Bloc populaire canadien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bloc populaire canadien

Parti provincial et fédéral défunt


Caractéristiques
Idéologie Anti-conscriptionisme, nationalisme canadien-français
Historique
Fondation 1942
Dissolution 1947
Personnalités marquantes André Laurendeau, Maxime Raymond
Candidat
Élu
Opp.
Gouv.
Oui Oui Non Non


Maxime Raymond, André Laurendeau et Henri Bourassa lors d'une assemblée publique du Bloc le 3 août 1944 à Montréal
Brochure de la section québécoise du Bloc populaire canadien, en 1945

Le Bloc populaire canadien[1] était un parti politique du Québec, Canada, actif de 1942 à 1947, à la fois aux niveaux fédéral et provincial.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il fut fondé le 8 septembre 1942 par des opposants à la conscription durant la Seconde Guerre mondiale.

Le parti a présenté des candidats autant au niveau fédéral que provincial. Maxime Raymond dirigeait la section fédérale alors que le chef au niveau provincial était André Laurendeau. Le Bloc populaire obtint quatre sièges lors de l'élection générale québécoise de 1944, mais perdit rapidement de sa popularité. Lors de la démission d'André Laurendeau, le 6 juillet 1947, le parti se démembra et ne participa pas aux élections de 1948.

Thèmes[modifier | modifier le code]

Les éléments programmatiques du Bloc s'articulent notamment autour des thèmes suivants :

  • indépendance du Canada par rapport à l'impérialisme britannique
  • respect de l'autonomie constitutionnelle provinciale dans le fédéralisme
  • réformes économiques et sociales, en particulier pour l'amélioration des conditions de vie des familles ouvrières en milieu urbain

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Dans le contexte politique de l'époque, le Bloc populaire innove à plusieurs égards et se démarque du fonctionnement des autres partis. Il est ainsi précurseur de modes de fonctionnement qui seront repris par d'autres partis plusieurs décennies plus tard.

Parti indépendant et modérément réformateur, le Bloc populaire ne veut ni ne peut compter sur les largesses de financement par les grandes entreprises qui garnissent les caisses des partis traditionnels. Le Bloc populaire compte plutôt sur le bénévolat de ses sympathisants et se finance par les contributions de ses membres et par des campagnes de souscription. Ces moyens, inhabituels pour l'époque, ne lui apportent toutefois que des ressources financières minuscules par rapport à celles dont disposent alors les autres partis[2].

Pour faire connaître ses positions et pour faire de l'éducation politique au sens large, le Bloc populaire utilise fréquemment des causeries à la radio. Ainsi, en 1943 et 1944, André Laurendeau anime une chronique hebdomadaire diffusée à CKAC (Montréal) et CHRC (Québec), où il analyse les grands événements de l'actualité nationale et internationale. Et, au printemps 1945, Jean Drapeau et Marcel Poulin présentent une chronique parlementaire hebdomadaire[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Le parti publie un modeste hebdomadaire, Le Bloc, au cours des années 1944 et 1945, imprimé à quelque 15 000 copies. Ce journal a comme directeur Victor Trépanier au début de 1944, puis Léopold Richer en 1944 et 1945[4]. Le parti a aussi publié une série de dix brochures reproduisant les textes de quelques conférences radiophoniques de ses représentants[5].

Résultats aux élections provinciales[modifier | modifier le code]

Élection générale Candidats Sièges % du vote
1944 80 4 14,40 %

Les quatre députés sont :

Résultats individuels pour les quatre élus
Circonscription Député Résultat
     Beauce Édouard Lacroix 29,30 %
     Beauharnois Albert Lemieux 45,87 %
     Montréal-Laurier André Laurendeau  ? %
     Stanstead Ovila Bergeron  ? %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Souvent abrégé familièrement en « le Bloc » ou « le Bloc populaire ».
  2. Paul-André Comeau, Le Bloc populaire, Éditions Québec/Amérique, Montréal, 1982, 478 pages (ISBN 2-89037-131-X), pages 267 à 282
  3. Comeau, op. cit., pages 291 à 294
  4. Comeau, op. cit., pages 286 à 290
  5. Comeau, op. cit., page 468

Liens externes[modifier | modifier le code]