Institut Thomas-More

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Institut Thomas-More
Image illustrative de l'article Institut Thomas-More

Histoire
Création 2004
Budget
Caractéristiques
Personnes-clés Charles Millon
Jean-Thomas Lesueur
Siège Paris
Site web Institut-thomas-more.org

Fondé en 2004, l’institut Thomas-More est un laboratoire d'idées ou club de réflexion européen et indépendant basé à Bruxelles et Paris, qui se veut influent pour les domaines concernant les enjeux et le territoire européen.

Présentation[modifier | modifier le code]

Valeurs[modifier | modifier le code]

« L’Europe, notre seule frontière » est la devise de l'institut qui promeut une Europe politique unie et ambitieuse, respectueuse du principe de subsidiarité, dynamique et performante, puissante, solidaire et attentive au monde, fière de ses racines, sûre de ses cultures.

Objectifs[modifier | modifier le code]

L’institut Thomas-More diffuse auprès de décideurs politiques et économiques ainsi que des médias internationaux des notes, des rapports, des recommandations et des études réalisés par des spécialistes.

Il organise des conférences, des rencontres et des séminaires sur ses thèmes d'études, réunit et fait travailler en réseau des personnalités politiques, des chefs d'entreprises, des experts et analystes européens.

Sa charte affiche les valeurs de libertés et responsabilité, dignité de la personne, subsidiarité, économie de marché, ainsi que les valeurs universelles qui sont l'héritage commun des pays européens.

Il s'assigne trois objectifs concrets :

  • Influencer : L’institut a pour premier objectif d'influencer les centres de décision en Europe, au niveau communautaire comme au niveau international, en agissant dans le cadre strict des valeurs défendues dans sa Charte.
  • Échanger : L'institut met son ambition européenne et son expertise au service des problématiques complexes contemporaines. Il se conçoit comme un lien privilégié d'échanges entre trois mondes qui peinent à se connaître et à œuvrer ensemble : la sphère de la décision publique, le monde de l'entreprise et le monde universitaire et intellectuel.
  • Agir : Pour donner pleinement son sens au principe de subsidiarité auquel il est attaché, pour assurer son rayonnement et accroître toujours sa capacité d'influence et de diffusion, pour pouvoir peser dans les grands débats nationaux, il dispose d'un réseau d'experts et de correspondants dans plusieurs pays d'Europe.

Activités[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Rapports, notes, tribunes, working papers, notes de benchmarking et articles, édités à un rythme d'environ 90 publications par an ;
  • Des publications originales comme Notes de Benchmarking ou la série Des idées pour agir ;
  • Des outils originaux de suivi des politiques publiques comme le Baromètre des réformes de Nicolas Sarkozy ou encore Baromètre de la présidence française de l'Union européenne ;
  • La Veille Think tanks hebdomadaire : outils de suivi de l'activité (publications et manifestations) des 100 principaux think tanks à travers le monde.

Manifestations[modifier | modifier le code]

12 à 15 manifestations sont organisées par an, telles que des rencontres (50 à 80 participants) ou des séminaires (20 à 40 participants), à Paris et Bruxelles.

Parmi les principaux contributeurs, habitués ou exceptionnels, figurent Aymeric Chauprade, Gérard-François Dumont, Stéphane Buffetaut, Sabine Herold, Philippe Nemo, Alain Bentolila, Philippe Bénéton, Chantal Delsol, János Martonyi, Michel Prigent, Rémi Brague, Jean-François Colosimo, Jean-François Mattéi, Hubert Védrine, Yannick Mireur, Louis Giscard d'Estaing, Thierry Mariani, Aymeri de Montesquiou, Hervé Morin, Valérie Pécresse, Charles-Ferdinand Nothomb, Sylvie Goulard, Joachim Bitterlich, Alain Lamassoure, Jean-Hervé Lorenzi, Patrick Stefanini, Jean-Louis Bourlanges, Dominique Baudis, François Huguenin, Éric Dupin, Dominique Nora, Alain Finkielkraut...

Médias[modifier | modifier le code]

15 à 20 interventions et retombées presse par mois : tous médias : télévision, radio, presse écrite, Internet, presse internationale

Des partenariats presse: avec notamment Le Figaro et La Tribune en France, permettant la diffusion régulière d'articles d'opinion

L’institut Thomas-More est associé à EurActiv France.

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Les grands thèmes abordés par l'institut sont l'Europe, ses relations transatlantiques ou avec la Russie, les aides au développement à destination de l'Afrique, la géopolitique, l'éducation et la culture, la fiscalité, la démographie, l'écologie, et enfin l'immigration.

Ses positions sur l'Europe sont en faveur d'une unité européenne en tant que « civilisation » (identité européenne) face aux défis de la mondialisation, au travers du modèle de la Fédération - l'Union Européenne, qui concilie les impératifs de l’unité et de la diversité, et selon le principe de la subsidiarité.

L'institut se veut attaché aux institutions de la Ve République et régalien, avec une inspiration gaulliste et conservatrice.

Par ses positions sur la fiscalité et les libertés individuelles, il se montre libéral[1].

Bien que n'ayant pas vocation à soutenir un candidat, l'institut Thomas est « clairement ancré à droite ». Selon Jean-Thomas Lesueur, délégué général, les membres de l'institut sont « proches du centre droit et de la droite libérale »[2].

Programme de recherche[modifier | modifier le code]

L'institut Thomas-More est, selon Pierre-Emmanuelle Moog l'un des principaux cercles de réflexion français[3].

Se voulant pluridisciplinaire, il a développé six thèmes de recherche :

  1. Politique européenne
  2. Énergie, climat et environnement
  3. Enjeux économique
  4. Enjeux sociétaux
  5. Enjeux géopolitique
  6. Mondes en développement

Organisation[modifier | modifier le code]

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le conseil d'administration est actuellement composé de (par ordre alphabétique) :

Nom Fonctions Références
Christian Boon-Faleur Président Il a accompli l’essentiel de sa carrière au sein de la holding Ackermans & Van Haaren (1972–2000), devenu indépendant depuis 2000, il exerce différents mandats d'administrateur de sociétés et d’associations. Il est en particulier administrateur exécutif du groupe international Ateliers François
Stéphane Buffetaut Administrateur Directeur des relations avec les institutions européennes du groupe Veolia environnement et est membre du Comité économique et social européen (CESE) où depuis 2002, il préside la section Transport, énergie, infrastructure, société de l’information.
Enguerrand Delannoyr Administrateur Conseiller parlementaire du rapporteur général du budget à l’Assemblée nationale, il travaille depuis dans un cabinet ministériel. Il est ancien auditeur jeune à l’Institut des hautes études de la Défense nationale (IHEDN)
Daniel Durca Vice-président Président de la Compagnie financière de Paris (holding des banques du groupe Axa), et président de conseil de surveillance de la banque Worms.
Georges van Erck Administrateur Fondateur de « Montaigu Finance », société de conseil financier basée à Bruxelles. Il est par ailleurs conseiller de la firme d’investissement KKR à Londres et administrateur de l’Union bancaire privée à Genève.
Robert Gillespie of Blackhall Administrateur Gérant de La Rémige SARL (maison d’édition et de conseil). Président d’associations britanniques en France, et auteur en 2009 de Machiavelli and The Mayflower, ouvrage traitant d'un modèle politique et religieux des comportements nationaux en Europe.
Marwan Lahoud Administrateur À la création d’EADS, il est nommé Senior vice-président Mergers and Acquisitions, et chargé des opérations de fusion-acquisition d’EADS, comme la création de la société Airbus, de MBDA, d’Astrium et d’EDNS.
En 2003 il devient CEO de MBDA Missile Systems. En juin 2007, il est nommé directeur général d'EADS chargé du marketing, de l'international et de la stratégie.
Michael von Liechtenstein Administrateur Administrateur de la société Biopharma Invest et président de la société Industrie und Finanzkontor.
Christiane de Livonnière vice-présidente Elle dirige aussi d'Intelstrat (cabinet de conseil en stratégie, fondé en 2002, qui cible les secteurs des ressources naturelles, les métiers de l'environnement et les énergies renouvelables). Elle a par ailleurs participé à la rédaction de plusieurs ouvrages.
Philippe Maze-Sencier Administrateur En 2001, il rejoint le bureau parisien de la société de conseil en affaires publiques « APCO Worldwide » puis son siège européen à Bruxelles. Il passe ensuite près de 2 ans chez EADS, puis dirige le bureau parisien d’APCO. Il est aussi cofondateur de l’association proEuropa.
Charles Millon Ex-ministre de la Défense (1995-1997) ; maire de Belley (de 1977 à 2001), il a été président du conseil régional de Rhône-Alpes (1988-1999). De 2003 à 2007, il a été ambassadeur de France auprès de la FAO à Rome
Amaury Nardone Administrateur Avocat au Barreau de Lyon, associé au Cabinet Delsol & associés, il est responsable du département « Droit des sociétés/Fusion-acquisition »
Philippe de Nouël Administrateur Il travaille depuis plus de 20 ans dans le domaine de la gestion d'actifs, comme responsable commercial auprès d'institutionnels européens. Il a participé à la création d’un fonds de microcrédit en partenariat avec la CNUCED (Nations unies).
Pascal de Roubaix vice-président Cadre dans une société financière anversoise, il est élu député au parlement belge (1981) ; Il est éditorialiste pour Le Courrier de la Bourse de 1981 à 2004 ; Depuis 1987 il est consultant dans le secteur des ressources humaines et fonde son bureau en 1999 (www.criterium.be) ; il initie, avec Charles Millon et Christiane de Livonnière, la création de l’institut Thomas-More. En 2008 il fonde « Le Beffroi » mouvement politique[4]. Il a publié en 2009 un recueil de réflexions politiques : Mes sentiers de Liberté.
Amiral (er) Charles Thibaut de Maisières Administrateur Ancien directeur des opérations de l'état-Major de la Marine belge, chef de cabinet du chef d'état-major des armées, commandant de la Flotte et « Amiral Benelux » ; Adjoint et représentant militaire de la Belgique à l’UEO et à l’Union européenne. Il a été en outre aide de camp du Roi Baudouin Ier (1978-1993), puis du roi Albert II (1993-2000).

Délégué général[modifier | modifier le code]

  • Jean-Thomas Lesueur
Il a participé à la création de l'institut Thomas-More en 2004. D'abord directeur des études, il est devenu délégué général en 2007. Ses travaux portent sur les questions politiques liées aux enjeux institutionnels et identitaires européens et l'analyse de la vie politique française.

Chercheurs et domaines d'expertise[modifier | modifier le code]

  • Denys Aguettant
    • Réforme de l’État en Afrique francophone
    • Développement territorial et décentralisation des pays africains
    • Sahel
  • Jean-Baptiste Buffet
    • Processus de Barcelone, Union pour la Méditerranée (UPM)
    • Euro-Méditerranée, Relations euro-arabes
    • Politique de coopération au développement
    • Sécurité énergétique européenne
    • Villes et collectivités locales dans la gouvernance mondiale
  • Gérard Dussillol
    • Investissement et gestion d'actifs
    • Marchés financiers, régulation financière
    • Finances publiques
  • Paul Goldschmidt
    • Avenir institutionnel et politique de l'Union européenne
    • Politique économique, régulation et supervision financière
    • Éthique et finance
    • Développements politiques et économiques en Belgique
  • Jean-Sylvestre Mongrenier
    • OTAN, défense européenne
    • Europe/Eurasie, Russie/Europe
    • Géopolitique de l'énergie en Europe
    • Politique européenne de voisinage (Est européen et Bassin méditerranéen)
  • Marc Nabeth
    • Assurance, microassurance, bancassurance
    • Géopolitique et économie du développement
    • Politique européenne de voisinage (Est européen et Bassin méditerranéen)
  • Patrick Sevaistre
    • Développement économique des pays africains
    • Stratégies de compétitivité des pays africains
    • Politiques d'appui au développement du secteur privé en Afrique
    • Promotion des Partenariats public-privé (PPP) en Afrique
  • Antonin Tisseron
    • Doctrines militaires, modernisation des forces armées, contre-insurrection
    • Lutte contre le terrorisme dans la zone Maghreb Sahel, questions de sécurité en Afrique
    • Enjeux de la défense européenne
  • Michel Vaté
    • Économie du risque
    • Assurance pour le développement
    • Calculs économiques, modèles décisionnels, économétrie de la prévision
  • Laurent Vinatier
    • Russie, Ukraine, Caucase
    • Énergie
    • Turquie, Asie centrale
    • Islamisme, conflits armés, terrorisme, Peace-building

Membres et effectifs[modifier | modifier le code]

Les membres sont d’abord « celui des affaires, au sein duquel les PME et entreprises familiales sont très présentes contrairement à l’Institut Montaigne »[5]. Ensuite, les membres proviennent des univers politiques belges et français, comme Charles Millon et Stéphane Buffetaut, et enfin les milieux intellectuels et universitaires, tel que Jean-François Mattéi, Denis Tillinac.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marina Bellot, « Le vrai bilan des réformes Sarkozy »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017), Marianne2, samedi 12 juillet 2008.
  2. Jean Thomas Lesueur, « L’identité européenne » comme cœur de recherche, l’Hémicycle.
  3. Pierre-Emmanuelle Moog, Les Clubs de réflexion et d'influence 2006-2007, Group Express Edition, 366 p. (ISBN 2-84343-364-9).
  4. « Site Le Beffroi. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017)
  5. « L’identité européenne » comme cœur de recherche.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Think tank.

Lien externe[modifier | modifier le code]