Institut Thomas-More

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Institut Thomas-More
Institut Thomas More.logo.png
Logo de l'Institut Thomas More
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Autres organisations fonctionnant par adhésion volontaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Financement
privé
Siège
Pays
Organisation
Direction
Jean-Thomas Lesueur (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Idéologie
Site web
Identifiants
RNA
SIREN

L’institut Thomas-More est un laboratoire d'idées ou club de réflexion européen et indépendant basé à Bruxelles et Paris fondé en 2004. Il se veut influent dans les domaines concernant les enjeux et le territoire européen, ce dernier étant au centre de leurs préoccupations[1],[2],[3],[4],[5] avec l'économie[6] et la politique étrangère de la France[7].

Présentation[modifier | modifier le code]

Valeurs[modifier | modifier le code]

L’institut Thomas-More est un think tank se réclamant du libéral-conservatisme[8].

Il défend la construction d’une Europe « qui protège et défend les Européens, fière de ses racines, qui favorise l’autonomie et les libertés, et respectueuse du principe de subsidiarité[9],[10]. » Il est attaché à la responsabilité individuelle, à la tradition française de politique familiale, à la reconnaissance du mérite, à la préservation des libertés locales[réf. souhaitée].

Organisation[modifier | modifier le code]

L'institut Thomas-More est actuellement présidé par Christian Boon-Falleur, chef d'entreprise belge et administrateur du groupe international AF Compressors. Jean-Thomas Lesueur en est le délégué général[11].

Son conseil d'administration est composé de 9 membres, dont l'ancien ministre de la Défense français, Charles Millon[12].

L'institut compte par ailleurs 16 chercheurs associés[13].

Son conseil d'orientation est composé de 23 membres, dont Charles Beigbeder, Rémi Brague, ou encore Anne Coffinier, Bérénice Levet, Chantal Delsol, Gérard-François Dumont, Xavier Fontanet, Hervé Mariton, Marwan Lahoud[14], ancien dirigeant d'Airbus impliqué dans des accusations de corruption auxquelles Airbus a du faire face[15],[16],[17],[18],[19], et Salomé Zourabichvili[20], actuelle présidente de la Géorgie.

Objectifs[modifier | modifier le code]

L’institut Thomas-More diffuse auprès de décideurs politiques et économiques ainsi que des médias internationaux des notes, des rapports, des recommandations et des études réalisés par des spécialistes. Il organise des conférences, des rencontres et des séminaires sur ses thèmes d'études, réunit et fait travailler en réseau des personnalités politiques, des chefs d'entreprises, des experts et analystes européens.

Sa charte[21] affiche les valeurs de libertés et responsabilité, dignité de la personne, subsidiarité, économie de marché, de mérite, ainsi que les valeurs universelles qui sont l'héritage commun des pays européens.

Activités[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Rapports, notes, tribunes et articles, édités à un rythme d'environ 45 publications par an ;
  • Des publications originales comme Notes de benchmarking ou la série Des idées pour agir ;
  • La Veille Think tanks hebdomadaire : outil de suivi de l'activité (publications et manifestations) des 100 principaux think tanks à travers le monde.

Publications récentes[modifier | modifier le code]

  • Péril sur l’électricité belge, Jean-Pierre Schaeken Willemaers, Bruxelles, Texquis, 2018[22]
  • L’accord nucléaire iranien, la stratégie américaine et les illusions européennes, Jean-Sylvestre Mongrenier, [23]
  • Quelle politique migratoire pour la France ?, Jean-Thomas Lesueur, [24]
  • La Pologne, acteur géostratégique émergent et puissance européenne, Jean-Sylvestre Mongrenier, [25]
  • Stabiliser le Moyen-Orient : acteurs, menaces, stratégies, Jean-Sylvestre Mongrenier, disponible en anglais, [26]
  • Chine-Afrique : au-delà des intérêts économiques, l’indifférence réciproque, Emmanuel Dubois de Prisque, [27]
  • 2008-2018 : a-t-on retenu les leçons de la crise financière ?, Sébastien Laye, [28]
  • Intelligence artificielle et santé : 10 propositions anti-brouillard pour régulation éclairée, Cyrille Dalmont, [29]
  • Les Migrations de masse, le droit international et le « Pacte mondial » de l’ONU, Jean-Thomas Lesueur, [30]
  • Nigéria, les défis d’une puissance fragile mais incontournable, David Vigneron, [31]
  • Pour une école de la liberté et des responsabilités, [32]
  • La Démocratie en circuit court. Plaidoyer pour la réforme de l’État, la décentralisation et le RIP local, Jean-Thomas Lesueur, [33]
  • Menace jihadiste : les États du golfe de Guinée au pied du mur, Antonin Tisseron, [34]
  • Les Origines économiques du mouvement des « gilets jaunes », Sébastien Laye, [35]
  • Politique française dans le golfe Arabo-persique : une nécessaire clarification, Jean-Sylvestre Mongrenier, [36]
  • Usage et force des symboles dans la stratégie de Daesh : l’exemple du drapeau, Sophie de Peyret, [37]
  • Quelle contribution européenne face aux nouveaux défis de l’immigration ?, [38]
  • Pour une autre politique monétaire • Flexibiliser l’euro et réformer la BCE, Sébastien Laye, [39]
  • Principes, institutions, compétences • Recentrer l’Union européenne, [40]

Manifestations[modifier | modifier le code]

Entre 12 et 15 manifestations sont organisées par an, telles que des rencontres (50 à 80 participants) ou des séminaires, à Paris et Bruxelles[41].

Médias[modifier | modifier le code]

Chaque mois, l'Institut déclare faire un peu plus de 300 passages médias[41] :

L'institut Thomas-More est en 2006, selon Pierre-Emmanuel Moog, l'un des principaux cercles de réflexion français[42].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le JDD, « L'Europe souhaitée par Macron est bien faiblarde et étriquée », sur lejdd.fr (consulté le ).
  2. « L'Ukraine avant les élections présidentielles », sur France Culture (consulté le ).
  3. « Macron accueille Xi et tente d'unifier les Européens face à la Chine », sur Capital.fr, (consulté le ).
  4. La Libre.be, « La transition électrique de l’Union affaiblira son économie », sur lalibre.be (consulté le ).
  5. « Pourquoi l'Europe sera l'épicentre de la prochaine crise », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  6. « Lehman Brothers : "La crise n'a pas été résolue" », sur LExpansion.com, (consulté le ).
  7. « BLOG - Comment la France doit agir dans un Moyen-Orient au bord de la déflagration », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
  8. La-Croix.com, « Des laboratoires d’idées influents », sur La Croix, (consulté le ).
  9. « À propos – Institut Thomas-More », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  10. « Pour une démocratie en "circuit court" », sur Les Echos, (consulté le ).
  11. « Jean-Thomas Lesueur », sur atlantico.fr (consulté le ).
  12. « Conseil d'administration », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  13. « Équipe de recherche », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  14. Il est cité par de nombreuses publications comme étant au centre d'un système de commissions illégales. En Grande Bretagne, le Financial Times publie le 31 janvier 2020, dans un article intitulé "Airbus ran 'massive' bribery' schemes to win orders", une photo de lui avec ce titre: « Marwan Lahoud, qui dirigeait l'organisation de stratégie et de marketing d'Airbus, SMO, une division dédiée à la sécurisation des ventes sur les marchés émergents et au cœur d'un catalogue d'infractions ». En Allemagne, le Handelsblatt a écrit un long article le 10 septembre 2017 sur ces affaires de corruption, et notamment: « Bien que le cas du Kazakhstan soit suffisamment grave, il pourrait y avoir pire à venir alors que les enquêteurs se tournent vers des contrats d'aviation civile avec la Chine et la Turquie. Dans ce dernier cas, M. Lahoud aurait signé 250 millions de dollars de pots-de-vin. Airbus dément les allégations, mais certains disent que le départ soudain de M. Lahoud de la société en février dernier apparaît désormais sous un nouveau jour »
  15. Nicolas Beau, « Kazakhgate, nouvelles perquisitions chez Marwan Lahoud », sur Mondafrique, (consulté le )
  16. (en) « Bribery Scandal(s): Airbus rocked by corruption allegations », sur www.handelsblatt.com (consulté le )
  17. Yann Philippin, « Les 12 millions d’euros d’Airbus pour le premier ministre kazakh », sur Mediapart (consulté le )
  18. martine orange et Yann Philippin, « Le gigantesque scandale de corruption qui menace Airbus », sur Mediapart (consulté le )
  19. Martine Orange et Yann Philippin, « Airbus paye 3,6 milliards d’euros pour solder douze ans de «corruption massive» », sur Mediapart (consulté le )
  20. « Conseil d'orientation », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  21. « Charte de l'institut Thomas-More », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  22. « Péril sur l’électricité belge », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  23. « L’accord nucléaire iranien, la stratégie américaine et les illusions européennes », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  24. « Quelle politique migratoire pour la France ? », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  25. « La Pologne, acteur géostratégique émergent et puissance européenne », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  26. « Stabiliser le Moyen-Orient • Acteurs, menaces, stratégies », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  27. « Chine-Afrique • Au-delà des intérêts économiques, l’indifférence réciproque », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  28. « 2008-2018 • A-t-on retenu les leçons de la crise financière ? », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  29. « Intelligence artificielle et santé • 10 propositions anti-brouillard pour régulation éclairée », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  30. « Les migrations de masse, le droit international et le « Pacte mondial » de l’ONU », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  31. « Nigéria, les défis d’une puissance fragile mais incontournable », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  32. « Pour une école de la liberté et des responsabilités », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  33. « La démocratie en circuit court • Plaidoyer pour la réforme de l’État, la décentralisation et le RIP local », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  34. « Menace jihadiste • Les États du golfe de Guinée au pied du mur », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  35. « Les origines économiques du mouvement des « gilets jaunes » », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  36. « Politique française dans le golfe Arabo-persique • Une nécessaire clarification », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  37. « Usage et force des symboles dans la stratégie de Daesh • L’exemple du drapeau », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  38. « Quelle contribution européenne face aux nouveaux défis de l’immigration ? », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  39. « Pour une autre politique monétaire • Flexibiliser l’euro et réformer la BCE », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  40. « Principes, institutions, compétences • Recentrer l’Union européenne », sur institut-thomas-more.org (consulté le ).
  41. a et b [1]« Rapport d’activité 2019 – Institut Thomas More », sur institut-thomas-more.org, (consulté le ).
  42. Pierre-Emmanuel Moog, Les Clubs de réflexion et d'influence 2006-2007, Group Express Edition, 366 p. (ISBN 2-84343-364-9).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Think tank.

Liens externes[modifier | modifier le code]