sources et fontaines permettent aux tanneurs et drapiers de prospérer. Située au cœur du pays Minervois la cité d'Azille draine aussi, lors de foires ou de marchés réputés, les petits producteurs de la Montagne Noire, toute proche.

À la fin du XIXe siècle, avec l'arrivée du chemin de fer (ligne de Moux à Caunes-Minervois), construit à cet effet, le commerce et l'industrie se développent. S'édifient alors de belles demeures bourgeoises visibles autour de la promenade : château Gallimard où séjourna le musicien César Franck. Château Raymond. Maisons Mignards et Auzoulat, avec d'intéressants décors de terre cuite.

Le canal du Midi, construit par Pierre-Paul Riquet en 1666, patrimoine mondial, traverse la commune sur 4 km. Dans la portion azilloise, on trouve l'écluse et le pont Riquet de Jouarres.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Azille

Son blasonnement est : D'azur aux trois fleurs de lys d'or.

Vue panoramique d'Azille au pied de la Montagne Noire.
Vue panoramique d'Azille au pied de la Montagne Noire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Philippe Chevrier sans étiquette  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 196 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 114 1 373 1 467 1 488 1 498 1 580 1 572 1 636 1 648
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 613 1 680 1 860 1 854 1 970 2 238 2 129 1 941 2 000
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 062 2 107 2 033 2 110 1 960 1 989 1 836 1 564 1 524
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 495 1 441 1 205 1 195 1 052 1 056 1 080 1 092 1 164
2011 - - - - - - - -
1 196 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le clocher-tour de 36 mètres.
  • L'église paroissiale Saint-Julien-et-Sainte-Basilisse : l'église date du XIVe siècle, elle est classée monument historique. C'est un remarquable exemple de gothique méridional avec nef unique large, à trois travées croisées d'ogives, et vaste abside à pans, clocher tour de 36 m. Elle renferme plusieurs objets remarquables : une chapelle de la confrérie de Saint-Jacques avec des statues et reliquaires en bois doré. Cette chapelle servait de siège pour la confrérie des pèlerins. Azille fut un temps un lieu de départ de pèlerinage vers Compostelle. L'église renferme également l'une des plus belles réalisations de la sculpture gothique méridionale, une Vierge à l'Enfant en pierre polychrome, considérée comme l'une des plus belles réalisations de la sculpture gothique du XIVe siècle, dans la France méridionale. Elle figura à ce titre dans deux expositions à Paris, notamment au Grand Palais.
  • Saint-Étienne de Tersan à Vaissière : cette église préromane possède un plan basilical à trois nefs et trois absides. La nef tripartite et les deux absidioles datent du Xe siècle. Au XIe siècle, fut entrepris un voûtement partiel des vaisseaux. Le chapiteau au sud du chœur a été attribué à l'atelier du maître de Cabestany. Il a été créé au XIIe siècle pendant la reconstruction de la grande abside.
  • La source Saint-André : elle jaillit dans un édicule gothique du XIVe siècle voûté par une croisée d'ogives. Son nom rappelle la paroisse qui existait au XIe siècle et qui fut détruite en 1791.
  • L'ancien presbytère, vraisemblablement le Tinal des archiprêtres  : belle salle avec plancher porté par des arcs diaphragmes en tiers-point, chanfreiné, visibles au syndicat d'initiative.
  • L'abbaye royale Sainte-Claire : désaffectée et vendue à des particuliers sous la Révolution, on peut en apercevoir les vestiges sur la place de l'église.
  • Le monastère Sainte-Claire : les religieuses clarisses sont revenues à Azille en 1891 et ont bâti leur monastère près de la route de la Livinière. En 2008 [3], les clarisses ont passé le relais aux Chanoinesses de la Mère de Dieu.
  • Le couvent des Cordeliers : fondé au XIIIe siècle, vendu à la Révolution, on peut encore voir les vestiges de l'église des Cordeliers chez les particuliers. Plusieurs pierres sculptées sur des façades d'immeubles de la ville en proviennent sans doute. Les arcs du chœur de l'église sont visibles depuis les allées Pol-Lapeyre.
  • Le rempart du Moyen Âge : Partiellement détruit au XVIIIe siècle, il fut pour la plus grande partie intégré à des maisons construites sur son front. On peut en suivre la ligne sur les boulevards qui ont remplacé les anciens fossés comblés. Quelques portions sont visibles en plusieurs points, notamment près du syndicat d'initiative.
  • Les témoins de la grande époque viticole (1870 - 1910) : la cave de vieillissement de Jouarres, le château et son portail néogothique près du pont du canal. Le château de style néo-renaissance, à Floris.
  • Lac de Jouarres.

Économie[modifier | modifier le code]

Vignobles[modifier | modifier le code]

Le territoire d'Azille, de 2000 hectares, inclut 14 domaines :

  • Jouarres est l'une des dernières caves du XIXe siècle avec des foudres en bois. Domaine dont les terres sont traversées par le canal du Midi, ainsi que la rivière Aude, le ruisseau de l'Aiguille coupé par une voie romaine secondaire près des Fans.
  • Le domaine du hameau de Jouarres, proche du lac de Jouarres, aujourd'hui aménagé en base de loisirs.
  • Les Cascals, avec son spectaculaire aqueduc et de la Pompe entre Aude et canal du Midi.
  • Les Fans, qui appartenait autrefois (1700) au seigneur de Massiac de Gazel, traversé par une voie romaine secondaire.
  • Sainte-Marie sur les berges du canal du Midi
  • Saint-Julien (produits biologiques).
  • Le château de Floris, bel édifice du XIXe siècle, fut fondé en 1536, sur la route de Rieux.
  • Massiac, fief érigé en 1697.
  • Vaissière et son église romane du XIIe siècle à Saint-Étienne de Tersan, près de la rivière l'Argent-Double.

De part et d'autre de la route de Rieux à la Redorte, la rivière l'Argent Double borde aussi :

  • La Chouppe, la Rèze, et les Salices, qui appartenaient aux Clarisses.
  • Le « Moulin des Nonnes », propriété désaffectée, ayant appartenu au Moyen Âge a l'abbaye royale Sainte-Claire-d'Azille, possédait un moulin à eau.
  • Le domaine des 3 Anges où le vignoble de se situe sur la Livinière, Siran et à côté du lac de Jouarres

Le territoire est aussi remarquable par la diversité de sa faune et de sa flore, avec ses garrigues et ses oliviers, typiquement méditerranéennes.

Culture de l'olivier en recrudescence depuis une décennie

Transports[modifier | modifier le code]

Azille était desservi de 1887 à 1939 par la ligne de chemin de fer Moux - Caunes-Minervois. La gare reste visible ainsi qu'une grande partie des ouvrages d'art et des remblais.

Culture[modifier | modifier le code]

À l'initiative de l'association Band'Azillane le village organise une feria de plusieurs jours aux alentours du 1er mai. Se voulant avant tout une fête de la convivialité, elle est gérée par plus de 120 bénévoles et attire près de 30 000 personnes.

La Feria de Azille a fêté ses 10 ans en 2012.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  3. htm

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]