Saint-Ouen-sur-Iton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Ouen et Iton (homonymie).

Saint-Ouen-sur-Iton
Saint-Ouen-sur-Iton
Le centre-bourg.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Mortagne-au-Perche
Canton L'Aigle
Intercommunalité communauté de communes des Pays de L'Aigle
Maire
Mandat
Joël Brunet
2014-2020
Code postal 61300
Code commune 61440
Démographie
Gentilé Audoniens
Population
municipale
852 hab. (2015 en diminution de 7,39 % par rapport à 2010)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 07″ nord, 0° 41′ 40″ est
Altitude Min. 198 m
Max. 266 m
Superficie 14,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Saint-Ouen-sur-Iton

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Ouen-sur-Iton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ouen-sur-Iton

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ouen-sur-Iton

Saint-Ouen-sur-Iton est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 852 habitants[Note 1] (les Audoniens).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est aux confins du pays d'Ouche et du Perche. Son bourg est à 7 km au sud-est de L'Aigle, à 19 km à l'ouest de Verneuil-sur-Avre et à 19 km au nord de Tourouvre[1].

Communes limitrophes de Saint-Ouen-sur-Iton[2]
L'Aigle Saint-Michel-Tubœuf Saint-Michel-Tubœuf
L'Aigle Saint-Ouen-sur-Iton[2] Chandai
La Chapelle-Viel,
Crulai
Crulai, Vitrai-sous-Laigle Vitrai-sous-Laigle

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1836, Saint-Ouen-sur-Iton (129 habitants en 1821[3]) absorbe Saint-Aubin-sur-Iton (192 habitants)[4] au sud-ouest[5]. La commune ainsi composée (312 habitants en 1841) absorbe à nouveau, en 1845, une partie de la commune du Buat, l'autre partie du territoire (à l'ouest de Saint-Ouen) et de ses 134 habitants étant absorbée par Saint-Michel-la-Forêt[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie et la salle polyvalente.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1852 1904 Désiré Guillemare    
         
1945 1989 Robert Buffard    
1989 1995 Louis Chatelain    
1995 2001 André Fadeuihle    
2001[7] en cours Joël Brunet[8] SE puis DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[8].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2015, la commune comptait 852 habitants[Note 2], en diminution de 7,39 % par rapport à 2010 (Orne : -1,72 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
178146151129302312429384403
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
400375350362370414410461404
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
350336349377385336328357310
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 -
387522684802828871920852-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XIXe siècle.
  • Le château du Buat (XVIIIe siècle), à proximité de la limite avec L'Aigle.
  • Les cheminées torsadées des maisons au centre du bourg. C'est Désiré Guillemarre, maire de la commune durant 52 ans, qui a exigé que les cheminées soient torsadées, de nos jours celles qui s'écroulent doivent être reconstruites à l'identique, les propriétaires bénéficient alors d'une aide de la commune.
  • La statue de Désiré Guillemare près de l'église qu'il avait fait sculpter de son vivant et qui fut dévoilée aux villageois le jour de ses obsèques.
  • Une colonne de 14 mètres de haut à la base de laquelle se trouve un très long texte, à l'orthographe fantaisiste, sans ponctuation, à la gloire de l'ancien maire Désiré Guillemarre, qui dirigea la commune durant plus de cinquante ans.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

L'Iton foot Chandai fait évoluer une équipe de football en division de district[12] (stade Louis-Chatelain). Fête communale le dernier dimanche d'août.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Désiré Guillemarre : maire de la commune pendant plus de cinquante ans de 1852 à 1904. Il est le fondateur du bourg autour de l'église avec ses propres deniers, puis il fait appel à des souscriptions pour aménager la commune. La rue principale de la commune porte son nom, un tombeau majestueux orné de son buste trône au milieu du cimetière, sa statue édifiée de son vivant et dévoilée pour ses obsèques, la colonne de 14 mètres, tout ici rappelle ce maire.
  • Andrillon Jérôme, créateur de Radio Saint Ouen, d'Aquila FM et de NRJ L'Aigle (animateur radio FM).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Aubin-sur-Iton », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 11 février 2010).
  5. Carte de Cassini sur Géoportail (http://www.geoportail.fr)
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Le Buat », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 11 février 2010).
  7. « Joël Brunet conduit la « Liste d'union et d'action municipale » », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 4 novembre 2014)
  8. a et b Réélection 2014 : « Saint-Ouen-sur-Iton (61300) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 juin 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  12. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Iton F Chandai » (consulté le 4 octobre 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


www.stouensuriton.com