Parti politique du Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un parti politique du Québec est un parti politique autorisé par la Loi électorale. Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) est responsable de l'autorisation des partis politiques.

C'est à partir des années 1960 que les partis politiques ont commencé à être réglementé. Auparavant, le concept de parti politique était moins présent. Il s'agissait davantage d'une identification partisane ou d'une bannière. Quatre partis politiques ont formé le gouvernement du Québec depuis la confédération canadienne de 1867 : le Parti conservateur du Québec, le Parti libéral du Québec, l'Union nationale et le Parti québécois.

Il y a présentement 19 partis politiques au Québec, dont 4 sont représentés à l'Assemblée nationale, soit le Parti québécois, le Parti libéral du Québec, la Coalition Avenir Québec et Québec solidaire.

Cadre légal[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Schéma historique des principaux partis politiques du Québec

 
 
Parti libéral du Québec
(1867-)
 
 
 
 
 
Parti conservateur du Québec
(1867-1935)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Action libérale nationale
(1934-1939)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Union nationale
(1935-1989)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Parti québécois
(1968-)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Action démocratique du Québec
(1994-2012)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Coalition avenir Québec
(2012-)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les différentes tendances[modifier | modifier le code]

Liste des partis[modifier | modifier le code]

Il existe présentement 19 partis politiques au Québec. Depuis la confédération, un grand nombre de parti ont existé, mais, avant les années 1960, la notion de parti politique était moins bien définie et réglementée.

Partis actifs[modifier | modifier le code]

Au Québec, il y a présentement 19 partis politiques qui sont autorisés par le Directeur général des élections ; quatre d'entre eux sont représentés à l'Assemblée nationale du Québec.

Partis représentés à l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Il y a présentement quatre partis politiques québécois représentés à l'Assemblée nationale du Québec : le Parti libéral du Québec, le Parti québécois, la Coalition avenir Québec et Québec solidaire.

Partis politiques québécois représentés à l'Assemblée nationale
Parti Chef Fondation Nombre de députés
(41e législature)
Description
     Parti libéral du Québec Philippe Couillard 1867 71 Le Parti libéral du Québec est le plus vieux parti politique au Québec. Participant aux élections depuis la confédération canadienne, il a occupé le pouvoir cumulativement pendant plus de 75 ans depuis sa création. Le PLQ a été considéré comme un parti progressiste au Québec jusqu'à ce que le Parti québécois lui ravisse cette place à la fin des années 1960. Depuis ce moment, le parti a une idéologie politique fédéraliste, prônant des politiques gouvernementales de centre-droit. Le PLQ est présentement au pouvoir.
     Parti québécois Sylvain Gaudreault 1968 29 Le Parti québécois, fondé en 1968 par René Lévesque, est née d'une volonté de regrouper sous une même coalition toutes les tendances politiques en faveur de la souveraineté du Québec. Malgré son désir centriste, le Parti québécois a été l'instigateur de plusieurs politiques progressistes durant ses deux premiers passages au gouvernement (1976 - 1985 et 1994 - 2003). Après avoir occupé brièvement le pouvoir à nouveau (2012-2014), le Parti québécois est présentement l'opposition officielle.
     Coalition avenir Québec François Legault 2011 20 La Coalition avenir Québec est un parti politique de centre-droit souhaitant mettre de côté le débat sur le statut politique du Québec, malgré une tendance nationaliste. Son programme politique est basée sur la relance de l'économie québécoise et un plus grand investissement dans les domaines de la santé et de l'éducation. Il succède sur l'échiquier politique à l'Action démocratique du Québec (1994-2012).
     Québec solidaire Françoise David et
Andrés Fontecilla
2006 3 Québec solidaire est le parti important le plus à gauche sur l'échelle politique du Québec. Il prône une plus grande justice sociale, par une intervention marquée de l'État dans l'économie. Québec solidaire défend aussi des valeurs environnementales. Le parti est souverainiste et défend la place de la langue française au Québec.

Non représentés[modifier | modifier le code]

Il y a présentement 13 partis politiques qui ne sont pas représentés à l'Assemblée nationale. La plupart d'entre eux ont un impact très faible sur la politique québécoise. De ceux-ci, seule l'Option nationale a déjà été représentée à l'Assemblée nationale.

Partis politiques québécois actifs non représentés à l'Assemblée nationale
Parti Chef Fondation Années représentées
à l'Assemblée
Description
     Bloc Pot Hugô St-Onge 1998 - Le Bloc Pot est un parti dont l'objectif est la légalisation de la marijuana. Cette décision relevant du Parlement fédéral, le Bloc Pot demande une politique de tolérance au Québec sur la marijuana. De plus, il souhaite que le Québec développe l'accès à la marijuana médicale.
     Équipe autonomiste (en) Guy Boivin 2012 - Équipe autonomiste prône l'autonomie maximale des individus, des organismes et du gouvernement provincial dans une confédération canadienne.
     Nouveau Parti démocratique du Québec Pierre Ducasse 2014 - Le NPD-Québec est un nouveau parti politique sans lien formel avec son penchant fédéral le Nouveau Parti démocratique.
     Option nationale - Pour l'indépendance du Québec Sol Zanetti 2011 2011 - 2012 Le parti Option nationale est un parti qui promeut l'indépendance du Québec. Il a été fondé par un dissident du Parti québécois, Jean-Martin Aussant. Le parti souhaite, s'il prend le pouvoir, accomplir des gestes de rupture avec le Canada avant la tenue d'un référendum sur l'indépendance. Option nationale est un parti progressiste au niveau social et économique.
     Équipe Adrien Pouliot - Parti conservateur du Québec Adrien D. Pouliot 2009 - Le parti défend les valeurs de droite, à savoir, entre autres, la liberté et les droits individuels, la responsabilité de chaque citoyen et l’économie de marché[1].
     Sans parti - Citoyens constituants (2016-...)
Parti des sans parti (2013-2016)
Coalition pour la constituante (2012-2013)
Frank Malenfant 2012 - Vise la réforme démocratique des institutions québécoises par la convocation d'une assemblée constituante citoyenne indépendante des partis politiques. Favorable à la participation citoyenne entre les élections et au sein des partis politiques.
     Parti équitable Patricia Domingos 2012 - Programme politique fondé sur l’écologie, le développement durable et la justice sociale[2].
     Parti indépendantiste Michel Lepage 2008 - Le parti défend l'indépendance du Québec. Il est d'idéologie de droite, voire d'extrême-droite. Le Parti indépendantiste propose l'accession à la souveraineté par un vote à l'Assemblée nationale, plutôt que par référendum comme plusieurs autres partis souverainistes. Il propose une réduction importante de l'immigration.
     Parti marxiste-léniniste du Québec Pierre Chénier 1970 - Parti marxiste-léniniste qui souhaite se conformer de façon fidèle aux enseignements de Engels, Lénine et Staline. Son programme prône l'augmentation des investissements dans les programmes sociaux, le renouvellement de la démocratie et la souveraineté du Québec. Il est affilé au Parti marxiste-léniniste du Canada.
     Parti nul Renaud Blais 2009 - Parti qui ne présente aucune idéologie précise. Il vise à protester contre la politique actuelle. Le parti prétend que l'abstention ou l'annulation des voix n'a pas d'impact dans le système électoral québécois, ainsi, il propose aux électeurs de canaliser leurs protestations en votant pour lui.
     Parti unité nationale (2012-...)
Parti démocratie chrétienne du Québec (2002 à 2012)
Bernard Longpré 2002 - Prône une politique de droite radicale combinant le nationalisme québécois et le fondamentalisme chrétien. En ce sens, il critique le multiculturalisme canadien. Souhaite revenir à des valeurs traditionnelles au niveau familial et dans le domaine de l'éducation (classes non-mixtes, incitation au non-avortement, etc..)
     Parti travailliste du Québec Roch Dumont 2015 -
     Parti vert du Québec Alex Tyrrell 2001 - Le Parti vert du Québec est un parti environnementaliste et écosocialiste qui prône la démocratie participative. La plate-forme prévoit la promotion des valeurs vertes, du développement durable et de la démocratie participative. Le Parti vert entend se différencier par son approche intégrée du développement qui insiste sur l'interdépendance des différents champs d'intervention du gouvernement.

Partis défunts[modifier | modifier le code]

Ayant déjà été représentés à l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

En plus des quatre partis présentement représentés, il existe une douzaine de partis politiques dont un député a déjà siégé à l'Assemblée nationale du Québec. Il importe toutefois de savoir qu'avant les années 1960, la notion de parti politique était moins bien définie. Il s'agissait souvent de bannière ou de simple identification partisane.

Partis politiques québécois défunts ayant été représentés à l'Assemblée nationale du Québec
Parti Années
d'existence
Années représentées
à l'Assemblée
Nombre de députés élus[3] Description
     Action démocratique du Québec 1994 - 2012 1994 - 2012 54 L'Action démocratique du Québec est un parti politique créé en 1994 par une faction nationaliste du Parti libéral. Il a formé l'opposition officielle de 2007 à 2008. L'ADQ est reconnu pour ses politiques conservatrices. Il prône l'autonomisme, c'est-à-dire un renouveau constitutionnel avec le Canada, visant à sortir du débat entre les fédéralistes et les souverainistes. En 2012, le parti a fusionné avec la Coalition Avenir Québec.
     Action libérale nationale 1934 - 1939 1935 - 1936 (26) L'ALN est un parti né de l'insatisfaction envers le Parti libéral à la suite de son long séjour au pouvoir au début du XXe siècle. Il critiquait la corruption au sein du parti et souhaitait un renouveau dans les idées politiques. L'ALN promouvait la justice sociale et l'intervention de l'État dans l'économie.
     Bloc populaire canadien 1942 - (1947) 1944 - 1948 4
     Fédération du Commonwealth Coopératif (1939-1955)
Parti social démocratique du Québec (1955-1961)
1939 - 1961 1944 - 1945 1
     Les démocrates (1978-1980)
Parti démocrate créditiste (1980)
1978 - 1980 1978 - 1980 0 Les démocrates est un parti politique éphémère fondé par Camil Samson et Pierre Sévigny, renommé Parti démocratie créditiste en 1980[4]. Son existence de courte existence se situe dans la crise du mouvement créditiste québécois des années 1970. Le parti défend les valeurs du crédit social et est grandement associé à la personnalité de son chef, Camil Samson[5].
     Ligue nationaliste canadienne 1903 - (1916) 1904 - 1916 4 Mouvement nationaliste et anti-impérialiste, il est fondé par les journalistes Henri Bourassa et Olivar Asselin. La Ligue s'opposait à la dépendance politique envers le Royaume-Uni ou les États-Unis, en soutenant plutôt l'autonomie du Canada au sein de l'Empire britannique. Le parti fait élire quelques candidats à l'élection de 1908 et se dissout quelques années plus tard.
     Parti égalité 1989 - 2013 1989 - 1994 4 Le Parti égalité est un parti fondé en 1989 en réaction à l'ouverture du gouvernement Bourassa sur les questions linguistiques et nationales. Le parti veut défendre les droits des minorités anglophones. Il ne réussit à faire élire que quatre députés à Montréal lors de l'élection de 1989. Il présenta des candidats pour la dernière fois à l'élection de 2003.
     Parti ouvrier
     Parti conservateur du Québec 1867 - 1935[6] 1867 - 1936 Le Parti conservateur du Québec a existé de la fondation du Québec en 1867 jusqu'à sa fusion avec l'Action libérale nationale en 1935. Il a succédé au parti bleu. Comme son nom l'indique, le PCQ avait une idéologie conservatrice, souvent fondé sur le catholicisme.
     Parti national populaire 1975 - 1980 1976 - 1979 1
     Ralliement créditiste du Québec (1970-1973, 1975-1978)
Parti créditiste (1973-1975)
1970 - 1978 1970 - 1978 15 Parti issue du mouvement du crédit social, il réussit à faire élire plusieurs députés à l'élection de 1970. Le parti sera ensuite déchiré par de nombreux conflits internes, jusqu'à ce qu'en 1978, le chef et dernier député du parti, Camil Samson, fonde un nouveau parti Les démocrates.
     Union nationale (1935-1971, 1973-1989)
Unité-Québec (1971-1973)
1935 - 1989 1935 - 1973 et
1974 - 1981
L'Union nationale est née d'une fusion entre le Parti conservateur du Québec et l'Action libérale nationale en 1935. Cette coalition, grandement associé à son chef Maurice Duplessis, a gouverné la province, notamment, sans interruption de 1948 à 1960. Cette période de l'histoire du Québec, nommée la Grande Noirceur, a été marquée par des politiques gouvernementales conservatrices et traditionalistes.

Partis n'ayant jamais été représentés[modifier | modifier le code]

Partis politiques québécois défunts n'ayant pas été représentés à l'Assemblée nationale du Québec
Parti Années
d'existence
Description
     Action des hommes d'affaires du Québec
     Action provinciale
     Action Québec 1987 - 1989[7] Parti mineur indépendantiste fondé par Réginald Chartrand.
     Affiliation Québec 2007 - 2012 Parti fondé par des électeurs déçus des partis politiques fédéralistes. Il était fortement en faveur de l'unité canadienne et s'opposait au nationalisme québécois et à l'indépendance du Québec.
     Alliance démocratique 1976 - 1977
     Bloc équité sociale 2002
     CANADA! 1994 - 1998
     Candidat du peuple Années 1930 - 1940 Bannière de deux candidats lors de l'élection de 1939 et de 1944.
     Capital familial Années 1950 - 1960 Bannière d'un candidat lors des deux élections générales et d'une élection partielle (1956, 1960 et 1961).
     Coalition arc-en-ciel
     Développement Québec ~1994-1996
     Droit vital personnel
     Équipe options
     Esprit social
     Fermier opposition
     Femiers-Unis
     La Belle Province de Québec
     Mouvement équité au Québec 2008 - 2013 N'a jamais présenté de candidats.


     Mouvement socialiste
     Nouveau parti démocratique du Québec (1963-1995)
Parti de la démocratie socialiste (1995-2002)
1963 - 2002
     Option nationale 1997 - 1998
     Parti 51 1989 - 1991 Parti éphémère prônant l'indépendance du Québec pour permettre d'annexer la province aux États-Unis et en devenir le 51e État. Le parti ne récolte que 0,11 % à sa seule participation électorale en 1989.
     Parti alternatif du Québec
     Parti citron 1987 - 1998 Parti satirique canadien, mais n'ayant présenté des candidats qu'à deux élections provinciales québécoises. Par ses promesses cocasses ou moqueuses, le parti se rapprochait de la philosophie du Parti Rhinocéros.
     Parti communiste du Québec 1965 - 2003 Branche autonome du Parti communiste du Canada (PCC) au Québec fondée en 1965 par le militant Samuel Walsh. Cette formation politique fut un parti politique provincial québécois reconnu par le DGEQ de 1965 à 2003.
     Parti communiste du Québec (Indépendantiste) 2006 - 2012 Le Parti communiste souhaitait l'indépendance du Québec afin de favoriser la transition vers le socialisme. Il s'est transformé en collectif du parti Québec solidaire.
     Parti communiste ouvrier 1979 - 1983 Parti d'extrême-gauche d'idéologie marxiste-léniniste et maoïste[8]. Il présente une trentaine de candidats à l'élection de 1981. Il se décomposera rapidement aux prises avec un mode de fonctionnement hermétique et un essoufflement de son idéologie face à la montée du conservatisme économique et le renforcement de mouvements progressistes alternatifs (féminisme, écologisme, etc.)[9],[10].
     Parti conscience universelle 2005 - 2007 Parti éphémère n'ayant jamais participé à une élection. Il ne cherchait pas à prendre le pouvoir, mais plutôt à donner à la population une conscience écologique. D'orientation féministe, le parti identifiait dans le genre masculin la source de plusieurs problèmes sociaux (gangs de rues, non-respect du protocole de Kyoto, etc.)[11]
     Parti crédit social uni 1969 - 1971
1979 - 1994
Parti créditiste sans importance regroupé autour de Jean-Paul Poulin.
     Parti de la classe moyenne du Québec 2012 - 2014
     Parti de la démocratisation économique
     Parti de la liberté de choix
     Parti de la loi naturelle du Québec 1994 - 2003 Section québécoise du Parti de la loi naturelle du Canada, lui-même affilié à la branche politique de la méditation transcendantale de Maharishi Mahesh Yogi.
     Parti de la souveraineté du Québec 1993 - 1996 Parti négligeable fondé par deux citoyens de Saint-Timothée avec un programme basé sur la souveraineté du Québec. En plus, le Parti proposait la retraite à 55 ans et la transformation d'une partie de l'impôt sur le revenu vers la taxe de vente du Québec[12]. Le parti n'a recueilli qu'un peu plus de 0,1 % à l'élection de 1994. Il a perdu son autorisation en 1996 après que le DGEQ ait mis en lumière le financement frauduleux du parti[13].
     Parti démocrate du Québec 2002 - 2003 Parti éphémère fondé par un commissaire-priseur de l'Estrie, Olivier Chalifoux (ancien candidat adéquiste et néo-démocrate[14]). Sans avoir participé à une élection, le parti se saborde deux mois après sa fondation après avoir prétendu être associé au mouvement raëlien[15],[16].
     Parti des immigrés du Québec
     Parti des régions
     Parti des travailleurs du Québec
     Parti du peuple du Québec
     Parti du progrès
     Parti du socialisme chrétien
     Parti durable du Québec
     Parti économique du Québec 1993 - 1998
     Parti humaniste du Québec
     Parti indépendantiste 1985 - 1990
     Parti innovateur du Québec
     Parti J’en arrache
     Parti j'en peut pu ~1993-1994
     Parti l'étoile d'or social démocratique ~1993
     Parti libertarien ~1981-1989
     Parti national humanitaire du Québec
     Parti national
     Parti nationaliste humain du Québec
     Parti Option populaire
     Parti ouvrier progressiste 1943 - 1959
     Parti populaire du Québec
     Parti pour la république du Canada (Québec)
Parti pour le Commonwealth du Canada (Québec)
Parti républicain du Québec
1983 - 1994 Parti fondé sur l'idéologie de l'homme politique américain Lyndon LaRouche. Le parti prône la création d'une république pour le Canada.
     Parti pour le respect des droits et libertés individuels au Québec
     Parti présidentiel 1974 - 1975 Parti fondé par Yvon Dupuis à la suite de son expulsion du Parti créditiste. Le parti fusionne avec l'Union nationale avant d'avoir participé à une élection.
     Parti progressiste conservateur du Québec 1982 - 1998 Parti fondé pour promouvoir au niveau provincial les idées du Parti progressiste-conservateur du Canada. Il n'obtient que des résultats marginaux aux élections de 1985 et de 1989.
     Parti réformateur
     Nouvelle alliance Québec-Canada 2009 - 2011 S'est appelé Parti de la réforme financière de 2009 à 2010[17].
     Parti réforme Québec
     Renaissance
     Parti républicain du Québec 1962 - 1964 Fondé par Marcel Chaput, ancien chef du Rassemblement pour l'indépendance nationale qui aurait voulu que ce mouvement devienne immédiatement un parti politique.
     Parti république du Québec 2007 - 2009 Parti conservateur prônant l'indépendance du Québec. Le parti promouvait un retour aux valeurs traditionnelles, par le financement direct au famille ou un contrôle des valeurs des immigrants[18]. Sur le plan de l'indépendance, le parti souhaitait instaurer un mode de scrutin proportionnel, réunir une coalition de partis pour écrire une constitution québécoise et la faire adopter par référendum, rendant le Québec, du même coup, souverain. Le parti est dissout après n'avoir présenté qu'un seul candidat à l'élection de 2008[19],[20].
     Parti socialiste du Québec
     Parti unitaire du Québec 2005 - 2007 N'a jamais présenté de candidats
     Ralliement national 1966 - 1968
     Rassemblement démocratique pour l’indépendance 1985 - 1988 Parti éphémère ayant réuni des militants du Parti québécois déçu que leur parti ne fasse pas suffisamment la promotion de la souveraineté du Québec au milieu des années 1980.
     Rassemblement pour l'alternative progressiste 2000 - 2002 En 2002, le parti a fusionné avec le Parti de la démocratie socialiste (ex-NPD-Québec), le Parti communiste du Québec et la section québécoise de Socialisme international afin de former l’Union des forces progressistes[21].
     Rassemblement pour l'indépendance nationale 1960 - 1968
     Regroupement des militants syndicaux 1974 - 1981
     Regroupement national 1964 - 1966 Parti issu de militants traditionalistes du RIN. Souverainiste et conservateur, il s'allie avec des militants créditiste pour former le Ralliement national en vue de l'élection de 1966.
     Union citoyenne du Québec 2012 - 2015 L'UCQ était un parti visant à combler l'absence de parti progressiste et fédéraliste au Québec. Il n'a participé qu'à l'élection de 2012; sans succès.
     Union des électeurs 1944 - 1948
     Union des forces progressistes 2002 - 2006 Parti progressiste issu de la fusion entre trois partis politique de gauche : le Parti de la démocratie socialiste (PDS), le Rassemblement pour l'alternative progressiste (RAP) et le Parti communiste du Québec. À la suite d'un résultat décevant à l'élection de 2003, il fusionne avec le groupe Option citoyenne pour devenir Québec solidaire.
     Union du Centre 2008 - 2009 Ce parti proposait l’abolition des programmes de subventions destinées aux « régions ressources » et auxquelles les « régions centrales » n’avaient pas droit[22].
     Parti Unité 1989 - 1990 Le Parti Unité était un parti de défense des anglophones et prônait l'égalité entre le français et l'anglais au Québec. Après l'élection de 1989, il fusionne avec le Parti Égalité.
     Votepop Québec 2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://adrienpouliot.ca/?page_id=44
  2. Parti équitable, sur QuébecPolitique.
  3. Ce chiffre ne doit être utilisé qu'à titre indicatif seulement afin d'indiquer l'importance du parti dans l'histoire politique québécoise. Il s'agit du nombre de député que le parti a réussi à faire élire lors d'élections générales. Cela ne tient pas en compte les élections partielles. Les nombres entre parenthèses sont approximatifs.
  4. « Camil Samson », Assemblée nationale du Québec,‎ (consulté le 12 janvier 2012).
  5. « Fondation du parti politique Les Démocrates », Bilan du siècle,‎ s.d. (consulté le 12 janvier 2011).
  6. Certaines personnes se sont toutefois présentés comme candidates lors de l'élection générale de 1939.
  7. Directeur général des élections. Liste des partis politiques provinciaux ayant perdu leur autorisation depuis le 1er avril 1978, 17 avril 2008, 10 p.
  8. Charles-Antoine Bachand, Le discours de la ligue communiste (marxiste-léniniste) du Canada (1975-1983), [non édité], , 21 p. (lire en ligne), p. 7.
  9. Sébastien Degagné, « Le déclin du mouvement marxiste-léniniste au Québec », Bulletin d'histoire politique, vol. 13 « Histoire du mouvement marxiste-léniniste au Québec 1973-1983. Un premier bilan », no 1,‎ , p. 119-128.
  10. Bernard Dansereau, « Une expérience de l'extrême gauche : le Parti communiste ouvrier », Bulletin d'histoire politique, vol. 13 « Histoire du mouvement marxiste-léniniste au Québec 1973-1983. Un premier bilan. », no 1,‎ , p. 25-35.
  11. Hugo Meunier, « Pour en finir avec l'"hommerie" », La Presse, Montréal,‎ , A3.
  12. André Pratte, « La dix-neuvième voie... », La Presse,‎ , B7.
  13. Gilles Normand, « Pierre F. Côté veut revoir l'aide de l'État aux partis politiques », La Presse,‎ , B1.
  14. Katy Cloutier, « Olivier Chalifoux veut sauver la démocratie », La Tribune,‎ , E7.
  15. François Cardinal, « Des candidats raéliens aux prochaines élections? », La Presse,‎ , A1.
  16. René-Charles Quirion, « Les raéliens contredisent Chalifoux », La Tribune,‎ , A2.
  17. Nouvelle alliance Québec-Canada sur QuébecPolitique.
  18. « Les dissidents auront le choix »,‎ (consulté le 14 décembre 2015).
  19. « Élections générales 8 décembre 2008 - Résultats officiels par parti politique pour l'ensemble des circonscriptions » (consulté le 14 décembre 2015).
  20. « Le Directeur général des élections publie les rapports financiers des partis politiques provinciaux pour l'année 2009 »,‎ (consulté le 14 décembre 2015).
  21. Rassemblement pour l'alternative progressiste, sur QuébecPolitique.
  22. Union du Centre, sur QuébecPolitique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles généraux
Articles spécifiques

Liens externes[modifier | modifier le code]

Pour plus d'informations
Sites des principaux partis politiques québécois