1978 au Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Éphémérides
Chronologie du Québec
1975 1976 1977  1978  1979 1980 1981
Décennies au Québec :
1940 1950 1960  1970  1980 1990 2000
Chronologie dans le monde
1975 1976 1977  1978  1979 1980 1981
Décennies :
1940 1950 1960  1970  1980 1990 2000
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Les plaques d'immatriculation québécoises abandonnent le slogan touristique « La Belle province » et affichent la mention « Je me souviens ».
9 novembre : Jean Garon dépose un projet de loi sur le zonage agricole, devant protéger les terres agricoles des basses-terres du Saint-Laurent.
22 février : annonce que les débats à l'Assemblée nationale seront télédiffusés à partir de septembre.
6 janvier : la compagnie d'assurances Sun Life annonce le déménagement de son siège social de Montréal à Toronto. Le prétexte invoqué par son président, Thomas M. Galt, est la loi 101.

Cet article traite des événements qui se sont produits durant l'année 1978 au Québec.

Événements[modifier | modifier le code]

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

  • 1er mars : le nouveau régime d'assurance-automobile du Québec entre en vigueur[7].
  • 21 mars : Jacques Parizeau présente un budget de dépenses de 12.7 milliards de dollars pour 1978-1979[8].

Avril[modifier | modifier le code]

  • 5 avril : la compagnie Renault annonce la fermeture de son usine québécoise à Saint-Bruno-de-Montarville. La non-rentabilité de l'entreprise en est la cause. 113 employés sont mis à pied.
  • 10 avril : lors de son discours du budget, à Ottawa, Jean Chrétien propose aux provinces une réduction temporaire de 3 % de la taxe de vente pendant 6 mois ou de 2 % pendant 9 mois. Le fédéral leur rembourserait les deux-tiers des coûts de cette mesure[9].
  • 11 avril : René Lévesque refuse l'offre fédérale car, dit-il, elle porte atteinte à l'autonomie fiscale des provinces. C'est le début de la querelle de la taxe de vente.
  • 12 avril : Québec propose une contre-offre au fédéral en annonçant la suppression pendant un an de la taxe de vente sur tous les vêtements, les textiles, les chaussures et les meubles à l'exclusion des appareils ménagers.
  • 13 avril : Ottawa rejette la proposition québécoise, alléguant qu'elle arrive trop tard et qu'un arrangement particulier ne peut être conclu avec Québec.
  • 15 avril : Claude Ryan devient le nouveau chef du PLQ. Il a remporté la course à la chefferie par 1748 voix contre 807 pour son adversaire Raymond Garneau[10].
  • 23 avril : l'Association des Gens de l'Air du Québec (AGAQ) demande de nationaliser Québecair afin de protester contre la politique supposément bilingue d'Air Canada.
  • 27 avril : Jean-Pierre Côté assermenté lieutenant-gouverneur[6].

Mai[modifier | modifier le code]

  • 5 mai : La Presse et Montréal-Matin reprennent leur publication.
  • 15 mai : à Ottawa, Jean Chrétien dépose un projet de loi permettant aux Québécois de se partager les 186 millions de dollars de contentieux de la taxe de vente à raison de 85 $ chacun.
  • 25 mai : Québec sanctionne la loi créant la Société nationale de l'amiante dont le but est la recherche de fibres d'amiante et la vente de produits transformés d'amiante[11].
  • 31 mai : dépôt du projet de loi 55, règlementant les prochaines négociations dans le secteur public.

Juin[modifier | modifier le code]

  • 22 juin : adoption des lois 55 et 56 imposant les nouvelles conditions de négociations dans le secteur public et obligeant les grévistes à donner des services essentiels[12].
  • 27 juin : le village de Masson est frappé par une tornade de 130 km/h, ce qui occasionne 100 bâtiments endommagés et 2 millions $ en dommage[13].
  • 30 juin : Robert Gaulin devient le nouveau président de la CEQ[14].

Juillet[modifier | modifier le code]

Août[modifier | modifier le code]

  • 5 août : un autobus plonge dans le lac Eastmain, faisant 41 victimes en majorité des handicapés. Un problème de frein en est la cause[16].
  • 27 août : Claude Charron remplace Robert Burns, victime d'un malaise cardiaque, au poste de leader parlementaire[6].
  • 31 août : Jacques Parizeau annonce que les contribuables québécois pourront garder leurs chèques fédéraux de 85 $. Par contre, l'indexation des impôts, promise en 1979, sera retardée à 1980. C'est la formule retenue pour reprendre les 186 millions de dollars de contentieux de la taxe de vente.

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

  • 9 novembre : Jean Garon dépose un projet de loi sur le zonage agricole, devant protéger les terres agricoles des Basses-Terres du Saint-Laurent[19].
  • 12 novembre : Camil Samson annonce que le Ralliement créditiste portera désormais le nom de Les Démocrates.
  • 23 novembre : grève générale dans les Cégeps du Québec. Les étudiants demandent une réforme du système des prêts et bourses. Le conflit se terminera en janvier sans que la position du gouvernement n'ait vraiment changé.
  • 27 novembre : la Cour d'appel du Québec confirme que le chapitre de la loi 101 portant sur la primauté du français dans le domaine de la législation et de la justice est anticonstitutionnelle[20].

Décembre[modifier | modifier le code]

Naissances[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles généraux[modifier | modifier le code]

Articles sur l'année 1978 au Québec[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Godin. René Lévesque tome 3. Boréal. 2001. p. 584
  2. Pierre Godin. René Lévesque: L'espoir et le chagrin (tome 3). Boréal. Montréal. 2001. p. 286
  3. Le Devoir, 28 janvier 1978
  4. Bilan du siècle
  5. Louis La Rochelle. En flagrant délit de pouvoir. Boréal. 1982. p. 261
  6. a, b, c et d « Chronologie parlementaire 1977-1979 » (consulté le 11 mai 2009)
  7. Bilan du Siècle
  8. René Lévesque tome 3, p. 337
  9. René Lévesque tome 3, p. 324-336
  10. Bilan du siècle
  11. Bilan du Siècle
  12. En flagrant délit de pouvoir, p. 267
  13. « Il y a 40 ans, la tornade destructrice de Masson », Le Droit,‎ (lire en ligne)
  14. Bilan du siècle
  15. Bilan du siècle
  16. Bilan du siècle
  17. Bilan du Siècle
  18. En flagrant délit de pouvoir, p. 270
  19. Idem, p. 270
  20. Idem, p. 271
  21. Louis Fournier. Le FLQ. Québec-Amérique. 1982. p. 471