Institut Thomas-More

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Institut Thomas-More
Institut Thomas More.logo.png
Situation
Fondation
Type
Siège social
Paris, Bruxelles
Organisation
Idéologie
Site web

Fondé en 2004, l’institut Thomas-More est un laboratoire d'idées ou club de réflexion européen et indépendant basé à Bruxelles et Paris, qui se veut influent pour les domaines concernant les enjeux et le territoire européen.

Présentation[modifier | modifier le code]

Valeurs[modifier | modifier le code]

L’Institut Thomas-More est un think tank se réclamant du libéral-conservatisme.[1] Il défend la construction d’une Europe « qui protège et défend les européens, fière de ses racines, qui favorise l’autonomie et les libertés, et, respectueuse du principe de subsidiarité. »[2]

Objectifs[modifier | modifier le code]

L’institut Thomas-More diffuse auprès de décideurs politiques et économiques ainsi que des médias internationaux des notes, des rapports, des recommandations et des études réalisés par des spécialistes.

Il organise des conférences, des rencontres et des séminaires sur ses thèmes d'études, réunit et fait travailler en réseau des personnalités politiques, des chefs d'entreprises, des experts et analystes européens.

Sa charte[3] affiche les valeurs de libertés et responsabilité, dignité de la personne, subsidiarité, économie de marché, ainsi que les valeurs universelles qui sont l'héritage commun des pays européens.

Il s'assigne trois objectifs concrets :

  • Influencer : L’institut a pour premier objectif d'influencer les centres de décision en Europe, au niveau communautaire comme au niveau international, en agissant dans le cadre strict des valeurs défendues dans sa Charte.
  • Échanger : L'institut met son ambition européenne et son expertise au service des problématiques complexes contemporaines. Il se conçoit comme un lien privilégié d'échanges entre trois mondes qui peinent à se connaître et à œuvrer ensemble : la sphère de la décision publique, le monde de l'entreprise et le monde universitaire et intellectuel.
  • Agir : Pour donner pleinement son sens au principe de subsidiarité auquel il est attaché, pour assurer son rayonnement et accroître toujours sa capacité d'influence et de diffusion, pour pouvoir peser dans les grands débats nationaux, il dispose d'un réseau d'experts et de correspondants dans plusieurs pays d'Europe.

Activités[modifier | modifier le code]

Publications[4][modifier | modifier le code]

  • Rapports, notes, tribunes, notes de benchmarking et articles, édités à un rythme d'environ 45 publications par an ;
  • Des publications originales comme Notes de Benchmarking ou la série Des idées pour agir ;
  • La Veille Think tanks hebdomadaire : outil de suivi de l'activité (publications et manifestations) des 100 principaux think tanks à travers le monde.

Manifestations[4][modifier | modifier le code]

Entre 12 à 15 manifestations sont organisées par an, telles que des rencontres (50 à 80 participants) ou des séminaires de haut niveau (20 à 40 participants), à Paris et Bruxelles.

Médias[4][modifier | modifier le code]

Chaque mois, l'Institut fait un peu plus de 25 passages médias :

  • télévision et radio
  • articles d'opinion
  • internet
  • presse internationale

Programme de recherche[modifier | modifier le code]

L'institut Thomas-More est, selon Pierre-Emmanuelle Moog l'un des principaux cercles de réflexion français[5].

Se voulant pluridisciplinaire, il a développé six programmes de recherche :

  1. Vivre l'Europe : avenir institutionnel et politique de l'Europe, enjeux identitaires, subsidiarité
  2. Enjeux internationaux : relation Chine-Europe, Russie-Europe, lutte contre le terrorisme, Maghreb, Sahel et Afrique de l'Ouest
  3. Immigration et intégration : flux migratoires, démographie, islam
  4. Société et culture : intelligence artificielle, politique familiale, éducation, handicap
  5. Economie et compétitivité : entreprises, territoires, libertés économiques
  6. Institutions et vie politique : subsidiarité et engagement local, société civile, décentralisation, actualité politique française

Organisation[modifier | modifier le code]

L'Institut Thomas-More est actuellement présidé par Christian Boon-Falleur, chef d'entreprise belge et administrateur du groupe international AF Compressors. Jean-Thomas Lesueur en est le délégué général[6].

Son conseil d'administration est composé de 9 membres, dont l'ancien ministre de la Défense, Charles Millon[7].

L'Institut compte par ailleurs, 16 chercheurs associés[8].

Son conseil d'orientation est composé de 18 membres, dont Charles Beigbeder, Rémi Brague, Anne Coffinier, Chantal Delsol, Gérard-François Dumont, Xavier Fontanet, Hervé Mariton et Salomé Zourabichvili.[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La-Croix.com, « Des laboratoires d’idées influents », sur La Croix, (consulté le 10 janvier 2019)
  2. « À propos – Institut Thomas More », sur institut-thomas-more.org (consulté le 21 décembre 2018)
  3. « Charte de l'Institut Thomas More », sur institut-thomas-more.org (consulté le 10 janvier 2019)
  4. a b et c « Rapport d’activité 2017 – Institut Thomas More », sur institut-thomas-more.org (consulté le 21 décembre 2018)
  5. Pierre-Emmanuelle Moog, Les Clubs de réflexion et d'influence 2006-2007, Group Express Edition, 366 p. (ISBN 2-84343-364-9).
  6. « Jean-Thomas Lesueur | Atlantico.fr », sur www.atlantico.fr (consulté le 10 janvier 2019)
  7. « Conseil d'administration » (consulté le 10 janvier 2019)
  8. « Équipe de recherche » (consulté le 10 janvier 2019)
  9. « Conseil d'orientation » (consulté le 10 janvier 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Think tank.

Lien externe[modifier | modifier le code]