Floure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Floure
Blason de Floure
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Trèbes
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont d'Alaric
Maire
Mandat
Philippe Phalip
2014-2020
Code postal 11800
Code commune 11146
Démographie
Gentilé Flouréens
Population
municipale
386 hab. (2012)
Densité 91 hab./km2
Population
aire urbaine
386 hab. (INSEE - 2013)
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 02″ N 2° 29′ 27″ E / 43.1838888889, 2.4908333333343° 11′ 02″ Nord 2° 29′ 27″ Est / 43.1838888889, 2.49083333333
Altitude 77 m (min. : 69 m) (max. : 384 m)
Superficie 4,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Floure

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Floure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Floure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Floure

Floure est une commune française située dans le département de l'Aude et la région Languedoc-Roussillon. Canton de la Montagne d'Alaric (chef lieu : Trèbes).

Ses habitants sont appelés les Flouréens[1]. Ce village est lié à Gaston Bonheur (journaliste, écrivain, poète et vigneron) qui possédait le château de Floure. Il est enterré au cimetière du village.

Le samedi 11 avril 2015, l'ancien joueur de football professionnel, Christophe Landrin a parrainé le 1er tournoi Civique et Éducatif de Floure. Il s'agit d'un tournoi avec les règles de futsal, mais les équipes qui ne jouent pas travaillent sur des ateliers du programme éducatif fédéral (PEF) initié par la FFF. Six thèmes sont abordés : la santé, l'engagement citoyen, l'environnement, le fair-play, les règles du jeu et arbitrage ainsi que la culture foot. Christophe Landrin a joué avec l'ensemble des 30 équipes présentes et les 1 200 spectateurs de cet événement ont été unanime quand à la disponibilité et la gentillesse de l'ex-stéphanois. Un beau porte drapeau pour la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Carcassonne située sur la ligne Bordeaux - Sète et sur la N113.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Carbonne

Son blasonnement est : D'azur à la croix d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2020 Philippe Phalip PS fonctionnaire de préfecture
Les données manquantes sont à compléter.

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : vignoble de la Montagne d'Alaric et Coteaux-de-Miramont (VDP) qui font partie du vignoble des Corbières.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 391 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
125 144 142 156 168 180 199 174 160
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
199 200 206 207 245 266 293 218 187
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
195 201 206 276 220 209 207 185 180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
178 138 137 260 255 318 338 351 366
2012 - - - - - - - -
391 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants des communes françaises sur le site Habitants.fr, consulté le 31 octobre 2013.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.