Gaspard Koenig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Koenig.
Gaspard Koenig
Gaspard Koenig (cropped).jpg
Gaspard Koenig le .
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Père
Autres informations
A travaillé pour
Site web

Gaspard Koenig, né en , est un essayiste français.

Auteur de nombreux essais et romans, il est président du laboratoire d'idées GenerationLibre[1] qu’il a lancé en 2013. Il défend le libéralisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaspard Koenig est le fils de Jean-Louis Hue, ancien directeur de la rédaction du Magazine littéraire, et de la critique littéraire Anne-Marie Koenig. Après une scolarité au lycée Henri-IV, Gaspard Koenig est admis à l'École normale supérieure de Lyon en 2002[2], effectue une année d'échange universitaire à l'université Columbia, puis obtient l'agrégation de philosophie en 2004[3].

Il travaille d’abord sur l’œuvre de Gilles Deleuze[4] et s’intéresse aux questions épistémologiques. Il découvre la philosophie libérale française à l’occasion d’une année d’études à l’université Columbia (New York).

Il commence sa carrière professionnelle en enseignant la philosophie comme ATER à l'université de Lille III. Il travaille ensuite pendant deux ans comme plume au cabinet de Christine Lagarde, ministre de l'Économie[5]. En 2009, il rejoint la Banque européenne de restructuration et de développement (BERD) à Londres, où il s’occupe d’affaires institutionnelles (notamment l’expansion de la BERD aux pays du pourtour méditerranéen suite aux Printemps arabes).

En juin 2012, il a fait campagne dans la 3e circonscription des Français de l'Étranger (Europe-Nord) sous l'étiquette du Parti libéral démocrate. À l'issue du premier tour, il termine en 6e position, avec 4,40 % des voix.

Il quitte la fonction publique en 2013 pour fonder le think-tank GenerationLibre. Il partage depuis sa vie entre Londres et Paris.

Il poursuit ses activités d’enseignant, en donnant un cours sur la philosophie libérale à Sciences-Po Paris, et en publiant une newsletter ayant pour vocation de décrypter l’actualité à travers les yeux des grands auteurs (« Time To Philo »[6]).

Il tient une chronique hebdomadaire dans Les Échos. Il a également entrepris depuis 2016 une longue série de reportages sur « Les aventuriers de la liberté » dans le monde pour le magazine Le Point, où il part à la rencontre, par exemple, des hackers berlinois, des dissidents chinois, des libertariens américains ou des entrepreneurs rwandais.

Il est membre de la promotion 2017 des « Young Leaders » de la French-American Foundation[7].

Depuis 2018, il enseigne la philosophie et la culture générale à Skema Business School[8].

Think-tank GenerationLibre[modifier | modifier le code]

GenerationLibre est un think-tank fondé en 2013 par Gaspard Koenig, qui défend une sorte de « jacobinisme libéral »[9]. Ce think-tank défend notamment une certaine forme de revenu universel[9].

Conception du libéralisme[modifier | modifier le code]

Dans le débat public français, Gaspard Koenig défend un libéralisme classique, inspiré des révolutionnaires français, où l'État occupe une place centrale, qui se présente comme moyen de « libérer » l’individu de ses tutelles (privilèges[10], corporations…). Ce « jacobinisme libéral » est théorisé dans Le Révolutionnaire, l'Expert et le Geek.

Accordant une place prédominante à la liberté individuelle, mais ne voulant pas abandonner un rôle social dévolu à l'État, il se rapproche du mouvement américain des « bleeding heart libertarians »[11] (« libertariens avec le cœur sur la main ») qui donne comme fonction à la collectivité de garantir à l’individu non seulement la liberté de ses choix, mais également les moyens de les effectuer (via l’éducation ou le revenu universel par exemple). Ainsi vient se substituer à l’idée libérale classique de liberté négative celle d’autonomie personnelle.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Romancier[modifier | modifier le code]

Le premier livre publié par Gaspard Koenig est un roman, Octave avait vingt ans, que Josyane Savigneau du Monde qualifie de « roman très drôle et assez méchant, où la critique sociale n'est jamais aigre, plutôt désopilante[12] », qui avait été retenu sur la première sélection du prix Goncourt 2004[13] et reçu le prix Jean-Freustié 2005. Gaspard Koenig continue depuis de publier régulièrement des romans, dont le plus récent, Kidnapping, décrit l’existence d’une Roumaine partie travailler comme nounou à Londres.

Acteur[modifier | modifier le code]

Gaspard Koenig a été remarqué pour sa ressemblance avec Ted Kennedy, et incarne ce personnage (comme figurant) dans le long-métrage Jackie (2016) de Pablo Larrain[14].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Octave avait vingt ans, roman, Grasset, 2004
  • Un baiser à la russe, roman, Grasset, 2006
  • Les discrètes vertus de la corruption, essai, Grasset, 2009
  • Leçons de conduite, essai, Grasset, 2011[15]
  • La nuit de la faillite, roman, Grasset, 2013[16]
  • Leçons sur la philosophie de Gilles Deleuze, Ellipses, 2013
  • Liber, un revenu de liberté pour tous, avec Marc de Basquiat, essai, Editions de l'onde, 2015
  • Le révolutionnaire, l'expert et le geek, Plon, 2015[17]
  • Kidnapping, roman, Grasset, 2016
  • Les Aventuriers de la Liberté, Plon, 2016[18]
  • Time to Philo, Larousse, 2017
  • Voyages d'un philosophe aux pays des libertés, Editions de l'observatoire, 2018

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « GL Think-tank »
  2. « Arrêté du 7 avril 2003 portant nomination d'élèves à l'École normale supérieure lettres et sciences humaines (ex-Fontenay - Saint-Cloud localisée à Lyon) », Journal officiel, 16 mai 2003.
  3. « À l'ombre de Proust », L'Express, 30 août 2004.
  4. KOENIG Gaspard, Auteur de Leçons sur la philosophie de Gilles Deleuze, Ellipses,
  5. « La “plume” de Bercy fait l’éloge de la corruption », Mediapart, 10 décembre 2009.
  6. « Time To Philo », sur Time To Philo (consulté le 28 mars 2017)
  7. « Gaspard Koenig – Accueil – French American Foundation France », sur french-american.org (consulté le 8 avril 2018)
  8. Juliette Durand, « Gaspard Koenig donnera des cours de philosophie à SKEMA dès la rentrée prochaine - Business Cool », Business Cool,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juillet 2018)
  9. a et b « Gaspard Kœnig, électron libéral », sur Marianne.net
  10. « « Pour l’abolition des privilèges » », Revue Dirigeant N°114,‎ (lire en ligne)
  11. « Les libéraux aussi doivent se réformer », Libération,‎ (lire en ligne)
  12. Josyane Savigneau, « Au bonheur des découvertes », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  13. « L'édition française », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. Gaspard Koening, « Comment je suis devenu un Kennedy », Vanity Fair n° 43, février 2017, pages 84-89.
  15. « « Comment libéraliser le permis de conduire » », Le Point,‎ (www.lepoint.fr/invites-du-point/gaspard-koenig/gaspard-koenig-comment-liberaliser-le-permis-de-conduire-09-04-2014-1811280_2002.php)
  16. « « La folle nuit où la France a fait faillite » », L'Opinion,‎ (www.lopinion.fr/10-juin-2013/gaspard-koenig-folle-nuit-france-a-fait-faillite-888)
  17. Le révolutionnaire , l'expert et le geek, Plon.
  18. « « Une plongée dans les laboratoires de la liberté » », Les Echos,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :