Roullens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roullens
Image illustrative de l'article Roullens
Blason de Roullens
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Montréal
Intercommunalité Carcassonne Agglo
Maire
Mandat
Roland Combettes
2014-2020
Code postal 11290
Code commune 11327
Démographie
Gentilé Roullensois, Roullensoises
Population
municipale
508 hab. (2011)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 09′ 57″ N 2° 16′ 23″ E / 43.1658333333, 2.27305555556 ()43° 09′ 57″ Nord 2° 16′ 23″ Est / 43.1658333333, 2.27305555556 ()  
Altitude 226 m (min. : 132 m) (max. : 400 m)
Superficie 7,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roullens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roullens

Roullens est une commune française située dans le département de l'Aude et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Carcassonne située à 8 kilomètres au sud-ouest de Carcassonne.

Les communes voisines sont : Couffoulens, Lavalette et Preixan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Roullens (Rollinchis - basse latinité) était une terre dépendante de la baronnie de Couffoulens. Cette baronnie fut échangée avec le Roy en 1296, par Guillaume de Voisins (v. Cartulaire de Carcassonne : t. 1er , pag. 176), et la terre de Roullens est mentionnée nominalement dans les actes de l'échange. Cette terre suivit, depuis cette époque, le sort de la baronnie de Couffoulens, c'est-à-dire qu'elle resta dans la maison de Voisins jusqu'à la fin du XVIe siècle (v. Cartulaire de Carcassonne, t. V. Couffoulens). Après avoir passé par diverses maisons durant le XVIIe siècle, la terre de Roullens fut acquise, au commencement du XVIIIe siècle, par la maison Castanier d'Auriac, et elle fut confisquée, en 1793, pour fait d'émigration, sur la tête de la marquise de Poulpry, dernière des Castanier de nos contrées.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Roullens

Son blasonnement est : D'or chaussé de gueules.

Église de Roullens[modifier | modifier le code]

Patron : saint Jacques le majeur. - Autrefois, cure à la collation de l'Évêque de Carcassonne ; aujourd'hui, succursale du doyenné de Montréal.

Curés de Roulens :

  • An ...- Jean Cathala.
  • 1759.- Frère Andrieu, religieux prêtre de la Mercy, desservant.
  • 1773.- Annet Garros.
  • 1791-1811.- Jean-César Maleville, mort chanoine honoraire de Carcassonne, le 14 novembre 1827, âgé de 88 ans.
  • 1835.- Jean-Pierre Poumairat, né le 2 mai 1789, mort à Verzeille, le 15 janvier 1852.
  • 1838.- N… Serres, né en 1810.
  • 1855.- N… Aybram, né en 1796.
  • M. Jean Cathala, recteur de Roullens, établit anciennement (sans que nous sachions la date du titre) un obit dans l'église de Roullens. Par acte du 19 janvier 1773 (Peyre, notaire à Carcassonne), M. Annet Garros, curé de Roullens, en qualité de patron et collateur, confère le titre dudit obit à Étienne Hue, clerc tonsuré du diocèse de Carcassonne » (Viguerie, Annales de Carcassonne, t. II. mss. fol. 865.)
  • Notre-Dame, église champêtre (carte du cadastre. mss.).
  • Saint-Jammes (Saint-Jacques), église du cimetière :
  • Saint-Sernin, ancien cimetière.

Territoire de Roullens[modifier | modifier le code]

Châteaux, églises, prieurés, fiefs, métairies, lieux bâtis, quartiers ruraux[modifier | modifier le code]

  • Las Banes ou Les Ganes, métairie.
  • Barrausse, métairie.
  • Baudrigue ou Braudigue, château et parc ; - ruisseau dont les eaux se jettent dans l'Aude.
    • An 1709.- Propriétaire, Pierre David, dit David-Baudrigue, lieutenant principal au présidial de Carcassonne (v. Cartulaire, t. VI : Carcassonne. Ville-basse : Familles et Citoyens). Pierre David fut assassiné le 3 décembre 1709, lorsqu'il venait d'entendre la messe à Villalbe, avec sa sœur Elisabeth ; son corps fut inhumé dans le cimetière de Roullens ; on lit sur sa pierre sépulcrale l'épitaphe suivante : « HIC JACET PETRUS DE DAVID REGIIS A CONSILIIS SENATOR ET PRÆTOR PRIMARIUS IN SENESCALLO CARCASSONENSI. - OBIIT ANNO M.DCC.IX. ». L'assassin obtint sa grâce par lettres du Roi, du mois de novembre 1711, lues et publiées à l'audience du sénéchal de Carcassonne, du 12 février 1712, et enregistrées en conséquence de la sentence sur l'entérinement, du 17 du dit mois et an (Viguerie. Annales de Carcassonne, t. II. mss. fol. 394). L'annaliste de Carcassonne ne mentionne ni le nom du meurtrier, ni le motif du meurtre.
    • ... Mr Castanier d'Auriac ; - marquise de Poulpry, née Castanier d'Auriac.
    • 17... Le Sr Berlan, de Villalbe ; - contenance de l'époque : 25 cesterées 1 quarterée 2 coups 1/4, outre les bâtimens cours et pâtus (Carte mss. de l'époque. - Bibliothèque du château de Villardonnel).
    • ... Jean Dominique La Perrine-Baudrigue.
    • 1813 Guillaume-Dominique La Perrine-d'Hautpoul, député de l'Aude en 1827, fils du précédent.
    • 1847 Charles La Perrine, fils du précédent, propriétaire actuel, auquel on doit les principaux embellissements du château et du parc de Baudrigue. Armes de La Perrine : « d'argent à un tau de gueules » (Armorial général de d'Hozier. mss. Languedoc. généralité de Toulouse. - Bibliothèque imp. mss.)- v. Cartulaire. t. VI. Carcassonne. Ville-basse : Familles et Citoyens. V° La Perrine.
  • Benazet, métairie dépendante de la terre de Lavax. - v. Montclar. Territoire. pag. 238 du Cartulaire.
  • La Bolbone, métairie.
  • La Caune, métairie. - Contenance, par extension dans la commune de Lavalette : 1858, cinquante-trois hectares cinquante-cinq ares quatre-vingt-sept (centi)ares. Propriétaire : 1858, héritiers Gourg. - Bois taillis, essence chêne blanc, labourage, vignes, ruisseau. - Quartiers ruraux : Plaine du Gouffre, - la Grave, - la Gravette, - Plaine de l'Horte, - Soulayras, - Lauzine.
  • Cointes, métairie. - On trouve, en 1646, André Cointes, docteur, 1er consul de Carcassonne ; et en 1664, Jean Cointes, avocat, aussi 1er consul de Carcassonne (P. Bouges. Histoire de Carcassonne. Catalogue des consuls).
    • 17... Propriétaire, Joseph Fos, de Maquens : contenance : 38 cesterées 1 quarterée 3 coups 1/4 (Carte mss. Bibliothèque du château de Villardonnel).
    • 1842. Propriétaire, M. l'abbé Vergnes, prêtre de Carcassonne ; - contenance, 35 hectares : - labourage, vigne, pré arrosable.
  • Curade, métairie. – 18e siècle, propriétaire, Georges Mandoul ; contenance : 36 cesterées 2 quarterées 6 coups 1/4 (Carte mss. ut suprà).
  • Grassin, métairie. - Contenance, 69 hectares 93 ares. - An 1844, propriétaire, dame Lebrau, veuve Michau ; - 1845, acquéreur, Antoine Alary, négociant à Carcassonne. - prix de licitation, 20,500 fr.
  • Michau, métairie (Carte du cadastre. mss.).
  • Montlaur ou Saint-Joulia, métairie. – XVIIIe siècle, propriétaire, sieur Saurines, de Carcassonne ; - 1854, M. J. Salières, négociant à Carcassonne. - Contenance, 110 hectares, avec extension sur les communes de Couffoulens et de Carcassonne : labourage de huit paires de bœufs. - distance de Carcassonne, 6 kilomètres. - céréales, bêtes à laine, vignoble.
  • Sabran, métairie.
  • - Deux moulins à vent. - v. église : Saint-James et Notre-Dame (ci-dessus).
Quartiers ruraux.
Las Escombes Roubichou Pech Mayou
al Couyoul Combe Roussaud Pech de la Borde
San Peyre Comitiès Richard
Le col de la Mate et chemin Pech del Bassi Carré la Fon
La Vignasse Le Bosc del seigneur Mounis ou Fontanelle
La Sausete La Canal Baraussel ou Bourrassé
La Pourtelle Le Garrau Las Lebrès
La Son Berzeille La Rouquette
al Cayré La Razette Pas du Montaut
as Laudamus Boudegui et chemin Taure
La Malmaridado as Bazeilles Fourmigous
Peyrat Pas de la fenno morto Las Fougastenes
as Pignés Las Planes La Pissarele ou al Cerbié
Goudou ou Gourdou La fon de Faure et chemin Saint-Joulia
Coume Peluse Les Casals as Pradels
Le Chartel et ruisseau Le Pas de Manaud La Bouchonade
L'Issartel Peyre plantado Le Peyra
Pech de Lasnieux Pech de la Gardie La coste de Gaisseux
La Souque nègre Guilhardile Le Penal
Las Taichonières et ruisseau Freziers Las Carrieres
Banquefrège Pech Oulier Las Cassaignes

Notes statistiques sur Roullens[modifier | modifier le code]

Organisation politique[modifier | modifier le code]

  • Avant 1789. - Généralité de Toulouse ; Diocèse de Carcassonne ; Quartier de Montréal.

Il y a 2 consuls, 3 conseillers, 1 greffier, 1 syndic. Le Conseil politique présentait deux sujets de chaque rang et le seigneur choisissait parmi eux les deux consuls. Les consuls élus prêtaient serment devant le juge du seigneur. L'élection a lieu le jour de la seconde fête de Noël. Les consuls entrent à l'Assiette du diocèse, au grand tour, chaque 29e année. Les seigneurs possédaient, à titre patrimonial, la haute, moyenne et basse justice ; elle était exercée par le juge de la baronnie de Couffoulens, et ressortissait en appel au Sénéchal de Carcassonne. (Notes du desservant de Roullens, en 1759. Archives de la Préfecture de l'Aude. - Cros-Mayrevieille, Mémoires de la Société des Sciences et Arts de Carcassonne, t. I, p. 357).

  • An 1703. - La Communauté des habitans du lieu de Roullens : « d'or chaussée de gueules » (Armorial général. Languedoc. Carcassonne. N° 195 du registre. - Bibliothèque imp. mss. cabinet d'Hozier.)
    • Compoix, 1656-1665 : Archives du diocèse aux Archives du département (Viguerie. Annales de Carcassonne. t. I. pag. 389.)
    • Métrologie locale. - v. Carcassonne - Ville-basse. Statistique : Cartulaire. t. VI, sauf : huile, migère de 18 livres—litres 8,02.
  • Depuis l'an VIII. - Arrondissement de Carcassonne ; Canton de Montréal.
    • Archives communales (inspection de 1842). - Registres de l'état civil, de 1642 à ce jour. - Compoix : an 1723.

Population[modifier | modifier le code]

An 1377, May. - Rolinchis, foci 9 (Ordonnance des rois de France de la 3e race, t. VI. pag. 270.)

Feux (environ) Habitans
1709 34 ---
1770 70 ---
1775 50 ---
1789 60 215
Maisons Habitans
1818 57 337
1826 -- 334
1831 -- 332
1836 -- 317
1841 -- 336
1846 -- 336
1851 -- 349
1856 -- 350

Un double original des registres de paroisse a été déposé aux Archives de la sénéchaussée de Carcassonne, depuis et compris 1667, jusques et inclus 1690 ; et depuis et compris 1739, jusques et inclus 1789 (Viguerie. ut saprà. t II. fol. 865.).

Topographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Roullens confronte les communes de : Carcassonne ouest, section de Villalbe ; Couffoulens, La Valette, Alairac et Preissan ; ces dernières communes, canton de Montréal. Superficie de l'Église : 60 cannes ; du clocher : 4 cannes (Carte mss. Bibliothèque du château de Villardonnel). Une rue, ou voie urbaine fait le tour du village ; deux autres rues, dites de l’Église et de la Font, le traversent dans son étendue.

  • Distances.
    • An 1775. Distance judiciaire de Carcassonnne : 2 lieues 1/4. (Archives de la Préfecture de l'Aude).
de Carcassonne 12 kilomètres
1811 - Distance légale
de Montréal 13 kilomètres
  • Cours d'eau. - Rec mayral, - des Prax, - des Poumiés ou dal Villa, - de Malric, - de la Canne, - des Pountils.
  • Routes et chemins :
    • Route impériale 118, d'Alby en Espagne ; - 1846, rectification entre le pont de Baudrigue et le Pountil, sur une longueur de 2,243 mètres; - devis : 40,000 francs.
    • Chemins : - de Roullens à Carcassonne ; - à La Valette ; - de La Valette à Couffoulens ; - d'Alairac à Roullens ; - de la Fontaine ; - de Boudegue ; - de Roullens à Preissan ou du Pigné ; - de Goudou ; - de Roullens à Montclar : - à Labats ; - de la Malepère ; - de Loubat ; - de Garrau ; - d'Alairac à Labats.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Les productions propres du païs sont : bleds fins, bleds froment, seigle, auoine, gros et petit millet, fèces, pois, luzerne, pomaule, orge, vin (Notes du desservant de Roullens, en 1759).

Références : Cartulaire de Mahul, pages 356, 357, 358 et 359 - Bibliothèque municipale de Carcassonne et Archives départementales de l'Aude

Nota : Il existe des anomalies de présentation et quelques fautes d'orthographe, mais elles sont volontaires afin de ne pas dénaturer les pages originales.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 avril 2004 Gilbert Combes PCF Instituteur
mai 2004 en cours Roland Combettes Divers gauche Ingénieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 508 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
215 311 332 325 332 317 336 336 349
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
350 304 300 310 324 349 347 306 313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
354 350 340 296 317 359 308 285 278
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
258 226 213 251 348 416 467 508 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :