Aller au contenu

Saint-Pierre-la-Cour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Pierre-la-Cour
Saint-Pierre-la-Cour
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Laval
Intercommunalité Laval Agglomération
Maire
Mandat
Michel Paillard
2020-2026
Code postal 53410
Code commune 53247
Démographie
Gentilé Pierrot-Courtois
Population
municipale
2 306 hab. (2021 en augmentation de 7,96 % par rapport à 2015)
Densité 147 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 54″ nord, 1° 01′ 35″ ouest
Altitude Min. 93 m
Max. 168 m
Superficie 15,69 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Saint-Pierre-la-Cour
(ville isolée)
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Loiron-Ruillé
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Pierre-la-Cour
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Pierre-la-Cour
Géolocalisation sur la carte : Mayenne
Voir sur la carte topographique de la Mayenne
Saint-Pierre-la-Cour
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
Saint-Pierre-la-Cour
Liens
Site web saintpierrelacour.fr

Saint-Pierre-la-Cour est une commune française située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 2 306 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans le Bas-Maine.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Faisant partie du canton de Loiron, Saint-Pierre-la-Cour se situe dans l'ouest de la Mayenne, à la limite entre les Pays de la Loire en Bretagne. Son bourg est à 4,5 km à l'ouest de Port-Brillet, à 16 km à l'est de Vitré et à 22 km à l'ouest de Laval[2].

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

La commune repose sur le bassin houiller de Laval daté du Stéphanien (daté entre -307 et -299 millions d'années)[4].

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[5]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[6].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 829 mm, avec 13,4 jours de précipitations en janvier et 7,5 jours en juillet[5]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Launay-Villiers à 2 km à vol d'oiseau[7], est de 11,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 862,6 mm[8],[9]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[10].

Statistiques 1991-2020 et records LAUNAY-VILLIERS (53) - alt : 153m, lat : 48°07'37"N, lon : 1°01'43"O
Records établis sur la période du 01-02-2001 au 31-12-2020
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 1,7 3,3 5 8,1 11,3 12,7 12,5 10,1 8,3 4,9 2,2 6,8
Température moyenne (°C) 5,1 5,5 7,9 10,5 13,6 17 18,6 18,4 15,9 12,6 8,4 5,4 11,6
Température maximale moyenne (°C) 8,2 9,4 12,5 16,1 19 22,6 24,5 24,2 21,6 16,9 11,9 8,7 16,3
Record de froid (°C)
date du record
−10,2
07.01.09
−13,1
12.02.12
−9,1
01.03.05
−4,7
11.04.06
−1,6
01.05.16
1,5
01.06.06
4,9
30.07.15
4,9
21.08.14
0,5
26.09.10
−2
29.10.03
−6,3
30.11.10
−9,1
16.12.09
−13,1
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
15,1
24.01.16
19,6
27.02.19
22,4
20.03.05
27,2
30.04.05
30,3
24.05.10
35,9
29.06.19
38,1
23.07.19
39
10.08.03
33,3
14.09.20
27,7
02.10.11
21,5
07.11.15
15,8
19.12.15
39
2003
Précipitations (mm) 87 68,2 63,7 62,4 67,3 58,7 58,3 55,9 66,7 87,9 88,6 97,9 862,6
Source : « Fiche 53129001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Au , Saint-Pierre-la-Cour est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[11]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Pierre-la-Cour[Note 2], une unité urbaine monocommunale constituant une ville isolée[12],[13]. La commune est en outre hors attraction des villes[14],[15].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (52,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (68 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (29,1 %), mines, décharges et chantiers (18,1 %), forêts (14,1 %), terres arables (12,5 %), zones urbanisées (12,1 %), zones agricoles hétérogènes (10,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,9 %), eaux continentales[Note 3] (1,7 %)[16]. L'évolution de l'occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).
La gare.

Une gare ferroviaire est desservie par les TER assurant la liaison avec les gares de Laval, Vitré et Rennes. Cette gare dispose également d'un embranchement destiné à la cimenterie Lafarge.

La commune est située à proximité de la sortie no 5 et du péage de La Gravelle de l'A81 reliant Le Mans à Rennes.

La forme eccl. Beati Petri de Curia est attestée au Xe siècle[17].

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Bourg-l'Union[18].

Le gentilé est Pierrot-Courtois[19].

Révolution française

[modifier | modifier le code]

Le , le district de Vitré informe Rennes que des rassemblements suspects se produisent dans la région, notamment dans les communes de Bourgon, Saint-Ouën-des-Toits, Saint-Pierre-la-Cour et La Brûlatte[20].

Des mines de charbon sont exploitées de 1880 à 1921. Monsieur Armand Chappée en fait l'acquisition en 1907[4].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats

[modifier | modifier le code]

Administration municipale

[modifier | modifier le code]
La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
  23 décembre 1952
(décès)
Marcel Vaudry    
1953 1968 Michel Moulard   Directeur d'usine
v. 1969   M. Maignan    
mars 1971 mars 1983 Raymonde Descamps[21]    
mars 1983[22] 30 septembre 2019[23]
(décès)
Claude Le Feuvre[24] DVD Cadre de Lafarge
conseiller général (1986 → 2004)
président de la CC du Pays de Loiron (2000 → 2018)
14 octobre 2019[25] mai 2020 Sophie Chauvigné    
mai 2020[26] En cours Michel Paillard SE-DVD Expert-comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et quatre adjoints[26].

Enseignement

[modifier | modifier le code]
  • École maternelle publique.
  • École primaire publique.
  • Collège privé Notre-Dame.

Gestion des déchets

[modifier | modifier le code]
  • Déchèterie intercommunale de Port-Brillet, route de la Brûlatte.

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[28].

En 2021, la commune comptait 2 306 habitants[Note 4], en augmentation de 7,96 % par rapport à 2015 (Mayenne : −0,65 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5436517597488739451 0571 0731 201
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2231 2611 3531 3351 4441 1571 1861 1311 177
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2401 3561 3881 1591 2721 2381 1991 2021 357
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 5721 7501 7821 6681 6221 6381 8171 8432 046
2017 2021 - - - - - - -
2 1702 306-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activité économique principale

[modifier | modifier le code]
La cimenterie Lafarge à Saint-Pierre-la-Cour.

La cimenterie Lafarge est implantée sur la commune avec sa très grande carrière. Elle est l'une des plus grandes cimenteries d'Europe.

Petits commerces

[modifier | modifier le code]

Le village dispose d'un bureau de poste, de deux banques, une boulangerie, une supérette, un magasin de fleurs et décoration, deux cafés, une pharmacie, deux garages et une station de lavage.

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
La cheminée de l'ancienne mine de houille de la Balorais.

Activité et manifestations

[modifier | modifier le code]

Manifestations annuelles

[modifier | modifier le code]
  • Troisième dimanche de juin : courses de chevaux (les festivités commencent dès le vendredi soir avec une randonnée ; le samedi soir est réservé au feu d'artifice).
  • En juillet : courses de chevaux
  • Courses de vélos.

En plus de terrains de football, de tennis en extérieur, la commune dispose de deux salles de sport.

  • Club de roller.
  • Cours de yoga.
  • Cours de gymnastique.
  • Karaté contact.

Bibliothèque municipale.

Activités des seniors

[modifier | modifier le code]

L'absence de relief dans le bourg et la largeur des trottoirs rend plus facile le déplacement des personnes à pied.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Population municipale 2021.
  2. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 3, , p. 489
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée ».
  4. a b et c H. Etienne et J.-C. Limasset, Ressources en charbon de la région Pays-de-la-Loire : Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée, Nantes, BRGM, (lire en ligne [PDF]).
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  6. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  7. « Orthodromie entre Saint-Pierre-la-Cour et Launay-Villiers », sur fr.distance.to (consulté le ).
  8. « Station Météo-France « Launay-Villiers », sur la commune de Launay-Villiers - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Station Météo-France « Launay-Villiers », sur la commune de Launay-Villiers - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  11. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « Unité urbaine 2020 de Saint-Pierre-la-Cour », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. Insee, « Métadonnées de la commune de Saint-Pierre-la-Cour ».
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  17. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  18. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. « Pour son président Claude Le Feuvre : « Le Pays de Loiron a été un véritable challenge » », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  20. Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, cité par Roger Dupuis, "De la Révolution à la Chouannerie", Nouvelle bibliothèque scientifique, Flammarion, 1988,[ (ISBN 2-08-211173-3)]
  21. « Raymonde Descamps, ancien maire, est décédée », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  22. « Ouest-france.fr - Claude Le Feuvre reçoit la Légion d'honneur - Saint-Pierre-la-Cour » (consulté le ).
  23. Ouest-France, « Saint-Pierre-la-Cour. Le maire Claude Le Feuvre est décédé à l’âge de 83 ans », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  24. Réélection 2014 : « Un sixième mandat de maire pour Claude Le Feuvre », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  25. Fred Martin, « Sophie Chauvigné élue maire de Saint-Pierre-la-Cour », Courrier de la Mayenne, (consulté le ).
  26. a et b « Municipales à Saint-Pierre-la-Cour. Premier mandat de maire pour Michel Paillard », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  30. « Statue : Un pape », notice no PM53000672, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  31. « La fiche de l'hippodrome sur le site du Cheval français »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le ).
  32. « ZNIEFF 520014748 - Etang de la forge à Port Brillet », sur inpn.mnhn.fr.

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :