Ligue nationaliste canadienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligue nationaliste.

La Ligue nationaliste canadienne, également connue sous le nom de Ligue nationaliste, était une organisation nationaliste et anti-impérialiste au Québec (Canada) au début du XXe siècle. Fondée par le journaliste et homme politique Henri Bourassa et le journaliste Olivar Asselin[1], son journal Le Nationaliste était son organe officiel jusqu'en 1910, quand Henri Bourassa fonde Le Devoir qui est devenu le porte-parole de la Ligue.

Le parti a été créé le pour lutter contre ce qui était perçu comme les maux de l'impérialisme et pour inculquer un esprit nationaliste pancanadien dans la population francophone. La Ligue s'opposait à la dépendance politique envers la Grande-Bretagne ou les États-Unis, en soutenant plutôt l'autonomie du Canada au sein de l'Empire britannique.

Davantage un mouvement qu'un parti politique, la Ligue participe néanmoins à quelques élections. Olivar Asselin se présente sans succès à l'élection québécoise de 1904. Lors de l'élection suivante en 1908, la Ligue remporte trois sièges à l'Assemblée législative du Québec. Henri Bourassa est élu dans deux circonscriptions (le district n° 2 de Montréal et Saint-Hyacinthe) et choisi de siéger pour le deuxième. Armand Lavergne est élu dans Montmagny. Henri Bourassa ne s'est pas représenté à l'élection de 1912 et Armand Lavergne conserve sa circonscription. La Ligue se dissous progressivement et Lavergne ne se représente pas à l'élection de 1916.

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Gougeon 1994, p. 55.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel-Aimé Gagnon, Olivar Asselin toujours vivant, Presses de l'Université du Québec, .
  • (en) Gilles Gougeon, A history of Quebec nationalism, Miles Kelly Publishing, (ISBN 1550284401), p. 55
  • Hélène Pelletier-Baillargeon, Olivar Asselin et son temps, Saint-Laurent, Fides, .
  • « Fondation de la Ligue nationaliste canadienne », sur Bilan du siècle, Université de Sherbrooke (consulté le 17 décembre 2015)