Glottophobie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La glottophobie (également appelée discrimination linguistique) est une xénophobie fondée sur le mépris de la langue de l’autre. Le culte d’une langue, en apparence innocente, et son revers, le rejet de celles et ceux qui parlent autrement, causent des dégâts de toutes sortes : politiques, sociaux, culturels, scolaires, psychologiques[1].

La glottophobie comme forme de xénophobie est une violation des droits civils et/ou économiques d'une personne ou d'un groupe ethnique en raison de l'ignorance ou de la méconnaissance de la langue, une violation des droits linguistiques et une injustice ou une préférence pour une personne ou un groupe ethnique fondée sur la langue[2]. Comme toute autre forme de discrimination, elle peut se manifester tant au niveau individuel qu'au niveau de l'État : à la fois la langue maternelle d'un individu ou d'un groupe d'individus et les caractéristiques individuelles de leur discours, telles que l'accent, le vocabulaire, la syntaxe, etc. Souvent, ce genre de caractéristiques de l'individu donnent lieu à une attitude injustifiée et injuste envers cette personne.

Aux termes «discrimination linguistique» et «glottophobie», s'ajoutent «linguicide» et «discrimination fondée sur la langue» qui sont utilisés dans les textes des instruments internationaux.

Terminologie et définitions[modifier | modifier le code]

Glottophobie[modifier | modifier le code]

Le terme glottophobie[3] est un néologisme pour discrimination linguistique qui a été forgé par Philippe Blanchet, sociolinguiste et professeur à l’université de Rennes 2, pour désigner les «discriminations linguistiques de toutes sortes» qu’il définit ainsi : « le mépris, la haine, l’agression, le rejet, l’exclusion, de personnes, discrimination négative effectivement ou prétendument fondés sur le fait de considérer incorrectes, inférieures, mauvaises certaines formes linguistiques (perçues comme des langues, des dialectes ou des usages de langue) usitées par ces personnes, en général en focalisant sur les formes linguistiques (et sans toujours avoir pleinement conscience de l’ampleur des effets produits sur les personnes)»[4].

La glottophobie est «une discrimination qui est basée sur le langage ou certaines langues, qui fonctionne par un mécanisme qui consiste à rejeter, à considérer comme inférieures et à traiter certaines personnes différemment par rapport aux autres pour des motifs arbitraires et injustes, en raison de leur langue maternelle ou leur manière de parler une autre langue à un moment donné, de leur langage (vocabulaire, grammaire, accent…), et à se sentir mieux que ces personnes».

Philippe van Parijs partage l’avis selon lequel la langue maternelle d’une personne n’est pas une «caractéristique économiquement non pertinente» et pour cette raison «un motif aussi illégitime que la discrimination en raison de la couleur de peau, l'orientation sexuelle ou de la religion»[5], autant de discriminations punies par la loi en France[3].

Linguicide[modifier | modifier le code]

Au milieu des années 1980, les linguistes Jim Cummings et Tove Skutnabb-Kangas[6],[7] et Robert Philipson[8] ont lié l'idée de la 'discrimination à l'encontre des personnes en raison de leur langue maternelle' avec le concept de linguicide[9], qui est un mot-valise, défini comme « les idéologies et les structures qui sont utilisées pour légitimer, réaliser et reproduire la répartition inégale du pouvoir et des ressources entre des groupes définis sur la base de la langue ». Philipson préfèrait le terme linguicide (meurtre de langues) à une expression comme 'la mort des langues'[10], puisqu'il s'agit d'une processus actif. Marc van Oostendorp, linguiste néerlandais, le voit différemment et trouve que le vrai problème qui tue les autres langues réside dans l'idéologie monolingue pour des raisons historiques et politiques[11]. Un exemple illustrant cette idéologie mondolingue est celui des familles linguistiquement mixtes qui ne transmettent plus leur propres langues à leurs enfants[12] au profit d'une langue jugée économiquement et culturellement[13] plus forte. L’importance des langues dans le monde varie énormément en raison des forces historiques, démographiques, politiques et technologiques[14].

Préjugé linguistique, discrimination fondée sur la langue[modifier | modifier le code]

La discrimination linguistique est une forme de préjugé, comme la discrimination fondée sur la couleur, la discrimination fondée sur l'âge, la discrimination fondée sur le sexe, etc.

Un autre terme utilisé est le « préjugé linguistique » (preconceito lingüístico)[15] dont parle le linguiste Marcos Bagno, pour ce qui concerne le portugais du Brésil utilisé comme outil de puissance sociale[16]. Ainsi, la langue peut se tourner en instrument de domination idéologique et d'oppression lorsque certains groupes sociaux imposent une langue standard à l'ensemble d'une population, déconsidérant les variétés régionales ou les parlers des autres catégories sociales[17].  

"大家请说普通话,语言文字规范化" "Dajia qing shuo Putonghua / Yuyan, wenzi, guifanhua!". («Laissez parler tout le monde en mandarin standard (et) normalisons la parole et l'orthographe! »)

La discrimination linguistique, utilisé pour indiquer les exclusions ou discriminations linguistiques, le traitement injuste d'une personne fondée uniquement sur les façons de parler une langue (par exemple avec un accent régional), mais en s'appuyant aussi sur le fait de parler d'autres langues peu valorisées (p.ex. une langue régionale) que la langue attendue, imposée, survalorisée. Rejeter un usage linguistique revient à rejeter ses locuteurs. Voilà pourquoi il est encore plus important de savoir les mécanismes sous-jacents par lesquels les langues sont prétexte à domination et sélection, qui naissent les discriminations linguistiques[18].

Exemples historiques[modifier | modifier le code]

  • La langue copte : au début du VIIIe siècle, le calife Abdu'l-Malik ibn Marwan décida que l'arabe deviendrait la langue officielle de l'Égypte, en remplacement du Koinè et du copte. Pendant plusieurs centaines d'années, la langue copte a été brutalement persécutée, surtout sous la domination mamelouke, ce qui a conduit à sa disparition effective au XVIIe siècle.
  • En réponse à la domination linguistique anglaise, la désanglicisation est devenue une question de fierté nationale, en particulier dans les régions autrefois sous domination coloniale. Par exemple, après des siècles de domination anglaise en Irlande et d'imposition de la langue anglaise, l'un des arguments en faveur de la dé-anglicisation était le refus d'adopter «tout ce qui est anglais sans distinction, simplement parce que c'est l'anglais»[19]. La politique linguistique de l'Empire britannique envers l'Irlande, le Pays de Galles et l'Écosse. La conquête de Cromwell, la colonisation anglaise prolongée et la Grande Famine ont fait qu'à la fin du XIXe siècle, la langue irlandaise n'avait survécu que dans les communautés rurales d'une petite partie de l'Irlande (Gaeltacht). Elle n'avait pas de statut officiel jusqu'à la création de la République d'Irlande. Au Pays de Galles, les écoles n'avaient pas le droit de parler gallois. Jusqu'à la fin du XXe siècle, la langue gaélique n'avait pas non plus de statut officiel. Des siècles de domination anglaise, une politique linguistique de découragement actif et la grande famine qui a beaucoup réduit le nombre de gaélophones, étaient suffisants pour marginaliser l'Irlandais[20].
  • La langue basque : de 1936 à 1975, sous le règne de Francisco Franco, l'usage de la langue basque fut interdit. La même chose pour le galicien et en catalan.
  • Germanisation : discrimination des slaves occidentaux par les prussiens au XIXe siècle par l'interdiction de l'utilisation de la langue polonaise dans les écoles secondaires et primaires et le recours aux châtiments corporels.
Caricature de la discrimination de la langue ukrainienne.
  • Russification. La politique de russification a été menée par l'Empire russe au XIXe siècle dans les territoires reçus après le Commonwealth polono-lituanien et qui consistait à interdire l'usage de l'ukrainien, du lituanien, du biélorusse et du polonais dans les lieux publics y inclus les écoles et le parlement polonais. En 1899-1917, on a tenté de faire du russe la seule langue officielle de la Finlande.
  • La langue coréenne : l'oppression de la langue coréenne sous le régime japonais en Corée (1910-1945).

Discriminations linguistiques contemporaines[modifier | modifier le code]

Voici quelques exemples :

Sri Lanka : discrimination de la langue tamoul au Sri Lanka[21],[22]

A Madagascar personne ne peut postuler pour un emploi dans la langue nationale, même pour être un gardien de sécurité ou écrire un chèque, tout doit être en français. C’est une barrière au développement de Madagascar que de forcer les gens à parler français puisque la plupart des gens ne le maîtrisent pas du tout et que la langue malgache n’est pas reconnue à sa valeur[23].

Ukraine : L’ukrainien est, depuis l’indépendance, la seule langue officielle de l’Ukraine, même si une loi de 2013 élargit l’usage officiel des autres langues et surtout du russe[24]. Pourtant, en 2017 l'article 7 du projet de loi sur l'enseignement secondarie [25] prévoit une disposition permettant d’enseigner certaines matières dans des langues de l’Union Européenne (bulgare, hongrois, polonais, roumain,...) avec un quota de 40 % au maximum (dans classe 9), mais pour le russe le quota est limité à 20%[26], alors qu’elle est la langue non officielle la plus parlée en Ukraine[27],[28],[29]. Les russophones (dans certaines régions 50% ou plus de la population) deviendront des citoyens de seconde zone et ne pourront plus accéder aux postes officiels, au monde politique, à l’enseignement ou à la pratique de la médecine[30]. Déjà en 1923, l’Ukraine avait commencé à gérer un certain nombre de domaines : l’éducation, la culture (y compris la publication de livres et de périodiques), la vie publique (obligeant les fonctionnaires à apprendre l’ukrainien, des panneaux dans l'espace public qui devaient être en ukrainien) et la justice (persécutions allant jusqu’à la criminalisation de certaines personnes)[24].

Union européenne : une grève linguistique pour dénoncer la discrimination de l'irlandais au niveau européen[31] et un communiqué de presse concernant Erasmus+ pour dénoncer la Commission Européenne de discriminer les organisations de jeunesse selon leur langue[32] ne sont que deux exemples.

Discrimination linguistique dans les sciences[modifier | modifier le code]

Affiche patriotique pendant la Première Guerre Mondiale : « utilisez uniquement la langue américaine ».

Si les jeunes scientifiques souhaitent entrer dans le domaine scientifique, dominé par l'anglais, ils doivent passer du temps et dépenser de l'argent pour traduire et faire éditer leur travail. Les scientifiques incapables d'écrire un article scientifique en anglais parfait sont dirigés par des éditeurs vers des rédacteurs en chef et des traducteurs qui demandent des montants fort élevés. Il n'y a presque pas de traduction ou d'assistance à la rédaction des locuteurs non natifs[33].

"L'actuel quasi monopole du savoir technico-scientifique est la conséquence directe de l'adoption de la langue anglaise comme langue internationale en science et en technologie[34], démultipliant ainsi la visibilité du monde anglo-saxon dans ces secteurs au détriment de celle des autres" [35],[36]. L'édition scientifique se concentre vers les pays de langue anglaise ou ceux qui sont les plus proches dans leur zone d'influence, avec les États-Unis, Royaume-Uni et Pays-Bas qui détiennent à eux seuls plus que 70 % des revues scientifiques[35].

L'Initiative d'Helsinki sur le multilinguisme dans la communication savante veut atténuer la discrimination linguistique à l'encontre des scientifiques et des chercheurs qui ne maîtrisent pas suffisamment l'anglais, lanuge dans laquelle se déroulent actuellement la plupart des activités scientifiques internationales telles que les réunions et les revues[37].

Conclusion : Il y des raisons pour avoir des préoccupations concernant la perte de domaines, la mort linguistique, l'injustice linguistique, les coûts d'apprentissage et d'autres inconvénients liés à l'usage de l'anglais comme langue unique de la science, au détriment d'autres «langues ethniques»[38].

Discrimination linguistique et honte linguistique[modifier | modifier le code]

Outre les traits physiques telle la couleur, les particularités habituellement à l’origine d’une racisation comprennent les suivantes : le langage, l’accent ou la façon de parler, le nom d'une personne.

Voici un nombre de discriminations à base de honte linguistique (en anglais : language shaming) : 

  • Alexandre Loukashenko, 3ème président de la république Biélorussie, a stimatisé un jour le biélorusse en disant que «rien de significatif ne peut être exprimé en biélorusse» , mais dans les années qui ont suivi, le biélorusse était devenu la langue de l'opposition politique marginalisée[39].
  • Obliger un enfant arabophone à prononcer son prénom en arabe avec une prononciation française, mais pas dans le cas d'un élève avec un prénom anglais[40]. Il y a un lien entre la langue que nous parlons ou l'accent que nous avons dans une langue particulière, d'une part, et notre ascendance, notre lieu d'origine, notre origine ethnique, d'autre part, mais ordinairement aussi un lien entre l’accent emprunté et des motifs de discrimination liée à la langue. Même si le Code des droits de la personne («le Code») de la Commission ontarienne des droits de la personne ne cite pas expressément «la langue» parmi les motifs illicites de discrimination, le Tribunal des droits de la personnes de l'Ontario accepte des requêtes liées à un certain nombre de motifs apparentés, tels que l'ascendance, le lieu d'origine, l'origine ethnique et, dans certaines circonstances, la race. Selon l'expérience de la Commission, la langue peut être un élément d'une plainte fondée sur l'un quelconque de ces motifs[41].
  • Une étude à laquelle ont participé 100 étudiants à qui on a demandé d'évaluer différents « accents » dans la langue allemande, a montré une hiérarchie de valeurs très claire : un "accent turc", par exemple, n'a pas reçu un seul jugement positif, alors qu’un «accent français» en allemand a reçu de nombreux jugements positifs[42].
  • Quand Said, un Iranien qui vit actuellement aux Pays-Bas, était un petit garçon dans son pays natal, il n’a pas été autorisé à parler le gilaki, langue iranienne locale, parce qu’elle était interdite à l’école et qu’il devait étudier en persan et prier en arabe, alors qu’il ne connaissait pas ces langues. Les professeurs persans se moquaient de son persan et ses professeurs religieux de la façon dont il parlait l'arabe. Aujourd’hui, lorsqu’il parle anglais ou espagnol les gens l'admirent, mais dès qu’il s’exprime en néerlandais, il éprouve le même sentiment qu’un villageois étranger naïf méprisé pour son néerlandais[43].
  • Le bilinguisme, perçu comme un avantage injuste : des membres de la communauté francophone du Canada déclarent ne pas obtenir certains emplois en raison de leur bilinguisme, perçu comme un avantage injuste, ou se voir refuser des changements de poste au motif qu’on a besoin de leurs compétences dans les deux langues[44].
  • «N’utilisez plus vos propres façons de parler au profit du français !», illustré par exemple en faisant un sous-titrage en français du français très compréhensible d’Africains francophones à la télévision.
  • Déconsidérer certaines langues en disant «Ne parlez plus vos langues régionales ou peu répandues, occitan, alsacien, catalan, breton, romani (langue gitane)[45], le yiddish, le bambara[46], le créole, l'espéranto[47]...», ou la langue des signes et ensuite dire «apprenez des langues étrangères, apprenez l’anglais, l’allemand, l’espagnol, le français, le chinois » revient à hiérarchiser les langues[48] ou une estime inconsidérée accordée à LA langue (ou certaines langues) au profit de laquelle on cherche à évacuer les autres langues et leurs usagers[40].
  • Prenons aussi l'exemple de l'anglais qui n'est pas seulement un moyen d'exprimer quelque chose. La manière dont on peut parfaitement parler anglais ou, en d'autres termes, assimiler l'anglais à intelligent et chic, constitue une forme de discrimination linguistique[15], en particulier envers les locuteurs de variétés non standards et des étudiants migrants pour se faire sentir inférieurs[49]. L’anglais est considéré comme une langue puissante, mais il n’est pas juste de l’utiliser comme un outil permettant d’évaluer le succès et les compétences des non-anglophones ou de ceux qui apprennent une nouvelle langue. La honte linguistique perpétue un complexe d'infériorité linguistique et culturelle, conséquence inévitable des relations internationales coloniales sur le plan linguistique[50],[51].
  • Des «élites» qui imposent leur langue ou manière de parler comme la seule légitime[3], par exemple : «A Davos, lors du fameux World Economic Forum, le français a été mis au ban des langues admises. Il faut y parler anglais, et certains représentants les plus illustres acceptent ce diktat au nom d'un mondialisme anglo-saxon»[52].
  • Ne pas accepter les façons de parler des « étrangers » : sous-titrer en français, les propos d’Africains francophones à la télévision, ce qui entraîne une insécurité linguistique qui fait obstacle au développement d'un plurilinguisme. En revanche, parler français avec un accent britannique serait chic[53]. Toutefois, le manque de culture linguistique des personnes ne parlant que la langue officielle, les empêche de comprendre les locuteurs étrangers déplaçant l'accent tonique ou utilisant une langue fortement teinté de régionalisme. Ceci entraîne une impossibilité de communication, notamment avec certains employés administratifs monoglossiques, d'où la
  • Difficulté à obtenir un logement social dans certaines communes si l'on ne parle pas le français officiel [40],[54]. En revanche, dans d'autres, les locuteurs déplaçant l'accent tonique sur la première syllabe, bénéficie de la "discrimination positive" en ce domaine.
  • Le refus d'utiliser une lettre N tildée p.ex. dans des noms de famille existant dans les langues basque, gallèse et bretonne[55],[56]. Jean-Marie Klinkenberg, auteur du livre Le linguiste dans la Cité fait aussi allusion à l'écriture : « quand on en étudie l’histoire, on s’avise que l’écriture de notre langue (française) n’a pas la rationalité qu’on lui prête, et est d’abord un instrument de pouvoir, de distinction, voire de sélection »[57].

Glottophobie envers d'autres langues[modifier | modifier le code]

Voici des exemples de discrimination envers d'autres langues :

  • Des personnes francophones [44]au Canada déclarant faire parfois l’objet de harcèlement parce qu’elles parlent le français lorsqu’elles font du magasinage ou lorsqu’elles tentent d’accéder à des services gouvernementaux en vertu de la Loi sur les services en français de l’Ontario[44],[41]
  • Inculquer une idéologie de rejeter toute autre langue (voir quelques exemples[58]) en pensant qu'une unité ne peut exister dans la diversité[53].
  • Des annonces dans des journaux destinées à rechercher du personnel de langue maternelle anglaise à l’exclusion des candidats qui pourraient posséder parfaitement cette langue à côté d’une autre langue maternelle[59],[60].
  • L'interdiction d'une langue[61], par exemple la langues des signes[62] ou considérer certaines langues comme une menace défiant le pouvoir. Le cas de l'espéranto (une langue anationale en terme d’équité linguistique, économique, idéologique) est moins connu, mais plusieurs pays voulaient chasser l'espéranto e.a. en Roumanie où toute activité avec et pour l'espéranto était interdite en 1985[63]. Beaucoup d'espérantistes ont été tués[64] sous le régime nazi[65],[66],[67] et surtout sous celui de Staline[68],[69],[70], pour qui parler une langue cosmopolite telle que l'espéranto était assimilée à une critique et, pour cette raison, considérée comme une menace[71],[72]. Les tentatives de ces régimes pour combattre l'espéranto sont bien décrit par Ulrich Lins dans son livre intitulé La Langue Dangereuse (La Danĝera Lingvo)[67],[73],[74]
  • Certains auteurs n'autorisent pas de traduire leurs livres dans une autre langue[75] ou exigent de gros frais de licences de traduction[76],[77] et de reproduction. Pour des œuvres dans une langue indigène et vulnérable, il n’existe qu’un tout petit marché avec par exemple des tirages très faibles, d'ouvrages très peu commerciaux, volumes de livre qui rarement dépassent 500 exemplaires etc. Éditer des livres dans de telles circonstances est coûteux et le niveau élevé des prix, en plus de la petite taille du marché, peut à son tour réduire le nombre de livres vendus dans un délai très court et par conséquent, leurs auteurs risquent d’avoir du mal à trouver un éditeur ou même le refus de l'éditeur[78], surtout dans un context dans lequel les maisons d’édition se concentrent davantage sur la commercialisation et la promotion[78].
  • Les radios belges francophones qui diffusent de la musique en français, en anglais ou en italien, mais jamais en néerlandais. Les artistes flamands qui chantent en anglais, en revanche, passent fréquemment sur les ondes[79]. L’article a été à l’origine d’une grande controverse, qui a finalement poussé La Première à diffuser le titre Goud du groupe de rock indépendant Bazart, ce qui était un événement sans précédent sur la chaîne[80].
  • Dans la pièce de théâtre "Espéranto" de la compagnie de théâtre belge "Het Nieuwstedelijk", on entend une remarque disant que "lorsque des volontaires parlent en arabe d'autres ont l'impression d'être ignorés ; c’est donc mieux de parler en anglais dans le camp de réfugiés. Fin de la discussion" [81].

Le monde a été souvent divisé par les langues et plus important encore, la majorité des peuples a souvent été obligée d'apprendre la langue maternelle d'une minorité puissante pour s'en sortir ou pour interagir avec l'État au pouvoir[82]. Les langues dominantes du passé ont souvent conduit à la disparition de celles des nations dominées : le grec a englouti le phrygien, le latin a tué l'ibère et le gaulois[83]. Aujourd'hui, toute personne qui ne parle pas anglais est désavantagée[82] et à l'avenir ce sera peut-être aussi le cas pour le chinois, considérant l'importance croissante de la promotion de la langue chinoise dans le monde[84]. Entretemps, les disciplines des langues vivantes subissent dans toute l'Europe des compressions et des réductions d'effectifs[85].

La glottophobie tend à causer des difficultés d’apprentissage et d'usage d’autres langues que la langue dominante unique[4]. Par exemple, parmi les témoignages de nombreux élèves du système scolaire néerlandophone en Belgique, ont a trouvé : «je ne suis pas autorisé à parler français à l’école» mais «à la maison, je n’ai pas le droit de parler néerlandais, car j’ai alors été Flamand»[86]. La glottophobie tend aussi à survaloriser un monolinguisme[87],[88]. Pourtant on sait de façon sûre que les gens qui grandissent plurilingues, quelles que soient les langues concernées, apprennent en général beaucoup plus facilement d’autres langues que les personnes monolingues[4].

Origines de la « xénophobie linguistique »[modifier | modifier le code]

La glottophobie se manifestait déjà depuis longue date : dans la Bible le mythe de Babel qui conçoit la diversité linguistique comme quelque chose de négatif et la sacralisation du monolinguisme avec la sacralisation de l’arabe coranique via la parole divine révélée en cette langue[réf. nécessaire].

En Espagne et en Hongrie, certaines populations de tsiganes ont perdu leur langue à cause de la législation et pas par choix[89].

En Espagne, au cours du régime Franco, il était interdit de parler une autre langue que le castillan[90]. L'utilisation d'autres langues comme le Basque[91] ou le Catalan était interdite dans l'administration et la Justice [92], sauf à l'église, dans le diocèse de Gérone, où l'homélie était faite en catalan, commençant par "germans, germans" (frères). Depuis sa fondation, en Belgique on n’a pas cessé de se quereller et de s’injurier qui trouvait ses racines dans une idéologie « glottophobe »[4].

Éthique linguistique[modifier | modifier le code]

Le thème éthique linguistique est rarement évoqué mais Yves Montenay le fait par exemple dans son article Les peuples se détournent du projet européen. L'une des idées pour le relancer est d'adopter l'anglais comme 'seule langue commune' dans toute l'Union. La notion d'égalité des citoyens qui impose qu'en France la loi soit écrite et diffusée "dans la langue commune", comme réclamaient les citoyens de 1789 dans l'esprit de Villers-Cotterêts, ne pourrait-elle pas s'appliquer à l'échelon européen en parlant bruxellois[93] ?

Le monde est véritablement multilingue. Pourtant, de nombreux systèmes éducatifs et économiques, procédures de naturalisation et administrations publiques désavantagent des millions de personnes en raison de leur langue ou de leurs capacités linguistiques[94]. C'est au contraire le plurilinguisme qui fera que les peuples se sentiront chez eux"[95].

Il y a toujours une relation entre les dominants et la langue la plus couramment parlée. La langue commune dans le monde grec ancien était celle des Grecs dominants (le koine, grec koine), ensuite cela a été le latin, comme celle de l'Empire romain et celle de l'Église et aujourd'hui dans un certain sens c'est le Globish, celle de l'Empire anglo-américain[96].

L’économie occidentale est également très souvent accompagnée d'une préférence linguistique (linguicisme) qui attribue un statut élevé à l’anglais, par exemple, et un statut inférieur aux autres langues. Par exemple le statut de l'arabe en Israël : bien que l'arabe reste une langue officielle, il s'agit en pratique «d'une langue minoritaire, interdite en droit et de fait, le statut que l'on pourrait attendre de la deuxième langue officielle» (Spolsky & Shohamy, 1999 : 117)[97].

Le système de communication linguistique dans le monde d'aujourd'hui est fondé sur l'utilisation d'une foule d'éléments arbitraires totalement inutiles pour l'efficacité et le plaisir de la communication et qui n'entrent en ligne de compte que parce que les relations linguistiques sont des rapports de forces, des relations de pouvoir[98].

Les quelque 7 097 langues du monde ne jouissent pas du même prestige et d'une reconnaissance équivalente; il en est de même pour leurs locuteurs. On admettra sans difficulté que les 334 250 Islandais (en 2016) parlent une langue et qu'ils constituent une nation. Par contre, on croira que les 35 à 40 millions de Peuls parlent un dialecte et forment des tribus même si cette langue est parlée dans une dizaine de pays: Sénégal, Guinée, Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Nigeria, Cameroun, etc. À des facteurs démographiques et géographiques s'ajoutent des facteurs économiques, politiques et idéologiques, qui jouent un rôle fondamental dans le prestige d'une langue. Tout dépend des fonctions sociales de la langue et du poids de ces fonctions[99].

Seulement 200 ou 300 langues dans le monde exercent plus d'une fonction. Une soixantaine de langues en possèdent plusieurs: ce sont les langues reconnues officiellement par les États. De ce nombre, une dizaine sont reconnues par deux États ou plus et cinq d'entre elles (l'anglais, l'espagnol, le français, le russe, l'arabe), nettement privilégiées, sont employées dans plus de 20 États[99].

Voir aussi : equité linguistique (justice linguistique)

Injustice[modifier | modifier le code]

Il y a injustice, les uns recevant le message parfaitement, les autres mal ou très mal (situation fréquente dans les rencontres internationales, où les personnes de langue anglaise, parfois française, jouissent d’un privilège injustifié par rapport à tous les autres. La situation est également fréquente dans les rapports entre une autorité locale et un ressortissant étranger : travailleur migrant, réfugié, voyageur, placé par la situation même dans une position d’infériorité [98].

Pour Mark Starr « celui qui impose sa langue impose l'air sur lequel doivent gesticuler les marionnettes[100] ».

Pour Claude Hagège « Imposer sa langue est imposer sa manière de penser[101] ». Le fait de dire dans certaines communautés linguistiques une chose dans une langue dominante (comme l'anglais) semble être plus prestigieux que parler sa propre langue, a comme effet que certaines langues, certaines communautés linguistiques, semblent avoir un problème d'image[102].

Donner à une langue nationale, comme l'anglais, le statut de lingua franca crée des situations où sont avantagés les unilingues d'une langue dominante et désavantagés les usagers des autres langues qui ne reçoivent pas le même respect[103]. Quelques exemples :

L'Iran se plaint que certains pays cherchent à l'empêcher d'enseigner le persan dans ses centres culturels à travers le monde, mais que malgré cela, l'Iran devrait leur faire la faveur d'enseigner leur langue qui est le véhicule de leur culture, gratuitement, dans leurs écoles[104].

Beaucoup d'auteurs hongrois, turcs, polonais et roumains n’ont jamais été traduits en anglais, mais les livres en anglais sont bien souvent traduits dans la langue de ces auteurs[105]. Du fait que l'anglais est actuellement la langue dominante, elle est devenue aussi la langue de la traduction par excellence.  L’ anglais est «présent dans plus de 50 % des traductions au plan mondial et les deux tiers des traductions en français »[106]. En revanche selon Lawrence Venuti, auteur du livre The translator’s invisibility: A history of translation, «la littérature du monde non anglophone a (presque) disparu de la culture anglo-americaine contemporaine»[107]. Pascale Casanova, qui n'a rien contre le bilinguisme individuel, affirme que plus le bilinguisme est grand et met les langues en contact, plus celles-ci s’interpénètrent et plus la domination opère [108],[109].

Dans l'article "How to end native speaker privilege?" (Comment mettre fin au privilège du locuteur natif?)[110] Ingrid Piller fait remarquer : "bien que les offres d'emploi demandant des «locuteurs natifs» soient maintenant largement considérées comme discriminatoires, ceci n'a rien changé à ne pas préférer des "locuteurs natifs". Elle fait aussi mention du fait que sous l'Empire britannique les qualifications linguistiques des Indiens étaient supérieures à celles des professeurs britanniques et que même dans ce cas, les premiers ont été presque entièrement exclus de l'entreprise d'enseignement de la langue persane[111], bien avant que cette entreprise ne soit abandonnée totalement au profit de l'enseignement de l'anglais aux Indiens. Au fur et à mesure que la Compagnie des Indes orientales resserrait son emprise sur l'Inde, elle a progressivement abordé ce problème en remplaçant d'abord les Indiens parlant le persan par des Anglais parlant le persan et, plus loin, en remplaçant le persan par l'anglais comme langue de l'État[110].

Le rapport  "L'enseignement des langues étrangères comme politique publique" qu'à présenté l'économiste suisse François Grin, à l'automne 2005, à la demande du Haut Conseil à l'Évaluation de l'École, dépendant du Ministère français de l'Éducation nationale, démontre l'injustice qu'est pour la plupart des peuples de l'Europe l'application d'une politique linguistique discriminatoire, favorisant les locuteurs natifs de la langue anglaise[112],[113],[114].

Langue et démocratie[modifier | modifier le code]

Un colloque international sur le thème «Langue et démocratie» organisé par la Société Néophilologique à l’Université de Tampere (Finlande) du 24 au 26 août 2017 examina comment la notion de démocratie peut être comprise dans l’emploi langagier. Une des questions relatives à l'officialisation du tamazight en Algérie (2016) par exemple était de savoir si la parité «officiellement proclamée» entre l’arabe et le tamazight peut déboucher sur une «démocratie linguistique» réelle et effective où les deux langues bénéficieraient de la même visibilité et légitimité[115].

L’ objectif du symposium «Economie, justice linguistique et politique linguistique» organisé à la Humboldt-Universität zu Berlin, école de commerce et d’économie, était de discuter, dans une cadre interdisciplinaire, les effets socio-économiques des politiques linguistiques, l’impact de la dynamique linguistique et planification linguistique sur la justice et les inégalités au niveau national ou international, ainsi que le lien entre démocratie, prise de décision et diversité linguistique[63].

Éducation nationale et politique linguistique[modifier | modifier le code]

La glottophobie largement répandue dans les systèmes éducatifs serait une cause de difficultés d’apprentissage et d’usage d’autres langues que la langue dominante unique dans ces sociétés. Bien que ce ne soit pas une généralité absolue, les usagers monolingues d'une langue internationale hyperdominante et hypervéhiculaire sont tendanciellement les plus glottophobes[53]. Par conséquent certains pays ou régions mènent une politique linguistique soit par crainte d'une francisation du propre territoire[116],[117] par exemple la Flandre (Belgique flamande) soit comme un moyen contre la domination de l'anglais[118],[119],[36]

Un rapport de l'Unesco faisant autorité, a montré que l'utilisation des anciennes langues coloniales ne profitait qu'à une élite et défavorisait la majorité de la population, surtout quand il sert des motifs politiques d'hégémonie et de domination. L'une des principales causes de retard du développement en Afrique, qui entraîne une éducation de qualité médiocre et une marginalisation du continent, est le fait que la plupart des États africains utilisent encore la langue coloniale comme la langue principale dans l'enseignement[120].

Remarque : glottophobie ou discrimination linguistique ?

La glottophobie étant une forme de discrimination souvent usuelle, méconnue et parfois même banalisée sans qu'on en prenne conscience[113], ce terme est préférable à l'expression « discrimination linguistique » (se trouvant dans les versions dans d'autres langues de cette page wikipédia) pour faire apparaître cette injustice dans la conscience. La locution « Discrimination linguistique » peut laisser penser que ce sont les langues qui font l'objet de discrimination, plutôt que les gens qui les utilisent[121].

Une hégémonie s'installe par une domination inculquée comme « normale » et donc acceptée y compris par celles et ceux qui en sont victimes et qui n’y voient pas d’alternative. Tout est fait pour que les victimes de la glottophobie ne perçoivent pas la situation dans laquelle elles sont plongées. Il faut dire que le handicap linguistique a beau être très fréquent, il n’est jamais nommé, car la notion n’existe tout simplement pas. Ce qui n’est pas nommé demeure inconscient. De ce fait, la perception globale du problème est rare et la société n’a aucune compassion pour les handicapés linguistiques : les victimes sont traitées en coupables[98],[88]. Si elles connaissent détresse, tourment, souffrance, injustice, ridicule ou frustration, ce serait de leur faute, faute d'avoir appris les langues[98].

Le 31 juillet 2015, un projet de loi constitutionnelle est présenté en Conseil des ministres, afin de modifier la Constitution pour que la France puisse ratifier la charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Néanmoins, la charte n'a pas pu être ratifiée, car le projet de loi a été rejeté par le Sénat le 27 octobre 2015[122],[123]. Dans le livre The Discovery of France, Graham Robb fait allusion à un pays à identités plurielles - linguistiques, culturelles - qui a été linguistiquement « colonisé » par la pratique d'une politique centralisée et autoritaire qui a infligé manu militari la langue française aux différentes cultures et communautés non francophones[124], dans une France où, un siècle plus tôt à peine, le français était une langue étrangère pour la majorité de la population[125].

Livres[modifier | modifier le code]

  • Phillipson, Robert (2019), La domination de l'anglais : un défi pour l'Europe, Paris, Libre & Solidaire, ISBN (à paraître)
  • Philippe Blanchet et Stéphanie Clerc Conan (2018), Je n’ai plus osé ouvrir la bouche... Témoignages de glottophobie vécue et moyens de se défendre, Limoges, Lambert-Lucas, 128 pp., (ISBN 978-2-35935-267-2).
  • Gaëlle Planchenault (2017), Voices in the media - Performing French Linguistic Otherness, Bloomsbury Academic, (ISBN 9781350036277)
  • Philippe Blanchet (2019), Discriminations : combattre la glottophobie, 2e édition mise à jour, Limoges, Lambert-Lucas, 152 pp., (ISBN 978-2-35935-281-8)
  • Bernard Lecherbonnier (2016), Pourquoi veulent-ils tuer le français ?, 256 p, éd. Albin Michel, (ISBN 9782226380326)
  • Phillipson, Robert (2008) The linguistic imperialism of neoliberal empire. Critical Inquiry in Language Studies 5(1): 1-43.
  • Spolsky, Bernard & Elana Shohamy (1999) The Languages of Israel: Policy, Ideology and Practice. Clevedon, UK: Multilingual Matters.
  • Skutnabb-Kangas et al. (ed.) (1995) Linguistic human rights: overcoming linguistic discrimination, Walter de Gruyter.
  • Venuti, Lawrence (1995). The translator’s invisibility: A history of translation, New York, Routledge
  • Piron, Claude (1994) Le défi des langues: du gâchis au bon sens, Paris, L’Harmattan.
  • Pool, Jonathan (1987), Thinking about linguistic discrimination, Language Problems & Language Planning, 11(1): 3–21.

Audiovisuel[modifier | modifier le code]

  • Vidéo : Glottophobie : quand la langue devient une arme sociale
  • (anglais) Vidéo : The most important language you will EVER learn | Poet Ali | TEDxOrangeCoast
  • Théâtre : La Convivialité, un spectacle autour de l'orthographe qui est très souvent arbitraire et pleine d'absurdités[126] et souvent utilisé comme un outil de discrimination sociale[127]. En plus d'être un exercice de pop linguistique, cette pièce de théâtre est iconoclaste parce que l'orthographe française est un dogme et n'est pas sensible d'être remise en question, bien que la liste des exceptions linguistiques est longue[128].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Blanchet, Stéphanie Clerc Conan, Je n’ai plus osé ouvrir la bouche… Témoignages de glottophobie vécue et moyens de se défendre, Lambert-Lucas, le
  2. (russe) Zherebilo Tatiana Vasilyevna,УЩЕМЛЕНИЕ ЯЗЫКОВЫХ ПРАВ (ЯЗЫКОВАЯ ДИСКРИМИНАЦИЯ), Словарь языковых терминов (destruction des droits linguistiques (discrimination linguistique), Dictionnaire des termes linguistiques), Nazran: Pilgrim LLC, 2010, 486 p., (ISBN 978-5-98993-133-0) .
  3. a b et c Philippe Blanchet, Discriminations : combattre la glottophobie., Textuel, , 192 p. (ISBN 9782845975446, lire en ligne)
  4. a b c et d « Qu’est-ce que la glottophobie ? Entretien avec Philippe Blanchet », sur blog.assimil.com, (consulté le 5 septembre 2016)
  5. van Parijs, Philippe (2003) Linguistic justice. In: Will Kymlicka & Alan Patten (éd.), Language rights and political theory, Oxford: Oxford University Press, p. 154.
  6. (en) Skutnabb-Kangas, Tove & Phillipson, Robert (1998)., Linguicide. In Mey, Jacob L. (ed.). Concise Encyclopedia of Pragmatics. Oxford, UK: Pergamon Press, for Elsevier Science (an updated version of the same entry in Encyclopedia of Language and Linguistics. Elsevier), 506-507.
  7. Skuttnab-Kangas, Tove & Robert Philippson, (1989), Mother Tongue : the theoretical and sociopolitical construction of a concept, in : Ammon, Ulrich, (1989), Status and function of languages and language varieties, p. 455. Berlin, New York: Walter de Gruyter & Co. (ISBN 3-11-011299-X)
  8. (néerlandais) Marc van Oostendorp, Het Engels is geen lingua nullius (l'anglais n'est pas une langue nullius (de 'no man's land'), Neerlandistiek, le 30 novembre 2017, consulté le 2 janvier 2018.
  9. Dans d'autres langues, on parle de linguizismus (allemand), lingwicyzm (polonais) ou lingvismo (espéranto), car dérivé de l'anglais linguicism.
  10. La mort des langues.
  11. Britta Scchneider, Linguistic Human Rights and Migrant Languages: A Comparative Analysis of Migrant Language Education in Great Britain and Germany (Britta Scchneider, Droits linguistiques de l'homme et langues migrantes: analyse comparative de l'enseignement des langues immigrées en Grande-Bretagne et en Allemagne),
  12. (nl) Marc van Oostendorp, Het Engels is geen lingua nullius (l'anglais n'est pas une langue nullius), revue Neerlandistiek, le 15 juin 2017, consulté le 22 janvier 2019.
  13. (en) Aamna Mohdin, "Even after Brexit, English will remain the language that holds the EU together" (Même après le Brexit, l'anglais restera la langue qui unit l'UE), Quartz, le 5 mai 2018, consulté le 22 janvier 2019.
  14. (en) Shahar Ronena, Bruno Gonçalvesb, Kevin Z. Hua, Alessandro Vespignanib, Steven Pinkere et César A. Hidalgo, Links that speak: The global language network and its association with global fame, PNAS, 30 décembro 2014.
  15. a et b (portugais) Marta Sherrer, O preconceito linguístico deveria ser crime (le préjugé linguistique devrait être un crime), Galileu,
  16. Lionel Cordier, « La langue comme outil de puissance, in : Les langues du pouvoir », Université de Lyon, Séminaire : Droit peuples et mondialisation,‎ , p. 68 sur 77 (lire en ligne, consulté le 12 août 2016)
  17. Manuela Burghelea : L'espéranto, entre idéaux universels et pratiques culturelles locales. Le cas français, belge et brésilien, juillet 2016, KUL, Univ Lille, Univ Rio de Janeiro, Erasmus +, Médiation interculturelle : identités, mobilités, conflits. 133p
  18. Marielle Rispail, «Philippe Blanchet, Discriminations : combattre la glottophobie», sur la site de la Revue de linguistique et de didactique des langues (Lidil), 53 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 23 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/lidil/4015
  19. (en) Douglas Hyde, The Necessity for De-Anglicizing Ireland, Conradh na Gaeilge Shasana Nua (Ligue gaélique). consulté le 24 mars 2019.
  20. (nl) Milfje Meulskens, De waarheid is niet voor iedereen (La vérité est pas pour tout le monde), le 21 Novembre 2014.
  21. (en) Linguistic discrimination against the Tamils, le 31 octobre 2017.
  22. (en) Jason Burke, Tamils want an end to Sri Lanka discrimination after election, The Guardian, le 4 avril 2010, consulté le 31 décembre 2018.
  23. (en) « Meet Andriamifidisoa Ny Haja Zo, the host of the @DigiAfricanLang Twitter account for August 7-13 », sur globalvoices.org, Global Voices, (consulté le 8 août 2019)
  24. a et b Anna Colin Lebedev, Ukrainien et russe, deux langues, deux pays ?, Médiapart, le 16 décembre 2013, consulté le 7 janvier 2019.
  25. (uk) ЗАКОН УКРАЇНИ - Про освіту, Стаття 7 (loi ukrainien sur l'enseignement - art. 7), Відомості Верховної Ради (ВВР), 2017, № 38-39, ст.380.
  26. (ru) Новые языковые идеи Гриневич: хочешь учиться на русском — плати, РИА Новости Украина, le 4 mai 2018, consulté le 7 janvier 2019.
  27. Christelle Néant, La Commission de Venise condamne Kiev pour discrimination de la langue russe dans sa loi sur l’enseignement, Agora Vox, le 11 décembre 2017, consulté le 31 décembre 2018.
  28. Nouvelle loi linguistique en Ukraine: «Un génocide de la langue russe» Sputnik, le 23 janvier 2017, consulté le 31 décembre 2018.
  29. (russe) Венецианская комиссия указала Киеву на дискриминацию русского языка в новом законе, (La Commission de Venise souligne que la nouvelle loi fait l'objet d'une discrimination de la langue russe), TAS, Paris, le 8 décembre 2017, consulté le 5 janvier 2019.
  30. Christelle Néant, La Rada vote un projet de loi criminalisant ceux qui ne parlent pas (ou mal) l’ukrainien, Réseau international, le 6 octobre 2018, consulté le 5 janvier 2019.
  31. (en) A linguistic strike to denounce Irish language discrimination at the EU level, Nationalia, le 9 mars 2015 (consulté le 14 janvier 2019).
  32. La Commission européenne discrimine les organisations de jeunesse selon leur langue, Espéranto-Jeunes, le 18 janvier 2014.
  33. Jean-Paul Perreault, Analyse de Charles Durand sur la mise en place de l'anglais partout, 19/01/2012, francophonie-avenir.com
  34. (allemand) Oliver Jens Schmitt: Kann die Wissenschaft nur noch Englisch? (Est-ce que la science ne parle que l'anglais ?), Neue Züricher Zeitung, le 4 août 2015, consulté le 2 janvier 2018.
  35. a et b Charles Xavier Durand, Mainmise sur l'édition scientifique, pillage et marginalisation de la recherche non anglo-saxonne, en : La mise en place des monopoles du savoir, pp. 60-62, L'Harmattan, (ISBN 978-2-7475-1771-3)
  36. a et b Bernard Lecherbonnier, Pourquoi veulent-ils tuer le français ? (PDF), Editions Albin Michel, 2005,
  37. « Initiative d'Helsinki sur le multilinguisme dans la communication savante », sur helsinki-initiative.org (consulté le 7 septembre 2019)
  38. (en) Asya Pereltsvaig, State-of-the-Art: Global Language Studies, Esperantic Studies Foundation.
  39. (en) Katerina Barushka, After decades of Russian dominance, Belarus begins to reclaim its language, The Guardian,  le 28 Janvier 2015.
  40. a b et c « "La langue, outil de discrimination" - émission France Inter, 1:14:33 min », sur www.franceinter.fr, (consulté le 8 juin 16)
  41. a et b Note : Au moment de la publication initiale de la politique concernant la discrimination et la langue, le Québec et le Territoire du Yukon étaient les seuls territoires canadiens où il est spécifiquement déclaré que la langue est un motif illicite de discrimination dans le domaine de l'emploi.
  42. (de) İnci Dirim, Linguizismus und linguizismuskritische pädagogische Professionalität (PDF), p. 1
  43. (nl) Kirsten Notten, Dag en nacht werken voor een ideaal (travailler jour et nuit pour un idéal), Zowell, 23 novembre 2016, consulté le 17 janvier 2019.
  44. a b et c Énoncé de politique concernant les Francophones, la langue et la discrimination, fondé sur la Politique concernant la langue et la discrimination de la Commission ontarienne des droits de la personne (CODP).
  45. Que font les gens quand ils catégorisent, hiérarchisent, jugent les langues ou les manières de parler ? comme «Tisganski e naï grozen ezik ot sveta !»( «La langue des Tsiganes est la plus moche au monde !»), dans L’imaginaire linguistique : un dispositif socio-politique, Mundolingua soirées 2017, (consulté le 9 juillet 2017)
  46. Arrête de parler ton mauvais bambara ! (enquête-Mali-93) Excusez-moi, vous parlez quoi comme langue ? – C'est du turc. – Ah, je ne reconnaissais pas ! C'est joli ! (enquête-Paris-95) Cécile Canut, Subjectivité, imaginaires et fantasmes des langues : la mise en discours “épilinguistique”
  47. Dans le film "Captain Fantastic", deux sœurs commencent à parler l'espéranto à leur père qui a répondu (en anglais) "Non, ne parle pas en espéranto. Pas de langue étrangère sauf si la langue est parlée par tous. Vous connaissez la règle" Et puis (en allemand) "Vous pouvez parler allemand". Ses filles lui répondent: "Nous avons le droit de parler dans la langue de notre choix. Ce n'est pas notre faute si vous ne parlez pas l'espéranto" (ref. Youtube : Esperanto en "Captain Fantastic" filmo - 2016)
  48. Olivier Lamm, «Chaque langue est une énergie en mouvement», «Qu’est-ce qu’on fait de la culture en Europe ?» B. Cassin répond : ni «globish», ce global english qui n’est pas une langue de culture, ni nationalisme ontologique, qui présuppose une hiérarchie des langues., sur next.liberation.fr, (consulté le 23 janvier 2017)
  49. (anglais) Ingrid Piller, Explorations in language shaming (explorations en honte linguistique), Language on the move, le 28 septembre 2017.
  50. (anglais) Ingrid Piller, Anatomy of language shaming (anatomie de la honte linguistique), Language on the move, le 17 octobre 2017
  51. Ola Kseroof, 5 situations that show Arabic is suffering in UAE,
  52. Henri Masson, « Paru dans Le Journal des Finances, mars 1997 », Série d'affiches (65) sur les thèmes politique linguistique, démocratie linguistique, hégémonie linguistique et l'insoumission linguistique : un sujet tabou., sur Iperniy, (consulté le 8 avril 2017)
  53. a b et c « Qu’est-ce que la glottophobie ? Entretien avec Philippe Blanchet | B, log Assimil », sur blog.assimil.com (consulté le 8 juin 2016)
  54. https://www.youtube.com/watch?v=sOWI13tiSvc
  55. Note : Ce caractère est non reconnu par la circulaire du 23 juillet 2014 relative à l'état civil, qui liste les signes diacritiques autorisés par l'administration française.
  56. « Langue régionale - No pasarán pour le "~" », Mag Sud Ouest,‎ , p. 5
  57. Th. Jamin, « Jean-Marie Klinkenberg, le linguiste dans la Cité », Regards sur l'Europe, n° 17, p. 5-10,‎ (lire en ligne)
  58. Motifs de discrimination illicites : définitions et portée des dispositions relatives à la protection conférée par le Code, rubrique Langue, Commission ontarienne des droits de la personne (CODP)
  59. Charles Durand à propos de l'espéranto (Göteborg-2003), 8/9/2003, francophonie-avenir.com
  60. Jean-Paul Perreault, Analyse de Charles Durand sur la mise en place de l'anglais partout, 19/01/2012, francophonie-avenir.com
  61. L'interdiction d'une langue, LSF sur le web,
  62. Jérôme Garcin, Ces «fous furieux» qui avaient interdit aux sourds de parler avec les mains, Bibliops, 29 mai 2013.
  63. a et b (de) 3.3 Ignat Florian Bociort (pdf), GIL, p.10, N° 92 (3/2014), ISSN 1430-2888
  64. (eo) « Parolado de Vytenis Adriukaitis, europa komisionano pri sano, dum la malfermo de la lingvopolitika konferenco en Nitra. », sur europo.eu, (consulté le 5 septembre 2016)
  65. Sébastien Moret, Le discours sur la langue sous les 'régimes autoritaires (PDF) - Cahiers de I'ILSL, No 17, 2004, pp. 155-170 : D'une contradiction interne : I'espéranto, langue neutre ou langue de l'autre ?, p. 162 : En Allemagne : la langue des Juifs et des Bolchéviques. Institut de linguistique et des sciences du langage.
  66. (en) « Steven G. Kellman, The secret Jewish history of Esperanto », sur forward.com, (consulté le 5 septembre 2016)
  67. a et b (en) Ulrich Lins, Dangerous Language - Esperanto under Hitler and Stalin, Vol. 1,, Palgrave Macmillan, , 299 p. (ISBN 978-1-137-54916-7, 978-1-137-54917-4(e-book))
  68. Sébastien Moret, Le discours sur la langue sous les 'régimes autoritaires' (PDF) - Cahiers de I'ILSL, No 17, 2004, pp. 155-170 : D'une contradiction interne : I'espéranto, langue neutre ou langue de l'autre ?, p. 165 : En URSS : la langue des bourgeois et des internationalistes, Institut de linguistique et des sciences du langage.
  69. (en) Deak Kirkham, Break, break the walls between people (Cassez, cassez les murs entre les gens), Unravel, n° 10, le 21 avril 2017 (consulté le 19 mars 2019).
  70. (anglais) Steve Dodson, Stalin's languages (les langues de Stalin), Languagehat, le 6 juillet 2015, consulté le 29 juillet 2019.
  71. (anglais) Philip Seargeant, Linguistic diversity and “cosmopolitan bias” (Diversité linguistique et «parti pris cosmopolite»), Language on the Move, le 18 septembre 2017.
  72. (en, es) Interview de Sam Green avec Alfonso Cuarón, version anglaise et espagnole, le 17 janvier 2013, consulté le 7 janvier 2019.
  73. (en) A.F.G. Mohiuddin, “Towards a just world: Esperanto for meaningful globalisation” (Vers un monde équitable: l'espéranto pour une mondialisation significative), The Independent - Bangladesh, le 10 juillet 2003, (archive) sur Мир Эсперанто/The World Of Esperanto, consulté le 30 janvier 2019.
  74. (de) Verfolgung der Esperanto-Anhänger im Dritten Reich (la persécution des adhérents de l'espéranto pendant le troisième Reich), (pdf)
  75. (fr) Salah Basalamah, Le droit de traduire-une politique culturelle pour la mondialisation, p. 253, 337, (ISBN 978-2-7603-0687-5)
  76. C. Armstrong, J. De Beer, D. Kawooya, A. Prabhala et T. Schonwetter, Licence obligatoire pour les traductions, In : L’accès au savoir en Afrique : le rôle du droit d’auteur, 2010, Presse de l'université de Laval, p. ISBN PUL 978-2-7637-9305-4.
  77. Note: les droits de traduction désignent le droit de traduire une œuvre dans des langues étrangères et d’en exploiter la traduction
  78. a et b Laure Pécher et Pierre Astier, Le droit d'auteur en usage en Europe, 2010, p. 55-56
  79. Herman Boel & Herve Voglaire Sanchez, Les radios francophones sont-elles allergiques aux chansons flamandes?, DaarDaar - le meilleur de la presse flamande en français, 15 mars 2017, consulté le 30 décembre 2018.
  80. Sara De Sloover, «Madame Flandre» aide les francophones à mieux comprendre leurs compatriotes flamands, DaarDaar, le 30 août 2018, consulté le 31 décembre 2018.
  81. (en) In English it's easier to say no, Volontulo.be, le 9 janvier 2019.
  82. a et b (anglais) Sam Dean, To build a better language, The Verge, 2015, consulté le 25 décembre 2017.
  83. Michel Feltin-Palas, Claude Hagège : "Imposer sa langue, c'est imposer sa penser", L'Express, 03/04/2012
  84. (anglais) Educating Burmese migrant students in China (Eduquer des étudiants migrants birmans en Chine), Language on the Move, le 22 septembre 2017.
  85. (en) jmillington, Translingual Practice and Literature – a challenge to Modern Languages?, OWRI, le 25 janvier 2019 (consulté le 14 mars 2019).
  86. (en) Lisa Bradshaw, Summit looks at use of Dutch in Brussels, Flanders Today, le 22 janvier 2019, consulté le 20 février 2019.
  87. (es) « "¡Inglés no! ¡Español sí!": Un candidato a la presidencia francesa rechaza responder a la BBC », sur actualidad.rt.com, (consulté le 22 avril 2017)
  88. a et b (en) « How schools use language as a way to exclude children (Comment des écoles excluent des enfants par la langue) », sur The Conversation, (consulté le 22 avril 2017)
  89. (anglais) Ian Honcock, We are the Romani people, Centre de recherches tsiganes, University of Hertfortshire Press, 2005, p. 139
  90. Langues espagnoles,
  91. unesdoc.unesco.org
  92. Loïc Tassé, Vent de panique à Madrid, Le Journal de Montréal, le 15 septembre 2015.
  93. Ar Falz, Charte : craintes, ignorance et vieux démons, septembre 2000.
  94. La Déclaration de Salzbourg pour un monde multilingue
  95. Yves Montenay, Les peuples se détournent du projet européen. L'une des idées pour le relancer est d'adopter l'anglais comme seule langue commune dans toute l'Union. C'est au contraire le plurilinguisme qui fera que les peuples se sentiront chez eux. Les Echos.fr, le 11 octobre 2016.
  96. (en) « The power of bilingualism: Interview with Barbara Cassin », sur e-flux.com, (consulté le 20 mars 2017)
  97. (anglais) Asya Pereltsvaig, State-of-the-Art: Global Language Studies [archive], Esperantic Studies Foundation.
  98. a b c et d Piron, Claude, Le défi des langues - du gâchis au bon sens, Paris, L'Harmattan, , 336 p. (ISBN 2-7384-2432-5, lire en ligne), p. 158
  99. a et b LELCERC Jacques, L'inégalité des langues., dans : "L'aménagement linguistique dans le monde", Québec, CEFAN, Université Laval, le 22 nov. 2017, consulté le 29 janvier 2019.
  100. Masson, « Politique linguistique », Série d'affiches (65) sur le thème de la démocratie linguistique et de l'insoumission linguistique, sur Ipernity, (consulté le 8 avril 2017)
  101. Masson, « Politique linguistique - Claude Hagège », Série d'affiches (65) sur le thème de la démocratie linguistique et de l'insoumission linguistique, sur Ipernity, (consulté le 8 avril 2017)
  102. (nl) « De verengelsing van de maatschappij (l'anglicisation de la société). », sur taaluniebericht.org, (consulté le 26 février 2017)
  103. (en + nl) Philippe Van Parijs, (en) Linguistic justice for Europe and the world (nl) Taal en rechtvaardigheid in Europa en de wereld, Bruxelles, Oxford University Press + Lannoo Campus, , back-cover
  104. « Ayatolla Khamenei : extraits des propos concernant l'apprentissage des langues étrangères lors d'une rencontre avec les enseignants de la province de Kerman », sur http://french.khamenei.ir, 2 mei 2005 (consulté le 12 mars 2017)
  105. « Maria-Christina Doulami, « Je parle 32 langues » : Preuve d'amour à l'Europe (Ioannis Ikonomou, traducteur en chef au Parlement Européen). », sur cafebabel.fr, (consulté le 12 mars 2017)
  106. Casanova, Pascale (2015), p. 123
  107. Casanova, Pascale (2015), p. 125
  108. Christian Ruby, La dominiation linguistique - Comment les mécanismes de la domination linguistique opèrent-ils ?, Nonfiction.fr, le 4 février 2016, consulté le 9 janvier 2018.
  109. Christian Rioux, La guerre des langues, Le Devoir, le 5 mars 2016, consulté le 9 janvier 2018.
  110. a et b (anglais) Ingrid Piller, "How to end native speaker privilege?" (Comment mettre fin au privilège du locuteur natif?), Language on the Move, le 31 mai 2018.
  111. Note : Le persan était la langue écrite de l’Inde, son code de puissance et sa lingua franca depuis plus de trois siècles. En d’autres termes, le persan était la «technologie de gouvernance» des Moghols (Fisher, 2012, p. 328).
  112. « Espéranto Ariège », (consulté le 16 juillet 2017)
  113. a et b Charles Xavier Durand, video YouTube : Colloque sur la défense de la langue française, à partir de 30 min, le 8 janvier 2014.
  114. Robert Phillipson, Préface de François Grin: La domination de l'anglais: un défi pour l'Europe, Paris: Libre & Solidaire, 2019
  115. « Langue et démocratie, résumé (PDF) », sur uta.fi, (consulté le 23 mars 2018)
  116. Note : La territorialité et les métaphores comme 'droit du sol' opposé au 'droit des gens' laissent entendre abusivement que certains citoyens ont moins ou n'ont pas de droits linguistiques lorsque le principe de la territorialité est appliqué. La territorialité n'implique pas de violation des droits de l'homme, mais constitue au contraire une forme d'état qui permet aŭ différentes communautés linguistiques de vivre ensemble en paix. (in : Vuye : p. 8-9)
  117. (fr, en, nl) Hendrik Vuye, Langue et territorialité en Flandre dans une perspective historique et internationale, 2010, édition supplémentaire du "Speakers Corner", série de conférences organisées par l'a.s.b.l. "De Rand" pour les allophones, à l'occasion de la Présidence belge de l'UE.
  118. (nl) De verengelsing van de maatschappij (l'anglicisation de la société), sur : taaluniebericht.org (taalunie = Union de la langue néerlandaise), janvier 2017, consulté le 16 novembre 2018.
  119. (fr, eo) Charles Xavier Durand, "La manipulation mentale par la destruction des langues", 2002, Éditions François-Xavier de Guibert, Paris, (ISBN 2868397719).
  120. (anglais) Ebbe Domisse, Single dominant tongue keeps inequality in place, businesslive.co.za, la 16 novembre 2016.
  121. Philippe Blanchet, Discriminatios : combattre la glottophobie, p. 44,, 2016, Ed. Textuel, (ISBN 978-2-84597-544-6)
  122. Projet de loi constitutionnelle autorisant la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires sur Légifrance
  123. Position de la France sur la charte européenne des langues régionales ou minoritaires
  124. (anglais) Andrew Hussey, Liberty, equality ... and grim reality -The Discovery of France, The Guardian, le 9 septembre 2007, consulté le 7 mai 2017.
  125. Graham Robb, Une histoire buissonnière de la France, p. 9, (pdf)
  126. « La Convivialité », sur citemiroir.be (consulté le 19 novembre 2017)
  127. (en) « La Convivialité », sur theatredeliege.be, (consulté le 19 novembre 2017)
  128. « La Convivialilté », sur Theatredenamur.be, (consulté le 19 novembre 2017)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]