International Standard Name Identifier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Code international normalisé des noms (ISNI), en anglais International Standard Name Identifier, est un identifiant unique pour des entités ayant contribué à des médias comme les livres, les programmes de télévision, les articles de presse, etc. Il a en particulier pour but d'éviter les ambiguïtés liées aux homonymes.

Il est développé sous les auspices de l'Organisation internationale de normalisation (ISO) et publié en 2012 sous le numéro ISO 27729:2012. Le comité technique 46, sous-comité 9 de l'ISO (TC 46/SC 9) est responsable du développement de cette norme.

Usage de l'ISNI[modifier | modifier le code]

Un numéro ISNI comporte 15 chiffres plus une clé de contrôle finale, ce qui permet au total un million de milliards (1015) d'identifiants ISNI possibles, dont seuls une dizaine de millions (soit un cent millionième ou 0,000 000 01 %) ont été attribués (fin 2017)[1].

L'ISNI permet à une entité unique (comme un pseudonyme ou la raison commerciale d'un éditeur) d'être identifiée par un numéro unique. Ce numéro unique peut être lié aux nombreux autres identifiants uniques qui concernent des noms ou d'autres entités.

Exemple : l'identification d'un musicien qui est également compositeur et auteur de poèmes. Cette personne est actuellement sans doute identifiée dans les bases de données par de nombreux identifiants (privés ou publics). Grâce à l'ISNI, elle disposerait d'un unique identifiant qui permettrait donc à ces bases de données d'échanger des renseignements de manière fiable, sans avoir à comparer des chaînes de caractères. En particulier pour les noms courants : il sera très difficile d'identifier de manière sûre un François Martin dans une base de données. Il peut y avoir de nombreuses entrées à ce nom, on ne sait pas forcément si ces entrées relèvent bien du François Martin qui nous intéresse.

Acteurs[modifier | modifier le code]

ISNI est dirigé par une « agence internationale » (International Agency), connue sous le nom de ISNI-IA. Cette instance est immatriculée au Royaume-Uni sous la forme d'un organisme à but non lucratif fondé par un consortium comprenant la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC), la Conference of European National Librarians (CENL), l'International Federation of Reproduction Rights Organisations (IFRRO), l'International Performers Database Association (IPDA), l'Online Computer Library Center (OCLC) et ProQuest. Il est géré par des directeurs nommés par ces organisations et, dans le cas du CENL, par des représentants de la Bibliothèque nationale de France et de la British Library.

En janvier 2018, il est annoncé que YouTube devient une agence d'enregistrement ISNI et adopte l'identifiant pour l'attribution des œuvres présentes sur la plateforme[2].

Missions[modifier | modifier le code]

L'ISNI-IA fait fonctionner un système d'attribution des identifiants incluant une interface utilisateur, un schéma de données, un algorithme de désambiguïsation et une base de données, dans le respect des normes ISO, en utilisant les technologies existantes quand c'est possible. Le système est d'abord fondé sur VIAF développé par l'OCLC pour l'agrégation de catalogues de bibliothèques.

L'accès au système et aux numéros uniques émis est contrôlé par des structures indépendantes, les agences d'enregistrement (Registration Agencies). Ces dernières traitent directement avec les clients en s'assurant que les données sont fournies dans le format approprié et reversant de l'argent à l'ISNI-IA pour payer les frais de maintenance du système. Elles sont choisies par l'ISNI-IA mais gérées de manière entièrement indépendante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « International Standard Name Identifier » (voir la liste des auteurs).

  1. http://www.isni.org/
  2. « YouTube to adopt the ISNI name identifier for artists and songwriters who contribute to works on the platform », Library Technology Guides,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]