Condé-sur-Iton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Condé et Iton (homonymie).
Condé-sur-Iton
Vieux château de Condé
Vieux château de Condé
Blason de Condé-sur-Iton
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Arrondissement d'Évreux
Canton Canton de Breteuil
Intercommunalité Communauté de communes Normandie Sud Eure
Code postal 27160
Code commune 27166
Démographie
Population 897 hab. (2013)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 50′ 02″ nord, 0° 57′ 48″ est
Altitude Min. 147 m – Max. 185 m
Superficie 19,58 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Marbois
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 15.svg
Condé-sur-Iton

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Condé-sur-Iton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Condé-sur-Iton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Condé-sur-Iton

Condé-sur-Iton est une ancienne commune française, située dans le département de l'Eure en région Normandie, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Mesnils-sur-Iton[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du gaulois condate « confluent ».

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement les noms de Marat-sur-Iton, de Montagne-sur-Iton et de Pelletier-sur-Iton[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1913, Alphonse-Georges Poulain a découvert et exploré d'une villa agraria romaine [3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Condé-sur-Iton.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

d’argent au chevron ondé d’azur accompagné en chef à dextre d’une épée et à senestre d’une crosse posées dans le sens du chevron et en pointe, d’une hache consulaire, le tout de gueules, chaperonné de sinople aux deux abeilles d’or.



Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  avant 1928 Auguste de Rohan-Chabot [4]   conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 novembre 2011 Denis Baudry    
novembre 2011 en cours Bernard Toussaint    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 897 habitants, en augmentation de 2,87 % par rapport à 2008 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 142 1 011 1 103 1 049 1 133 1 095 989 1 047 1 051
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 033 968 892 887 885 944 793 806 776
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
771 786 742 663 661 620 596 563 556
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
503 501 536 628 636 755 834 900 897
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le parc du domaine du château est recensé au titre de l'inventaire général du patrimoine [9]. C'est le paysagiste Achille Duchêne qui a dessiné et réalisé le parc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs du 19 octobre 2015 » (consulté le 22 octobre 2015).
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Condé-sur-Iton », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 12 janvier 2013)
  3. Découverte et exploration d'une villa agraria romaine, près de Condé-sur-Iton (Eure) [1]
  4. Auguste-Fernand-Raymond de Rohan-Chabot, comte de Jarnac, membre de la Société libre d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres de l'Eure.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  9. « parc du domaine du château de Condé-sur-Iton », notice no IA27000554, base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]