Laure-Minervois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Laure-Minervois
Vue générale
Vue générale
Blason de Laure-Minervois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Peyriac-Minervois
Intercommunalité Carcassonne Agglo
Maire
Mandat
Jean Loubat
2014-2020
Code postal 11800
Code commune 11198
Démographie
Gentilé Lauranais
Population
municipale
1 061 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 20″ N 2° 31′ 16″ E / 43.2722222222, 2.52111111111 ()43° 16′ 20″ Nord 2° 31′ 16″ Est / 43.2722222222, 2.52111111111 ()  
Altitude 90 m (min. : 80 m) (max. : 243 m)
Superficie 39,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Laure-Minervois

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Laure-Minervois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laure-Minervois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laure-Minervois

Laure-Minervois est une commune française située dans le département de l'Aude et la région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Laure-Minervois (3 923 ha dont 348 de bois, 1 395 de vignes), 6 km au sud-ouest de Peyriac-Minervois, au plan circulaire et riche en vieilles pierres, en capitelles, se signale par une allée couverte au nord du village ; cave coopérative. Au sud-ouest, Aigues-Vives, 10 km sud-sud-ouest de Peyriac-Minervois, est une grosse commune viticole (932 ha de vignes) qui a un site archéologique au pech de Saint-Vincent, et possède une partie de l'ancien étang de Marseillette.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Laure-Minervois Blason De sinople, à un pal fuselé d'argent et de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jean Loubat[1] PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 061 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
992 1 005 1 032 1 145 1 164 1 204 1 170 1 203 1 220
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 290 1 294 1 348 1 311 1 400 1 710 1 604 1 324 1 316
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 434 1 470 1 407 1 492 1 491 1 506 1 455 1 166 1 194
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 176 1 156 1 062 1 126 1 159 1 096 1 052 1 048 1 061
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un « sentier des capitelles » permet de découvrir une trentaine d'abris de pierres sèches construits dans les parcelles issues de la vente des anciens communaux à des particuliers à partir de 1813 et cultivées en vigne et en céréales. Aujourd'hui, ces cabanes se trouvent dans la garrigue ou sous les bois de pins, de chênes et de cyprès plantés aux XIXe-XXe siècles après l'abandon des cultures[4]. Le nombre total de capitelles est entre 150 et 200[5].

La commune possède un plan d'eau doté d'un barrage, qui sert de bassin de rétention contre les inondations.

Monuments historiques inscrits et classés[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Laure-Minervois est classée au patrimoine régional ; et en cours de rénovation.

Monument Adresse Coordonnées Notice Protection Date Illustration
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste 43° 16′ 21″ Nord 2° 31′ 12″ Est / 43.27244, 2.52003 (Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste) « PA11000033 » Inscription 7 juin 2006
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
Tour du Portail-Neuf 43° 16′ 14″ Nord 2° 31′ 08″ Est / 43.27067, 2.51902 (Tour du Portail-Neuf) « PA00102736 » Inscription 17 février 1926
Tour du Portail-Neuf
Tour de Mézolieux à géolocaliser « PA00102735 » Classement 4 février 1932

Image manquante

Téléverser

Tour du Bas (ensemble) à géolocaliser « PA00102734 » Inscription 27 septembre 1948

Image manquante

Téléverser

Monument mégalithique, dit Allée couverte de Saint-Eugène, sur le domaine de Russol 43° 17′ 51″ Nord 2° 31′ 31″ Est / 43.29761, 2.5253 (Monument mégalithique, dit Allée couverte de Saint-Eugène, sur le domaine de Russol) « PA00102733 » Classement 12 novembre 1931
Monument mégalithique, dit Allée couverte de Saint-Eugène, sur le domaine de Russol
Allée couverte de Saint-Eugène
Tour boisée, Tour du portail neuf,
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel de la préfecture de l‘Aude - liste des maires (doc pdf)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. Sentier des Capitelles de Laure-Minervois.
  5. Laure-Minervois.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]