Moux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Moux-en-Morvan.
Moux
Église médiévale de Moux
Église médiévale de Moux
Blason de Moux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Capendu
Intercommunalité Communauté de communes de la Région Lézignanaise, Corbières et Minervois
Maire
Mandat
René Mazet
2014-2020
Code postal 11700
Code commune 11261
Démographie
Gentilé Mouxoises, Mouxois
Population
municipale
638 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 10′ 53″ N 2° 39′ 08″ E / 43.1813888889, 2.6522222222243° 10′ 53″ Nord 2° 39′ 08″ Est / 43.1813888889, 2.65222222222  
Altitude 94 m (min. : 54 m) (max. : 601 m)
Superficie 15,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Moux

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Moux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moux

Moux est une commune française d'Occitanie (Mos), située dans le département de l'Aude et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur le vignoble de la Montagne d'Alaric qui fait partie du vignoble des Corbières.

À la limite des climats océanique et méditerranéen, le territoire de Moux est aussi sur la faille éponyme, rupture géologique lors de la surrection des Pyrénées. De la boucle de l'Aude au sommet du signal d'Alaric, le promeneur peut voir défiler toute l'histoire géologique de la région.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les grottes de la Montagne d'Alaric ont très tôt abrité les hommes du chalcolithique. Par la suite, le Camp Roland, au sommet des "barres" abritera les populations indigènes des IVe siècle et IIe siècle av. J.-C., ce mode de construction est typique des éperons barrés et des peuples Élisyques.

La villa de la lecune à proximité de la voie romaine perdurera du Ier siecle av. J.-C. jusqu'au IVe siècle. Les noms successifs du village Musagellum (musa?) Murso, Mos (Phon. fr Mous) puis Moux. Hors sa position sur le chemin Français et son site défensif lors des guerres de religions, Moux n'a pas d'histoire proprement dite. Sous l'Ancien Régime, la commune actuelle de Moux était partagée en deux paroisses, celle d'Albas dont dépendait le prieuré d'Alaric et la paroisse de Moux, cette position a été l'enjeu de tractations entre les évêchés de Narbonne, Carcassonne et l'abbé de Lagrasse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Moux

Son blasonnement est : D'azur au pal fuselé d'argent et d'azur. Ce blason actuellement utilisé est un erzats, l'original, décrit dans d'Hoziers se trouve à la bascule de poids public.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 1998 René Bes Apparenté PCF  
avril 1998 février 2009 Francis Bolano PCF  
février 2009 février 2012 Patrick Wojnarowski SE  
mars 2012 en cours Alain Morettot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 638 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
407 423 473 431 504 590 641 667 676
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
697 643 824 767 933 1 361 1 209 957 1 015
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 093 1 122 1 012 1 064 1 034 1 053 1 020 845 767
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
705 661 611 563 519 507 556 563 638
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Montagne d'Alaric est une particularité à la fois géologique et climatique : climatique, car à la limite des climats océaniques et méditerranéens. L'on peut y observer fréquemment des ruptures climatiques évidentes, chutes de neige, de pluie ne dépassant pas le village. Géologique, la surrection des Pyrénées provoquée par le rapprochement des plaques européennes et espagnoles provoqua au moins en trois temps le plissement, la cassure et l'élévation des couches calcaires déposées à l'ère tertiaire glissant sur le socle hercynien. Ainsi, l'on peut observer à Moux, la faille éponyme depuis le roc de Rolland jusqu'à la campagne de Didier, revisitant ainsi les différentes couches géologiques du Primaire au Tertiaire. La montagne d'Alaric, recèle par ailleurs des trésors de botanique, dont l'Allium moly qui dit on enchanta Ulysse par l'entremise de Circé, les gisements de Moux sont avec Montolieu uniques en France. Son bois de pins de Salzmann, sa flore de plantes méditerranéennes conjuguées avec l'altitude (600 m) constituent un lieu de randonnée fort prisé des marcheurs et amoureux de la nature, en outre, il est un merveilleux belvédère sur l'axe Narbonne/Carcassonne et les Corbières.
  • Le château de Saint-Pierre, juché sur son socle du Dévonien est dit on habité par les fées il est en tout cas un exemple typique des églises décimaires installées sur les bénéfices pour assurer le rôle de l'église des IXe et Xe siècles- assurer le temporel et le spirituel et à l'occasion servir de refuge. Il a été l'inspirateur avec l'Alaric des poètes Mouxois Bataille, Lebrau, P M Huc et Farré. Par ailleurs la légende du Trésor du roi Alaric ne lasse pas les rêveurs confortés par la découverte de trésors monétaires au pied de cette montagne.
  • Au-dessus du château, le Camp Rolland, construction typique d'éperon barré des Indigènes Elysiques, peuple qui constituait le peuplement avant l'arrivée des Celtes (IVe et IIIe siècles av. J.-C.).
  • La statue de JF Régis, né à Fontcouverte, mais élevé à Moux, érigée en 1885.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011