La Redorte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Redorte
L'épanchoir de l'Argent-Double sur le canal du Midi
L'épanchoir de l'Argent-Double sur le canal du Midi
Blason de La Redorte
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Peyriac-Minervois
Intercommunalité Carcassonne Agglo
Maire
Mandat
Pierre-Henri Ilhes
2014-2020
Code postal 11700
Code commune 11190
Démographie
Gentilé Redortais
Population
municipale
1 119 hab. (2011)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 15′ 11″ N 2° 39′ 14″ E / 43.2530555556, 2.65388888889 ()43° 15′ 11″ Nord 2° 39′ 14″ Est / 43.2530555556, 2.65388888889 ()  
Altitude 53 m (min. : 39 m) (max. : 111 m)
Superficie 13,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
La Redorte

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
La Redorte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Redorte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Redorte
Liens
Site web www.laredorte.com

La Redorte est une commune française située dans le département de l'Aude et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Minervois sur le canal du Midi au confluent de l'Aude et de l'Argent-Double

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Redorte (La) Blason D'azur, à trois redortes d'or en pal.
Détails Blason modèle fr Armes parlantes.svg Armes parlantes.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Pierre-Henri Ilhes[1] PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 119 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
475 472 544 711 754 780 747 758 858
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
869 880 970 1 004 1 139 1 288 1 277 1 234 1 286
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 354 1 336 1 303 1 385 1 488 1 403 1 386 1 255 1 227
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 192 1 138 1 073 1 007 1 032 1 037 1 123 1 139 1 117
2011 - - - - - - - -
1 119 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Minervois (AOC), Coteaux-de-peyriac (VDP)

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre-ès-Liens[4]
  • Au niveau de la commune, le canal du midi comprend un ouvrage unique : l'épanchoir de l'Argent-Double. Assurant le bon fonctionnement hydraulique du canal, il permet d'évacuer le trop plein des eaux du canal. Il est composé de onze arches, surplombées d'un pont réservé aux piétons.
Au centre de la commune, le canal du Midi enjambe le ruisseau de Naval au moyen du pont-canal du Rivassel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philippe Cazal
  • David-Maurice-Joseph Mathieu de La Redorte (1768-1833), pair de France
  • Joseph Charles Maurice Mathieu de La Redorte
  • Louis Liabot, né à Olonzac (Hérault) le 28 juin 1900, décédé à Carcassonne le 26 avril 1977. Viticulteur et pépiniériste. Militant socialiste, membre de la SFIO, Louis Liabot est candidat lors de élections de 1937, il est battu par Henri Gout, député de l'Aude, maire de Citou, et conseiller général du canton de Peryiac-Minervois sortant qui est réélu. Pendant la Seconde Guerre mondiale est un actif résistant. En 1947, il est élu maire de La Redorte et le reste jusqu'en 1971. En mars 1949, Louis Liabot est élu conseiller général du canton de Peyriac-Minervois et le reste jusqu'en septembre 1973.
  • Jean-Claude Pistoresi est né à La Redorte (Aude) le 14 mai 1946. Fonctionnaire en télécommunications, aviateur, violoniste d'orchestres symphonique (conservatoire de Perpignan) et baroque (orchestre de chambre de Carcassonne), il est l'ancien président de l'Association Narbonnaise PTT de Généalogie de 1983 à 1998 (devenue Association Narbonnaise de Généalogie), et en est actuellement l'un des présidents d'honneur[5]. Autodidacte, il est l'auteur de divers romans ainsi que de la monographie villageoise Si La Redorte m'était contée, publiée à compte d'auteur en 2004 dans sa 3e édition à Brasilia (Brésil)[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la préfecture de l'Aude - liste des maires (doc pdf)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. Présentation de l'église sur le site municipal officiel
  5. Président d'honneur
  6. Pistoresi Jean-Claude – « Si La Redorte m’était contée » - 3e ed. – Brasília : publication à compte d’auteur 2004 – 200 p. : il / 1-Cultura e civilização locais – França. 2.História – La Redorte – França. 3.Genealogia – França. – Réf. P679 / CDU 908(44)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :