Sénéchaussée de Saumur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Etendue de la sénéchaussée de Saumur sous l'Ancien régime
Sénéchaussées de l'Anjou au XVIIIesiècle
(cliquez pour agrandir)
Localisation de Saumur et du Saumurois dans l'Anjou de l'Ancien régime.
(Cliquez pour agrandir)


En France, avant la Révolution française, la sénéchaussée était une circonscription administrative, financière et judiciaire.

En mai 1544, par l'Edit de Saint-Germain-en-Laye, François Ier crée "l'office de Sénéchal de Robe Longue à Saumur, pour exercer Justice en toutes causes civiles et criminelles ". L'acte est important, car il concrétise les anciennes subdivisions de l'Anjou et délimite le ressort judiciaire de la sénéchaussée de Saumur (très étendue par de longues excroissances vers l'Est et le Sud), pour deux siècles et demi (jusqu'à la Révolution française).

Géographie[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, la sénéchaussée de Saumur dirigée par un gouverneur, administre un territoire qui englobe Bourgueil jusqu'à Gizeux au Nord, s'étend au-delà de Loudun, vers le Sud-Est jusqu'à Mirebeau, à l'Est jusqu'à la ville de Richelieu, au Sud jusqu'à Bouillé-Loretz et Argenton-l'Église, enfin à l'Ouest jusqu'au confins des Mauges.


Histoire[modifier | modifier le code]

Lorsque fut créé la sénéchaussée de Saumur en 1572, le Mirebalais en fit partie, mais la baronnie de Mirebeau, possédant une justice seigneurale, continua à être sous la juridiction du présidial d’Angers depuis sa création en 1551, tout en relevant de la sénéchaussée de Saumur. Le Mirabalais forma une enclave au sud du Loudunois.

La sénéchaussée de Loudun déjà constituée en bailliage de l'Anjou depuis le Moyen Âge, dépendait du gouverneur de Saumur par décision de Louis XI, confirmée plus tard par François Ier[1].

Le triangle Loudun, Mirebeau et Moncontour, constituant le Loudunais et le Mirebalais, reste détaché du Poitou et dépendra du gouvernement de Saumur et du Saumurois jusqu'à la Révolution française et la création des départements français.



Cités principales de la sénéchaussée de Saumur : (Saumur, Doué, Mirebeau, Moncontour, Montreuil-Bellay, Richelieu).

Le 11 novembre 1789, l'Assemblée Constituante ordonne aux députés des anciennes provinces françaises de se concerter, afin de mettre en place un réseau de nouveaux départements d'environ 324 lieues carrées, soit 6 561 km² actuels.

Lors de la Révolution française, les représentants de Saumur proposent la création d'un département de Saumur comprenant le Loudunais. Mais l'opposition des représentants d'Angers et des dissensions au sein des délégués saumurois (entre ceux de la Noblesse du Clergé et du Tiers-État) feront échouer cette tentative. Les représentants de Loudun, pourtant d'accord avec cette idée, finissent par s'éloigner devant la confusion chez les représentants saumurois.

En 1790, la sénéchaussée de Saumur est divisée sur plusieurs départements.

Limite de l'Anjou et de la Touraine, de part et d'autre de la Loire, sous l'Ancien régime, au XVIIIesiècle.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. La frontière des origines à nos jours, colloque d'historiens, Éditions des Presses universitaires de Bordeaux, Bordeaux : 1997