Moulins-la-Marche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Moulins-la-Marche
Moulins-la-Marche
La mairie
Blason de Moulins-la-Marche
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Intercommunalité CC des Pays de L'Aigle
Maire
Mandat
Fabrice Gloria
2020-2026
Code postal 61380
Code commune 61297
Démographie
Gentilé Moulinois
Population
municipale
732 hab. (2019 en diminution de 2,79 % par rapport à 2013)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 38′ 59″ nord, 0° 28′ 34″ est
Altitude Min. 174 m
Max. 295 m
Superficie 13,14 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Tourouvre
Législatives 2e circonscription de l'Orne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Moulins-la-Marche
Géolocalisation sur la carte : Orne
Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Moulins-la-Marche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moulins-la-Marche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moulins-la-Marche

Moulins-la-Marche est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Vue du centre de Moulins-la-Marche depuis la motte féodale.

La commune est aux confins nord de la campagne d'Alençon et du Perche. Son bourg est à 17 km au nord de Mortagne-au-Perche, à 18 km au sud-ouest de L'Aigle et à 24 km à l'est de Sées[1].

La commune est desservie par la ligne 61 L'Aigle - Alençon du réseau Cap'Orne (autocars départementaux de l'Orne).

Le point culminant (295 m) se situe en limite nord-ouest, près du lieu-dit les Petites Bruyères. Le point le plus bas (174/175 m) correspond à la sortie de la Sarthe du territoire, au sud-ouest. La commune est semi-bocagère.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[3]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[4].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[3]

  • Moyenne annuelle de température : 9,7 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 2,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 822 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Courtomer », sur la commune de Courtomer, mise en service en 1997[9] et qui se trouve à 9 km à vol d'oiseau[10],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11 °C et la hauteur de précipitations de 805,1 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Alençon - Valframbert », sur la commune d'Alençon, mise en service en 1946 et à 37 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 10,8 °C pour la période 1971-2000[13] à 10,9 °C pour 1981-2010[14], puis à 11,3 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Moulins-la-Marche est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[16],[17],[18]. La commune est en outre hors attraction des villes[19],[20].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (91,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (67,9 %), terres arables (23,9 %), forêts (5,6 %), zones urbanisées (2,6 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2019, le nombre total de logements dans la commune était de 470, alors qu'il était de 454 en 2014 et de 458 en 2009[I 1].

Parmi ces logements, 71 % étaient des résidences principales, 11,8 % des résidences secondaires et 17,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 86 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 13,1 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Moulins-la-Marche en 2019 en comparaison avec celle de l'Orne et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (11,8 %) supérieure à celle du département (10,5 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 61,3 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (60 % en 2014), contre 64,3 % pour l'Orne et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Moulins-la-Marche en 2019.
Typologie Moulins-la-Marche[I 1] Orne[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 71 78,3 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 11,8 10,5 9,7
Logements vacants (en %) 17,2 11,2 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme de Molinis vers 1050[23].

Le toponyme est issu du latin molinus, le toponyme Moulins est lié à une activité meunière[24].
Aux temps féodaux, une marche était une zone frontalière, ici entre le duché de Normandie et le comté du Perche.

Le gentilé est Moulinois.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1823, la commune de Moulins-la-Marche (768 habitants en 1821) instituée par la Révolution française absorbe celles de Courdevêque (95 habitants, à l'ouest du territoire, aujourd'hui « Cour d'Évêque ») et Ronxoux (78 habitants, au nord)[25].

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, lors des combats de la Libération de la France, le a lieu un accrochage meurtrier entre un groupe de résistant et un groupe d'une quinzaine d'Allemands. Après avoir libéré Courtomer, Jean Lincker, un résistant, est averti par un agriculteur qu'un petit groupe d'Allemands venait de quitter sa ferme. Aussitôt, Lincker forma un groupe de six membres composé de Jean Fillâtre, André Vimal du Boucher, Pierre Jacquot, André Pillou, Alferd Pommier et Roger Rycroft (pour la plupart originaires d'Argentan). Cet accrochage fut restitué par Jean Lincker[26] :

« Arrivé à la gare de Moulins, j'aperçus quelques Boches armés de fusils. Je disposai alors mes hommes de chaque côté de la route par moitié et nous avançâmes à leur rencontre. Environ à 150 mètres d'eux, nous nous vîmes en présence d'un groupe de 15 à 18 Boches, armés de mitrailleuses et mitraillettes, commandés par un officier. Notre présence ayant été remarquée, je commandai le feu à l'instant précis où les Boches nous tiraient dessus. Au bout d'un quart d'heure environ, alors que l'officier allemand avait été tué, Pierre Jacquot tomba le premier avec une rafale de mitrailleuse dans le ventre puis André Vimal du Boucher qui était devant moi, reçut une balle en pleine tête. A la même seconde, j'eus le bras fracassé par une balle et mon camarade Jean Fillâtre, qui se trouvait derrière moi, reçut une balle en plein poitrine. Il y eut un très court moment de répit, puis je recommençai à tirer ainsi qu'André Pillou, Roger Rycroft et Alfred Pommier. Cependant, me rendant compte que la bataille était inégale, je donnai l'ordre du repli. »

— Compte rendu de Jean Lincker, sans date, repris par Charles Geslain et André Jidouard, Histoire d'une ville, Argentan de 1939 à 1945, 1994.

Depuis, une stèle a été érigée sur les lieux en 1949, en la mémoire de ces résistants morts au combat, au lieu-dit le Clos Mottet.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve depuis 1942 dans l'arrondissement de Mortagne-au-Perche du département de l'Orne.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Moulins-la-Marche[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Tourouvre au Perche

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Orne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Moulins-la-Marche était le siège de la petite communauté de communes du Pays de la Marche, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 1996 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Celle-ci a fusionné le avec la communauté de communes du Pays de L'Aigle pour former la communauté de communes des Pays de L'Aigle et de la Marche.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, une nouvelle fusion est intervenue le afin d'intégrer la communauté de communes du canton de La Ferté-Frênel, formant l'actuelle communauté de communes des Pays de L'Aigle dont est désormais membre la commune.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Compte tenu de la population de la commune, son conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et ses adjoints[27].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Pierre-Vital Boutey   Ancien officier d'infanterie, notaire
Conseiller général de Moulins-la-Marche (1833 → 1839)
Les données manquantes sont à compléter.
1983[28] mars 2008 Jean-Pierre Chevalier DVD Cadre comptable
Conseiller général de Moulins-la-Marche (1979 → 2015)
mars 2008[29] En cours
(au 23 mai 2022)
Fabrice Gloria[30] SE Pharmacien
Réélu pour le mandat 2020-2026[31]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Équipements publics et services[modifier | modifier le code]

Un espace France Services a été inauguré au printemps 2022 dans les anciens locaux du Crédit Mutuel, qui ont fermé en 2020[32] et facilite notamment pour les habitants des 11 communes qui l'ont financé, l'accès numérique à des services publics comme la direction générale des finances publiques, le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Justice, la Poste, pôle emploi, la caisse nationale des allocations familiales, l’assurance maladie, l’assurance retraite et la mutualité sociale agricole[33],[34].

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école des Sources de Moulins-la-Marche compte, à la rentrée 2021, 161 élèves répartis dans hui classes[35].

Ils poursuivent leurs études au collège André Collet de Moulins-la-Marche, qui compte à la rentrée 2020. 190 élèves répartis en 8 classes[36].

Culture[modifier | modifier le code]

Moulins-la-Marche dispose d'une médiathèque[37] et du cinéma Entracte[38]

Action sociale[modifier | modifier le code]

La commune accueille une maison Perce-Neige, un lieu d’accueil pour personnes handicapées fondé en 2001 sur l’initiative du fils de Jean Gabin, Mathias Moncorgé, soutenu par l’acteur Lino Ventura, conseillé par le maire Jean-Pierre Chevalier, alors conseiller général de l’Orne[39].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

Un centre de secours des sapeurs-pompiers animé en 2019 par 33 volontaires est implanté à Moulins-la-Marche[40],[41].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[43].

En 2019, la commune comptait 732 habitants[Note 7], en diminution de 2,79 % par rapport à 2013 (Orne : −3,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
9478788517681 0231 0401 0501 1001 052
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 1001 1891 1071 1231 0791 1441 1121 0441 022
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
9879568299369788921 0431 027907
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
917845818816774782785753718
2019 - - - - - - - -
732--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • La Fête des potiers, dont la 31e édition a eu lieu les 30 et , réunissant une cinquantaine de céramistes créateurs de toutes les régions de France[45].

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Le club sportif SAM (Soligny/Les Aspres/Moulins) football, qui rayonne sur une vingtaine de communes et notamment , dispose en 2022 de dix équipes (2 en U7, 2 en U9, 2 en U11, une en U15, une en U18, en seniors, une équipe en Division 2 District de l’Orne) et compte 130 licenciés[46].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas (1880).
    Elle est ornée de deux tableaux prêtés par l’État, Sainte Véronique ainsi que le Christ mort, qui date de 1885[47].
  • Hippodrome Jean-Gabin[48].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, une boulangère-pâtissière de la localité, Mme Lenoir, a conçu une brioche cuite dans un moule ovale, qui n'est produite qu'à Moulins.

En Alain Barbier, ancien propriétaire de Au Roi de la Brioche, crée, lui, la brioche feuilletée[50].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Moulins-la-Marche Blason
D'azur au moulin à vent d'or couvert de gueules[51].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Moulins-la-Marche », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[5].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[6].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  5. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  6. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Normandie », sur normandie.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Courtomer - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Moulins-la-Marche et Courtomer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Courtomer - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  12. « Orthodromie entre Moulins-la-Marche et Alençon », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique d'Alençon - Valframbert - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique d'Alençon - Valframbert - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique d'Alençon - Valframbert - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  24. René Lepelley, Noms de lieux de Normandie et des îles Anglo-Normandes, Paris, Bonneton, , 223 p. (ISBN 2-86253-247-9), p. 149.
  25. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Charles Geslain et André Jidouard, Histoire d'une ville, Argentan de 1939 à 1945, p. 206.
  27. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  28. « Jean-Pierre Chevalier présente une Liste qui vous ressemble », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  29. « Fabrice Gloria élu nouveau maire de la commune », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  30. Réélection 2014 : « Moulins-la-Marche (61380) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  31. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  32. « L'agence du Crédit Mutuel de Moulins-la-Marche fermera fin juin : Signe de la dévitalisation des bourgs ruraux, l'agence du Crédit Mutuel de Moulins-la-Marche (Orne) va fermer. La proximité en prend un coup. », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Mathilde Pires, « Moulins-la-Marche accueille une maison France services pour vous aider dans vos démarches administratives : La structure est inaugurée à Moulins-la-Marche (Orne), mais le projet est porté par onze communes du territoire. », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. « L'Espace France Services de Moulins-la-Marche a été inauguré : Cet Espace France Services est installé dans les anciens locaux du Crédit Mutuel de Moulins-la-Marche (Orne). », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Acquisition d'ordinateurs portables et projet de web TV à l'école de Moulins-la-Marche : L'autre jeudi, 161 élèves ont fait leur rentrée dans les huit classes de l'école des Sources de Moulins-la-Marche (Orne), avec une légère baisse de 10 élèves », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Rentrée sereine au collège de Moulins-la-Marche. Les effectifs sont stables avec 190 élèves : Le collège André-Collet de Moulins-la-Marche (Orne) effectue sa rentrée avec un effectif stable et l'objectif de renforcer l'aide pour la remise à niveau. », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « A la médiathèque de Moulins-la-Marche, Marina Quilly s'en va, Emmanuelle Commagnac lui succède : Bibliothécaire emblématique de Moulins-la-Marche (Orne), Marina Quilly était arrivée en octobre 1999. Elle quitte la structure, remplacée par Emmanuelle Commagnac », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Thierry Roussin, « Les bonnes intentions, premier film de l'année au Cinéma Entracte de Moulins-la-Marche : Reprise des activités de Cinéma Entracte à Moulins-la-Marche (Orne) vendredi 7 janvier avec un film de Gilles Legrand, Les bonnes intentions. », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. a et b « Le Département de l'Orne étudie avec des juristes la proposition de legs de l'hippodrome Jean Gabin : Ce vendredi 28 mai, le Conseil départemental de l'Orne a dit travailler sur les conditions du legs de l'hippodrome Jean-Gabin à Moulins-la-Marche (Orne) », Le Réveil normand,‎ 26 mai 2021 mis à jour le 29/5/2021 (lire en ligne, consulté le ).
  40. « A Moulins-la-Marche, l'effectif de 33 pompiers volontaires n'est pas toujours suffisant : L'effectif de 33 pompiers volontaires à Moulins-la-Marche (Orne) peut sembler pléthorique mais ce n'est malheureusement pas le cas. », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Les élèves du collège de Moulins-la-Marche visitent le centre de secours des pompiers : Des élèves du collèges de Moulins-la-Marche (Orne) ont visité la caserne des pompiers locale où existe une école de jeunes sapeurs pompiers. », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  45. « La 31e édition de la fête des Potiers à Moulins-la-Marche ce week-end : Une cinquantaine de professionnels présents samedi 30 et dimanche 31 juillet à la désormais traditionnelle fête des Potiers de Moulins-la-Marche (Orne). », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. « 130 licenciés et une nouvelle saison qui se prépare pour SAM Football à Moulins-la-Marche : Le 1er juillet 2022, SAM Football a tenu son assemblée générale, à la salle des fêtes de Moulins-la-Marche (Orne) sous la direction de Romain Feldhofer, président du club. », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. Mathilde Pires, « A Moulins-la-Marche, la restauration des tableaux de l'église Saint-Nicolas se poursuit : Les tableaux de l'église Saint-Nicolas de Moulins-la-Marche (Orne) sont des prêts de l'Etat. », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. « A Moulins-la-Marche, trois réunions sont prévues à l'hippodrome Jean-Gabin : Le premier rendez-vous est fixé au dimanche 26 juin 2022, à l'hippodrome Jean-Gabin de Moulins-la-Marches (Orne). », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Butte, Moulins-la-Marche.
  50. Laurent Rebours, « La brioche moulinoise feuilletée, une spécialité made in Normandie aux accents de kouign-amann : Dans l'Orne à Moulins-la-Marche, se trouve une spécialité pour laquelle certains n'hésitent pas à venir de très loin, la brioche moulinoise. Feuilletée, c'est un best-seller ! », Le Réveil normand,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. « GASO, la banque du blason - Moulins-la-Marche Orne » (consulté le ).