Famille de La Ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

de La Ville
Image illustrative de l’article Famille de La Ville
Armes

Blasonnement D'argent à la bande de gueules
Devise Tiens ta foy
Branches Baugé
Férolles des Dorides
Pays ou province d’origine Drapeau du Poitou Poitou
Demeures Château de Sainte-Hermine
Château de Férolles
Château des Dorides
Château de Baugé
Château de Madon
Château de Dinteville
Charges Gouverneur général de Guyane

La famille de La Ville est une famille originaire du Poitou, qui forma deux branches dites de Baugé, anoblie en 1654, et de Férolles des Dorides, anoblie en 1586[1]. Ces deux branches, qui se sont toutes deux développées dans les Deux-Sèvres, forment deux familles subsistantes de la noblesse française.

Origine[modifier | modifier le code]

La famille de La Ville prouve sa filiation depuis Pierre de La Ville, sieur de Baugé et de Férolles, qui testa en 1563 et laissa de Jeanne Le Maistre : François, auteur de la branche de Baugé, et Nicolas, auteur de la branche de Férolles des Dorides[2].

Branches[modifier | modifier le code]

Branche ainée de Baugé[modifier | modifier le code]

La branche de Baugé fut anoblie en 1654 et maintenue noble en 1671[1].

Cette branche a pour auteur François de La Ville, sieur de Baugé et de Lardillier, marié en 1577 à Catherine Bodin, dont le fils Jean, avocat en Parlement, marié en 1615 à Françoise Falloux, fut père d’Uriel, seigneur de Baugé, sénéchal et premier capitaine de la ville de Thouars, déclaré roturier[3] puis anobli pour services militaires en 1654, et maintenu dans cette noblesse, nonobstant la révocation de 1664, par lettres patentes de 1671 non enregistrées puis confirmées en 1789[2], d'où postérité.

Branche cadette de Férolles des Dorides[modifier | modifier le code]

Nicolas de La Ville, seigneur de Férolles, 2e fils de Pierre et de Jeanne Le Maistre, fut anobli en 1586[4], reçut des lettres de surannation et d’anoblissement en tant que de besoin en 1609, et fut confirmé noble en 1611[2]. II épousa en 1685 Louise Sochet. Leur fils, Nicolas de La Ville, seigneur de Férolles épousa en 1623 Charlotte des Herbiers, dame des Dorides, d'où postérité. La branche de Férolles des Dorides fut maintenue noble en 1627, 1667, 1699, et 1715[1].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Branche de Baugé[modifier | modifier le code]

  • Jean de La Ville, seigneur de Baugé (1580-1644), avocat en parlement, lieutenant général et premier capitaine de Thouars ;
  • Uriel de La Ville, seigneur de Baugé (1616-1689), sénéchal de Thouars, anobli pour services militaires en 1653 ;
  • Pierre François de La Ville de Baugé (1647-1712), conseiller du roi, sénéchal et maire de Thouars :
  • Pierre Alexandre Henry de La Ville de Baugé (1734- ), maire de Thouars ;
  • Pierre-Louis de La Ville-Baugé (1764-1834), chef vendéen durant la Révolution française, membre du Conseil de guerre et officier général de l'Armée catholique et royale de Vendée, grand prévôt de la Côte-d'Or en 1816, maire de Thouars de 1821 à 1830 ;
  • Marie Pierre Félix de La Ville-Baugé, conseiller général du canton de Châteauvillain ;
  • Jean-Félix de La Ville Baugé, écrivain, conseiller politique, directeur de publication du Courrier de Russie.

Branche de Férolles des Dorides[modifier | modifier le code]

Armes[modifier | modifier le code]

D'argent, à la bande de gueules[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d E. de Séréville, F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 620
  2. a b et c Raoul de Warren, Grand Armorial de France, tome VI, 1948, pages 463-464
  3. État du Poitou sous Louis XIV : rapport au roi et mémoire sur le clergé, la noblesse, la justice et les finances, 1865, page 398
  4. H. Oudin, Archives historiques du Poitou, Volumes 23 à 24, 1893, page 402
  5. « La Gazette de France », 1765
  6. « Journal des débats et des décrets, Partie 1 », 1819

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]