Michel Doyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michel Doyon
Illustration.
Fonctions
Lieutenant-gouverneur du Québec
En fonction depuis le
(5 ans, 1 mois et 6 jours)
Monarque Élisabeth II
Premier ministre Philippe Couillard
François Legault
Prédécesseur Pierre Duchesne
BarreauQuebec Logo.png 144e Bâtonnier du Québec
Biographie
Nom de naissance Michel Joseph Doyon
Date de naissance (77 ans)
Lieu de naissance Québec, Québec (Canada)
Nationalité canadienne
Diplômé de Université Laval
Université Laurentienne
Profession Avocat, historien, professeur
Résidence Québec

Michel Doyon
Lieutenants-gouverneurs du Québec

Joseph Michel Doyon, né le à Québec, est un avocat, historien, professeur et homme politique canadien. Il est le lieutenant-gouverneur du Québec depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Né à Québec en 1943, il est le fils unique de Josaphat Doyon et Cécile Gingras. Diplômé en histoire de l'université Laurentienne de Sudbury en 1964, il retourne ensuite à Québec et s'inscrit à l'université Laval, où il obtient une maîtrise en histoire deux ans plus tard, une licence en droit, en 1970, et un doctorat en histoire, en 1978. Sa thèse porte sur le Parti progressiste-conservateur du Canada dans les années 1940. Durant ses études, il milite au sein de ce parti[1]. De 1975 à 1988, il est professeur en droit des compagnies à l'École du Barreau. Il sera ensuite chargé de cours à l'Université Laval jusqu'en 1993. En 1984, il termine des études doctorales en philosophie sans remettre de thèse. La même année, il rejoint le cabinet d'avocat Gagné Letarte[2].

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

De 1988 à 1998, il est membre du conseil d'administration de la Société Radio-Canada où il travaille dans différents comités. Doyon est devenu, en 2001, le premier vérificateur général de la Ville de Montréal. Il est également membre du comité exécutif du Barreau de 2002 à 2004 et de 2006 à 2009. Il occupe le poste de bâtonnier du Québec de 2007 à 2008 durant ces deux mandats. En 2009, il devient président du comité du Barreau dans le dossier Mourir dans la dignité. Il crée également l'émission Le droit de savoir, diffusée sur Canal savoir. De 2010 à 2015, il est membre consultatif sur les nominations à la magistrature fédérale pour le Québec. Il est également membre de la commission de délimitation des circonscriptions électorales fédérales au Québec et du conseil d’administration de l'Orchestre symphonique de Québec.

Lieutenant-gouverneur du Québec[modifier | modifier le code]

En 2015, en compagnie de Allison Areias-Vogel, consule générale des États-Unis à Québec.

Le , le premier ministre Stephen Harper annonce sa nomination au poste de lieutenant-gouverneur du Québec pour succéder à Pierre Duchesne[3]. Il est assermenté officiellement le suivant. Opposés à ce poste symbolique, le Parti québécois boycotte la cérémonie d'assermentation et la Coalition avenir Québec n'y envoie qu'un seul de ses députés[4]. Le , en réponse aux détracteurs de sa fonction, il défend ses prérogatives en affirmant que son rôle est « essentiel au bon fonctionnement de l'État » et exprime son désir d'améliorer la perception que la population a de sa fonction[5].

Deux ans après son entrée en poste, ses agendas révèlent un emploi du temps peu chargé. Comme son prédécesseur, il choisit de limiter ses activités à quelques événements protocolaires tout en évitant de trop attirer l'attention médiatique comme l'avait fait l'ex-lieutenante-gouverneure Lise Thibault dans les dernières années[6].

Quelques semaines après l'ajournement des travaux de l'Assemblée nationale et l'adoption de mesures de confinement en raison de la pandémie de Covid-19, il prend publiquement position en mettant en garde contre d'éventuels « abus de pouvoir des gouvernements et des forces de l'ordre » dans une société démocratique comme le Québec[7].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Avec son épouse Pauline Théberge, ils ont deux enfants, Jean-François et Marie-Hélène.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Michel Doyon s'est vu concéder des armoiries le par l'Héraut d'armes du Canada.

Blason de Michel Doyon.svg
Respect, engagement, équité

L'écu de Michel Doyon se blasonne ainsi :

Parti d’azur et d’or semé d’annelets de l’un à l’autre et de l’un en l’autre, au chef d’argent chargé d’une fleur de lis accostée de deux rameaux d’olivier, le tout d’azur;

« Les anneaux et la division symétrique du champ illustrent le principe de l’équité, concept que Son Honneur a longuement étudié et qui lui est cher. Le cercle, symbole de perfection, d’unité et d’infini, est aussi un signe d’alliance, en l’occurrence entre Son Honneur et ses concitoyens. La fleur de lis met à l’honneur le Québec. Les rameaux symbolisent la paix, la non-violence, la force et la sagesse; faits d’olivier, dont l’huile a longtemps servi de combustible à lampe, ils désignent aussi la connaissance et l’avancement de l’humanité grâce à l’éducation. »[8]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2011-2015 : Le droit de savoir (Idéateur)

Publications[modifier | modifier le code]

  • Les avocats et le Barreau, une histoire… (2009), Barreau du Québec
  • Accessibilité aux jugements et droit d’auteur, Revue de l’Association littéraire et artistique, 2008
  • Droit, Loi et Équité, (1995) 26 R.G.D. 325-337
  • La Bureautique, Formation permanente du Barreau du Québec, cours 80, Congrès 1983

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]