Capendu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Ernest Capendu
Capendu
Vestiges, château de Capendu
Vestiges, château de Capendu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Capendu
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont d'Alaric
Maire
Mandat
Jean-Jacques Camel
2014-2020
Code postal 11700
Code commune 11068
Démographie
Gentilé Capenduciens
Population
municipale
1 586 hab. (2011)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 06″ N 2° 33′ 37″ E / 43.185, 2.560343° 11′ 06″ Nord 2° 33′ 37″ Est / 43.185, 2.5603  
Altitude Min. 59 m – Max. 461 m
Superficie 15,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Capendu

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Capendu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Capendu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Capendu

Capendu (occitan : Campendut) est une commune française située dans le département de l'Aude, en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Capenduciens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune des Corbières, située sur le vignoble de la Montagne d'Alaric qui fait partie du vignoble des Corbières, sur ligne Bordeaux - Sète et la route nationale 113 entre Lézignan-Corbières et Carcassonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mentionnée sous la forme Campendud en 1071. Nom en vieil occitan issu du nom originel (1066) en latin Campus Suspensus signifiant « champ pentu », « champ en pente ».

Homophonie fortuite avec Capendu, hameau de Blainville-Crevon (Seine-Maritime) qui signifie « chat pendu ».

Histoire[modifier | modifier le code]

On retrouve des poteries datant d'il y a à peu près 20 000 ans dans le lieu-dit Mayrac. On retrouve les traces d'un campement romain à l'emplacement du moulin de la Roque Del Dié.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Capendu

Son blasonnement est : D'or, flanqué de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2001 Pierre Jammes PS  
mars 2001 2014 Jean-Jacques Camel PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 586 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
448 586 639 703 739 745 720 699 692
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
721 719 905 953 1 101 1 305 1 396 1 222 1 311
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 440 1 528 1 549 1 664 1 853 1 612 1 640 1 401 1 482
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 407 1 413 1 160 1 198 1 291 1 380 1 519 1 502 1 583
2011 - - - - - - - -
1 586 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture[modifier | modifier le code]

La commune a sur son territoire les appellations qualitatives suivantes :

Les caves Cantalric, quant à elles, ont produit des dérivés de vins de terroir créés par le Château Capendu :

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Sport (statue à l'école communale) par René Iché.
  • la chapelle Saint-Martin de Surzac, à l'intérieur du cimetière, classée monument historique depuis 1913[3]; Saint-Martin de Surzac était l'ancien emplacement du village (jusqu'au XIIe siècle, où il a été déplacé sur son emplacement actuel, tout d'abord à l'intérieur du castrum, dont les vestiges sont encore présents dans le quartier dit de la Cité, puis s'étendant sous la forme d'une circulade)
  • la circulade (cœur du village) entièrement rénovée
  • le lavoir rénové du Chemin des Pauvres
  • le moulin de Patane
  • le chœur de la chapelle de l'ancien castrum. Les vestiges du chœur et les pans de murs anciens avoisinant la chapelle du château de Capendu sont classés monuments historiques depuis 1927[4].
  • la nouvelle médiathèque

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Théron, opposant au plébiscite de Napoléon III en 1870, compagnon d'Omer Sarraut, conseiller général de Capendu en 1880 ; il abandonne son siège de conseiller général quand il est élu député de l'Aude en 1885. Il sera réélu député en 1889, 1898, et 1902, et sénateur de 1903 à 1910 ; il a siégé à l'extrême gauche du palais Bourbon.
  • Auguste Barbaza, né à Capendu le 24 octobre 1845, décédé à Capendu le 1er octobre 1912, opposant au plébiscite de Napoléon III en 1870, est élu conseiller général de Capendu en 1886, succédant à Ferdinand Théron. Il est élu sénateur radical socialiste en 1904.
  • Auguste Barbaza, né à Capendu le 2 avril 1884, décédé à Capendu le 16 juillet 1926. Fils du précédent, maire de Capendu, conseiller général du canton de Capendu du 19 août 1923 au 16 juillet 1926.
  • Georges Guille, ministre, président socialiste du Conseil Général de l'Aude de 1945 à 1973, conseiller général du canton de Capendu de 1934 à 1976, parlementaire de 1945 à 1973. Premier secrétaire d'État à l'énergie nucléaire. Le rond-point construit en 2009 près du collège porte son nom.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Capendu possède une école maternelle , une école primaire ainsi qu'un collège, le collège de l’Alaric.

Culture[modifier | modifier le code]

Depuis 7 ans, le FestiVoix organisé par la communauté de communes invite des chorales et des artistes plus ou moins connus comme Idir ou Ilene Barnes.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

  • Rugby :

Au niveau national, l'Union Sportive Capenducienne, fondée en 1920, remporta le championnat de France de 4e série en 1953, le championnat de 3e série en 1981, et fut finaliste du championnat de 2e série en 1982 et 1984. L'USC fusionnera en 2005 avec le Douzens Olympique pour donner naissance au Rugby Club Alaric, champion de France de 4e série en 2006 et finaliste de 2e série en 2007.

  • Football :

L'équipe masculine du Football Club Capenducien s'illustra au niveau départemental en remportant le championnat de l'Aude de deuxième division en 1989. Changeant de nom en 2008 pour devenir le Football Club Alaric, elle s'imposa à l'échelon supérieur, la Promotion première division, en 2009.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]