Radio Londres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la radio pirate des années 1960, voir Radio London.

Radio Londres est le nom donné aux programmes en langue française durant la Seconde Guerre mondiale, diffusés du [1] (à la suite de l'appel du 18 Juin situé dans un bulletin dʼinformation) au dans le studio de la section française de la BBC.

Plaque commémorative, cimetière d'Asnelles, Calvados

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès 1939, la question de la propagande radio prend toute son importance : des représentants du Foreign Office, du ministère français des affaires étrangères et de l'ambassade britannique à Paris se réunissent le 16 juillet pour en discuter. Il est décidé de réserver une partie des émetteurs pour la communication avec l'étranger et de partager des ondes avec la France. D'autres sujets sont abordés, comme l'interception et le brouillage ou la propagande amie et ennemie[2].

Fin septembre 1939, quatre bulletins quotidiens sont diffusés en français parmi les douze langue étrangères représentées. Ceci correspond aux besoins politiques du Royaume-Uni pendant la drôle de guerre[3].

À partir du 10 juin 1942, quand Robert W. Foot et Cécile Graves prennent la tête de la BBC, la propagande se met véritablement en marche et la radio présente de façon uniforme le côté uniquement positif de la situation française et des actions de la Résistance[4].

Rompant avec le style emphatique de la radio française, de jeunes chroniqueurs (Jacques Duchesne, Jean Oberlé, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Pierre Bourdan et Pierre Dac) insufflent un ton nouveau sur l'antenne et inventent la radio de proximité avec messages personnels, sketches, chansons, blagues et publicités détournées. S'ouvre alors une guerre redoutable contre Radio Paris ou Radio Vichy, démagogiques et ouvertement antisémites. Preuve de son succès : les Allemands tenteront de faire interdire son écoute en confisquant les postes et en punissant lourdement les auditeurs. Car Radio Londres est devenue une véritable arme de guerre.

Radio Londres est avec Radio Brazzaville la voix de la France libre du général de Gaulle qui, dès le 18 juin, a appelé ses compatriotes à résister : en encourageant les Français à s'insurger contre l'occupant, il entend contrer la désinformation des radios collaborationnistes.

Pierre Brossolette prendra la parole à 38 reprises au micro de la BBC en remplacement de Maurice Schumann, dont le discours du 22 septembre 1942 où il rend un vibrant hommage aux « soutiers de la gloire », expression qui deviendra par la suite usitée.

En 1944, le triomphe des Alliés sonne la fin de l'épopée Radio Londres.

Les émissions en français de la BBC vers l'Europe (diffusées sur ondes courtes et ondes moyennes 648 kHz), se poursuivent jusqu'au milieu des années 1990, et celles vers l'Afrique se poursuivent encore à notre époque.

Émissions[modifier | modifier le code]

Radio Londres est composé, en plus des six bulletins quotidiens d’informations françaises, de deux émissions indépendantes l'une de l'autre, Honneur et Patrie sous la responsabilité de la France libre du général de Gaulle et tenue par Maurice Schumann[5], et Les Français parlent aux Français réalisé par le gouvernement britannique[6].

Ces deux émissions, même si elles suivent la ligne éditoriale de la BBC, prennent des positions opposées sur la libération de la France : dans Honneur et Patrie, René Cassin prend parti pour Charles de Gaulle, tandis que Les français parlent aux français se rallie à Henri Giraud qui est du côté de la coalition américaine prônée par Winston Churchill[7].

Le 9 mai 1944, les deux émissions fusionnent et c'est André Gillois qui dirige le nouveau programme portant les deux anciens noms[8].

Messages codés[modifier | modifier le code]

Les nombreux messages codés transmis par ces programmes ont largement aidé l'organisation de la résistance française avec le Special Operations Executive. Le premier est envoyé le 20 octobre 1941, répété à 20 heures 30 pour confirmer un parachutage, réceptionné par Georges Bégué et Pierre Bloch ; il disait : « Gabrielle vous envoie ses amitiés »[9]. D'autres parachutages utiliseront des codes tels que : « Les yeux sont ouverts » je répète « Les yeux sont ouverts » (Pont-de-vaux en octobre 1942)[10], ou « Le vin est tiré, il faut le boire » je répète « Le vin est tiré, il faut le boire » (containers)[11] ou encore « Pégasse a tiré le lapin » (armes dans la région du Puy en novembre 1942)[12].

Le passage d'un message codé à la BBC à une heure précise pouvait aussi servir de garantie à des agents SOE pour un emprunt auprès d'une banque[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Date de la première diffusion d’Ici la France, émission d'un quart d'heure qui prend le titre devenu célèbre Les Français parlent aux Français le 6 septembre 1940.
  2. Vedel Bonnéry 2017, p. 29.
  3. Vedel Bonnéry 2017, p. 34.
  4. Vedel Bonnéry 2017, p. 100-101.
  5. https://www.marianne.net/Histoire-les-deux-Radio-Londres_a151114.html
  6. Brochure Voici la BBC, Londres, 1944, p. 29.
  7. Vedel Bonnéry 2017, p. 110.
  8. Vedel Bonnéry 2017, p. 123.
  9. Courvoisier 1984, p. 119.
  10. Courvoisier 1984, p. 182.
  11. Courvoisier 1984, p. 184.
  12. a et b Courvoisier 1984, p. 186.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Pessis, Radio Londres, la guerre en direct, Albin Michel, 2014, 240 p. (ISBN 9782226256867)
  • Aurélie Luneau, Radio Londres - 1940-1944 - Les voix de la liberté, éd. Librairie Académique Perrin, 2005, 349 p. (ISBN 2262023875 et 978-2262023874)
  • Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Ici Londres, 1940-1944. les voix de la liberté, La Documentation française, 1975, 267 p.
    • Jean-Louis Crémieux-Brilhac (dir.), Le monde en feu : 8 décembre 1941 - 7 novembre 1942, t. II, Paris, La Documentation Française, .
  • André Courvoisier, Le réseau Heckler : de Lyon à Londres, Paris, France-Empire, , 299 p. (ISBN 978-2-704-80342-2). .
  • Audrey Vedel Bonnéry, La voix de la France : BBC, une radio en guerre, Vendémiaire, coll. « Chroniques », (ISBN 978-2-36358-276-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]