Pépieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pépieux
L'église de Pépieux
L'église de Pépieux
Blason de Pépieux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Peyriac-Minervois
Intercommunalité Carcassonne Agglo
Maire
Mandat
Pascal Vallière
2014-2020
Code postal 11700
Code commune 11280
Démographie
Gentilé Pépieuxois
Population
municipale
1 004 hab. (2011)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 51″ N 2° 40′ 49″ E / 43.2973889, 2.680141743° 17′ 51″ Nord 2° 40′ 49″ Est / 43.2973889, 2.6801417  
Altitude 85 m (min. : 48 m) (max. : 102 m)
Superficie 9,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Pépieux

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Pépieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pépieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pépieux

Pépieux (en occitan Pepius), est une commune française située dans le département de l'Aude et la région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Pépieuxoises et les Pépieuxois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans le Minervois à 34 km de Carcassonne, 34 km de Narbonne et 48 km de Béziers. Elle est entourée par les communes de Siran, Azille, Cesseras, La Livinière et Homps.

Histoire[modifier | modifier le code]

La naissance du village remonte probablement à environ 5000 ans, à preuve le dolmen et les vestiges gallo-romains. Les remparts de la ville datent du Moyen Âge et un certain nombre de maisons du village ont été construites à l'époque féodale[1]. Les seigneurs de Pépieux étaient vassaux du vicomte de Narbonne. Guiraud de Pépieux a participé à la première croisade en 1095 à l'appel du pape Urbain II pour aller défendre le tombeau du Christ.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 2014 Pascal Vallière PS  
1989 2008 André Lacube PS  
1945 1989 Jean Gastou PS  
         
1902 1915 Antoine Poussines   Conseiller général du canton de Peyriac-Minervois
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 004 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
348 495 524 531 590 603 582 594 605
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
676 716 748 742 868 1 070 1 112 1 083 1 104
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 080 1 001 908 1 025 1 062 1 061 933 691 643
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
715 807 913 992 1 041 949 974 977 1 004
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Coteaux-de-peyriac (VDP)[4].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le dolmen des fades ou Palet de Roland[modifier | modifier le code]

Propriété privée, le dolmen des fades (Dolmen de las Fadas), ou dolmen des Fées, est un dolmen âgé d'environ 5 000 ans (Néolithique final), construit avec de différentes roches dont du calcaire, des grès gris et rouges. Il est situé à environ 1,5 km au nord de Pépieux. Il comprend une nécropole de type "Champ d'Urnes" où a été découvert un poignard aujourd'hui exposé au musée d'Olonzac. Ce dolmen aurait été utilisé également à l'époque du cuivre et au début de l'âge de bronze. Il mesure environ 24 m de long. Ces vestiges ont été mis au jour en 1946 par Odette et Jean Taffanel. La tombe a comme particularité d'être le plus grand dolmen à couloir large du midi[5]. Le monument a été consolidé en 1972 par la Conservation Régionale des Bâtiments de France, puis en 1997 sous la direction d'un architecte des monuments historiques et d'un archéologue.

L'église Saint-Étienne[modifier | modifier le code]

L'édifice[6], qui appartient à la commune, a été construit en 1274 puis fut brûlé en 1355 par les troupes du Prince Noir (Édouard de Woodstock). Reconstruit en 1379 puis profané par les troupes protestantes en 1570. Pendant des années, l'église est restée en ruines, menaçant de s'écrouler.

De type languedocien courant, elle est à nef unique. Elle mesure 40 m de long sur 18,6 m de large, sans compter les chapelles latérales. Celles-ci ont été construites plus tard, peut-être à la fin du XVe siècle.

L'église a été remaniée plusieurs fois, principalement en 1860 où la toiture et la tour du clocher ont été réparées. La tour du clocher était coiffée d'une "pointe en brique" qui fut démolie en 1942 pour des raisons esthétiques et de fragilité. Elle a été classée Monument Historique en avril 1927.

Le château[modifier | modifier le code]

Le château de Pépieux, probablement bâti au cours du XIe siècle dans sa partie principale, est conçu comme tous ceux de cette époque, vaste quadrilatère aux murs énormes percés de rares et petites ouvertures très hautes à l'extérieur, entouré de fossés (sur trois côtés, le 4e étant la rivière), haut de 3 à 4 étages sans plancher quelquefois mais avec des encorbellements pour les recevoir communiquant avec le dehors par une large porte unique munie d'un pont levis et ouvrant par un couloir vouté sur la cour intérieure. Ce qui nous reste du château, remanié de bonne heure et abimé depuis la Révolution, ne peut nous donner qu'une idée partielle en raison des nombreux changements qui y ont été apportés. Le plus important est celui du percement des murs de la cour intérieure du château qui l'a transformée en rue. Dans les années 50, on pouvait voir le puits du château qui était carré en pierre de taille bouché par la mairie mais on peut voir une petite trappe qui sert de regard. Celui-ci est réputé intarissable car il mesure 18 mètres de profondeur donc sous le niveau de la rivière.

La chapelle seigneuriale sur le Plô[modifier | modifier le code]

Propriété privée, elle a été inscrite au Monuments Historiques en novembre 1942. Sa façade est remarquable[7].

Les fortifications[modifier | modifier le code]

La muraille est haute mais peu solide, étant bâtie avec du pauvre mortier. Le bord de la rivière est défendu par les importantes bâtisses du château prolongées au cers par le rempart qui remonte le cours de l'Ognon jusqu'à un petit bastion d'où il repart obliquement vers le sud, à 50 m du bastion s'ouvre la Porte Narouge, encore vingt-cinq mètre et le mur aboutit à un bastion d'angle qui prend la direction de l'ouest longeant bientôt le chemin du mercadal jusqu'à la porte Notre-Dame, laquelle est précédée d'un pont-levis. À partir de là, la muraille se prolonge vers l'ouest jusqu'à un troisième bastion d'angle où elle prend la direction du nord. À vingt mètres de la rivière, elle rencontre la tour de guet (toujours debout), elle s'infléchit alors vers le cers, rencontre la porte du pont et va rejoindre le moulin à huile qui jouxte le château (voir le compoix).

Musée à proximité[modifier | modifier le code]

Le musée le plus proche est le Musée archéologique de Minerve[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.mairie-pepieux.fr/village.html
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. http://www.mairie-pepieux.fr/vin.html
  5. http://www.mairie-pepieux.fr/dolmen.html
  6. Anne Debant - L'église Saint-Étienne de Pépieux - pp.88-94, dans Congrès archéologique de France. 131e session. Pays de l'Aude. 1973 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1973
  7. http://www.loomji.fr/pepieux-11280/monument/chapelle-seigneuriale-sur-plo-ancienne-2733.htm
  8. http://www.communes.com/languedoc-roussillon/herault/minerve_34210/musees.html

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Cunnac, Un village minervois sous l'Ancien régime, Histoire de Pépieux des origines à la Révolution, 1944 (ASIN B00185XEV8)