Rieux-Minervois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rieux.
Rieux-Minervois
Le village et son château
Le village et son château
Blason de Rieux-Minervois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Canton Peyriac-Minervois
Intercommunalité Carcassonne Agglo
Maire
Mandat
Pierre Destrem
2014-2020
Code postal 11160
Code commune 11315
Démographie
Gentilé Mérinvillois
Population
municipale
2 016 hab. (2011)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 16′ 58″ N 2° 35′ 18″ E / 43.2828, 2.588343° 16′ 58″ Nord 2° 35′ 18″ Est / 43.2828, 2.5883  
Altitude Min. 55 m – Max. 180 m
Superficie 21,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte administrative de l'Aude
City locator 14.svg
Rieux-Minervois

Géolocalisation sur la carte : Aude

Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Rieux-Minervois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rieux-Minervois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rieux-Minervois
Liens
Site web http://rieuxminervois.pagesperso-orange.fr/

Rieux-Minervois (en occitan Rius de Menerbés) est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Mérinvillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Minervois, traversée par l'Argent-Double.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il semble que l’Argent-Double ait accueilli sur ses berges une cité dès l’époque gallo-romaine. De nombreuses villae entouraient son lit, comme en témoignent les archives. "Près de la rivière", "Al Riùs" pourrait être à l’origine du nom ; pour le distinguer des autres "Rieux", il est suivi du qualificatif de "Minervois" en référence à l’antique "Pago Minerbensis", connu depuis l’époque gallo-romaine : on en trouve une référence dans une charte de Charles le Chauve de l'an 855, "Pago Minarbensi", appliquée à la région. Le village aurait vu le jour autour d’un castrum vers l’an 1000.

La seigneurie de Rieux, possédée au XIIe siècle par les vicomtes de Minerve, est confisquée après la croisade contre les Albigeois et le roi Saint-Louis inféode cette seigneurie à Raymond de Saverdun en 1230. Les héritiers de Saverdun vendent la terre de Rieux à Nicolas de La Jugie, une famille du Limousin, dont l'un des membres, Pierre de La Jugie, est archevêque de Narbonne. Cette famille est par ailleurs apparentée aux papes Clément VI et Grégoire IX ainsi qu'aux évêques de Saint-Pons.

À partir de 1372, la terre de Rieux est transmise par alliances matrimoniales, aux maisons de Puydeval (1375), de Morèze (1458) et de Moustiers de Mérinville (1642). C’est cette lignée qui fit ériger le château à proximité de l’Argent Double vers 1175 et dont il reste quelques ouvrages remarquables: tours, cour du puits, fenêtre et linteaux.

François de La Jugie, baron de Rieux (1556-1592) est un homme de guerre, premier maréchal des camps et armées du Roi, gouverneur de Narbonne, il participe aux combats qui ravagent le Languedoc et particulièrement le Minervois : d'abord contre les protestants, puis contre les ligueurs. C'est un proche d'Henri Ier de Montmorency, gouverneur du Languedoc. En récompense, la baronnie de Rieux est érigée en comté par le roi Henri IV en 1604.

François de La Jugie, comte de Rieux, fils cadet du précédent, est un fidèle de la maison Montmorency et s'associera en 1630 à Henri II, dernier duc de Montmorency entré en rébellion contre le pouvoir royal (Louis XIII et Richelieu). Il sera tué lors du combat de Castelnaudary en 1632. En punition, le comté de Rieux perd son titre de baronnie des États du Languedoc et les tours du château sont rasées "à hauteur des cheminées".

Le Comté de Rieux retrouve en 1642 ses droits d'accès aux États du Languedoc après le mariage de Marguerite de La Jugie, fille de François, avec François de Moustiers-Mérinville : c'est cette famille qui donnera leur gentilé aux habitants de Rieux (les Mérinvillois et les Mérinvilloises), le village prenant lui-même le nom de Mérinville en 1775. Ce nom fut aboli à la Révolution française, rétabli sous la Restauration et définitivement aboli par un décret royal de 1838.

Ajoutons aussi que Rieux se situe sur un des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, ce qui expliquerait la présence d'une statue de Saint-Jacques en pèlerin avec son bâton, sa coquille, et sa représentation sur le tableau situé dans la chapelle Saint-Roch de Saissac.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rieux-Minervois Blason Écartelé, au premier d'argent aux trois fasces de gueules, au second d'azur à deux lions affrontés d'or, au troisième de gueules à deux lions léopardés aussi d'or, au quatrième parti au 1) d'azur à la fasce d'or et au 2) d'argent à la bande d'azur accompagnée de six roses de gueules en orle, trois en chef et trois en pointe; sur le tout, d'or à un lys de jardin de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Alias du blason de Rieux-Minervois
De sable à un pal fuselé d'argent et d'azur.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 2014 Pierre Destrem UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 016 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 228 1 367 1 555 1 629 1 562 1 625 1 605 1 674 1 690
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 710 1 717 1 790 1 771 1 990 2 329 2 213 2 098 2 059
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 262 2 230 2 173 2 389 2 397 2 376 2 276 1 915 1 854
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 939 2 048 1 879 1 892 1 868 2 075 2 039 2 042 2 016
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Domaine viticole à Rieux-Minervois
Domaine viticole à Rieux-Minervois

Bien que le secteur tertiaire soit en plein essor, l'économie locale repose essentiellement sur la viticulture : production de vins d'appellation AOC Minervois (Vin de pays des Coteaux-de-Peyriac), de vins de cépages (cabernet, syrah, grenache..) et de vins de pays, dont les typicités et les arômes sont particulièrement recherchés.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de l'Assomption

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. Marcel Durliat - L'église de Rieux-Minervois - p. 30-43, dans Congrès archéologique de France. 131e session. Pays de l'Aude. 1973 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1973

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :