Ultralibéralisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme d’ultralibéralisme (ou d’ultra-libéralisme) est un terme polémique[1] et polysémique (tout comme le « néolibéralisme »[2]), qui est employé comme slogan politique pour désigner de manière péjorative le libéralisme lorsqu'il prône la déréglementation des marchés et la disparition progressive, partielle ou totale, des services publics au profit du secteur privé[3]. Selon ses adversaires, l'application de ses principes accroît les inégalités, déstabilise le tissu social et pille les ressources naturelles.

Il n'existe aucune école de pensée ni aucun groupe qui se désigne lui-même par la qualification d'ultralibéral. Il n'y a pas non plus de consensus entre les utilisateurs du terme, sur une définition qui permettrait de distinguer l’« ultralibéralisme » du libéralisme classique : ce que ses détracteurs nomment « ultralibéralisme » est généralement appelé par ses partisans « libéralisme » ou simplement « économie de marché ». Le terme d'ultralibéralisme est donc réfuté par certains analystes (cf. infra) et par les libéraux qui y voient une « notion [qui] n’a pas de sens rationnel, [...] un mot qui sert à désigner l'ennemi[4] ».

Historiquement, le terme ultralibéralisme désignait les idées des partisans de la République libérale sous la Restauration française[5].

Origines du terme et définition[modifier | modifier le code]

Sens premier[modifier | modifier le code]

Le terme est apparu initialement lors de la Restauration en France pour caractériser les partisans « extrémistes » d'une république libérale, opposés à la monarchie et au Parti de l'ordre. On retrouve par exemple le terme sous la plume de Stendhal en 1832 dans ses Souvenirs d'égotisme[6] ou de Prosper Mérimée en 1870[7].

Sens contemporain[modifier | modifier le code]

Le terme a été à nouveau utilisé à partir des années 1960-1970 dans la langue française ; il est « entré dans le vocabulaire polémique[5] » pour caractériser un système économique jugé néfaste qui prônerait « le libéralisme absolu, encourageant l'économie de marché et l'entreprise privée[8] ».

Utilisation contemporaine du terme[modifier | modifier le code]

Le terme « ultra-libéralisme » serait synonyme, pour certains de ses contempteurs, de libéralisme économique financiarisé et de libre-échange.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Certains auteurs ont utilisé le terme pour caractériser des penseurs ou économistes, en donnant au terme une acception proche de celle de libertarianisme[9]. Le terme « libertarianisme » étant cependant un néologisme, l'utilisation du terme « ultra-libéralisme » dans le sens courant s'en trouve ainsi partiellement expliqué[réf. nécessaire].

Selon Marie Cuillerai, l'ultra-libéralisme économique se fonde sur « l'absence de régulation économique de l'État »[10]. Pour Daniel Cardot, l'ultra-libéralisme place la liberté individuelle au-dessus de tout, tout ce qui concourt à la limiter réduisant le bien-être général[11].

Le philosophe Francisco Vergara, dans son ouvrage Les Fondements philosophiques du libéralisme[12], distingue les prélibéraux, les libéraux classiques et les ultra-libéraux. Il classe parmi les plus célèbres représentants de l'ultra-libéralisme Frédéric Bastiat pour le XIXe siècle, Milton Friedman et Friedrich Hayek pour le XXe siècle, qui « n'adhèrent pas au même projet de société que les libéraux classiques » : « Dans leurs écrits, M. Friedman et F. Hayek sont allés jusqu'à proposer la privatisation de la monnaie, c'est-à-dire que chaque entreprise ait le droit d'émettre du papier monnaie. Dans leur projet de société ces auteurs accordent un domaine extrêmement large à la liberté de l'individu et des entreprises et un rôle exigu à l'action collective et au règlement. Les ultralibéraux tendent à refuser presque tout rôle à l'autorité publique, non seulement dans l'économie proprement dite, mais encore dans l'éducation, la santé et même dans les infrastructures collectives, fonction de l'État que les plus réputés des libéraux classiques souhaitaient élever au niveau d'une véritable science appliquée. ».

D'après le sociologue Daniel Mercure, l'« ultra-libéralisme » trouve ses origines au sein de l'école économique autrichienne, notamment chez Ludwig von Mises et Friedrich Hayek. Il considère qu'au milieu des années 1970, « des penseurs ultralibéraux comme Murray Rothbard et David Friedman s'employèrent à prouver la validité sociale d'une idéologie fondée sur le retour au laisser-faire intégral[13] ». Selon l'auteur, ce discours a inspiré les politiques économiques menées dans les années 1970-1980 en Grande-Bretagne — le thatchérisme — et aux États-Unis — le reaganisme —, avant de conduire à la déréglementation des marchés financiers et à la ratification de plusieurs traités de libre-échange. Le journaliste au Monde diplomatique et écrivain Serge Halimi adopte le même point de vue : « le penseur ultralibéral Friedrich Hayek [...] attendit plus de trente ans avant que des dirigeants politiques de premier plan (Mme Thatcher, Reagan, Augusto Pinochet) se trouvent en position de traduire ses analyses en actes[14] ».

Dans le langage courant[modifier | modifier le code]

Le terme est d'un usage courant dans le langage politique, dans tous les partis, pour critiquer les orientations d'une politique : en septembre 2007, Ségolène Royal a ainsi accusé Nicolas Sarkozy de mener une politique « ultralibérale »[15]. Nicolas Sarkozy a déclaré en conseil des ministres qu'il entendait mener sa politique industrielle « sans se laisser impressionner par les ultra-libéraux », d'après le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez[16]. Marie-George Buffet considère que le Medef propose un « programme économique et social ultra-libéral »[17] tandis que, pour le Parti socialiste, le programme de François Bayrou est « centré sur l'ultra-libéralisme »[18]. À l’automne 2005, Alain Soral rejoint le Front national qu’il définit alors « comme étant le seul parti qui lutte efficacement contre la déferlante capitaliste et ultralibérale[19] ». Pour d'autres encore, une partie du PS est ultra-libéral[20].

Il n'y a donc pas d'unanimité dans le discours politique pour situer l'ultra-libéralisme. Lors du référendum européen de 2005, la lutte contre l'ultralibéralisme a été revendiquée par les partisans du oui et du non : selon François Bayrou, l'ultra-libéralisme du Traité établissant une Constitution pour l'Europe a été l'une des causes de la victoire du non au référendum français de 2005[21]. À l'inverse, Ernest-Antoine Seillière, ancien président du MEDEF, estime que le texte de la constitution se distinguait de l'ultra-libéralisme, qui « ne se préoccupe guère que de progrès économique et de compétitivité et n'a pas le même degré d'attention et de réglementation en ce qui concerne les transferts pour la solidarité »[22]. Pour Jean-Marie Le Pen, Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal ou François Bayrou se sont fait les partisans de l'ultra-libéralisme en appelant à voter oui au référendum[23].

L'emploi du terme est également courant au sein du courant altermondialiste. L'association Minga, partisane du commerce équitable, plaide pour une « démarche alternative au commerce ultralibéral[24] ». L'organisation ATTAC a qualifié la directive Bolkestein de « projet ultra-libéral[25] ». Quant à José Bové, il affirmait en 1999 : « Ces dernières années, la société a retrouvé le goût de la lutte et de la résistance active contre l’horreur ultralibérale[26] ».

Critiques et réfutations du terme[modifier | modifier le code]

Aucun économiste ou philosophe ne s'est jamais revendiqué de l'« ultralibéralisme », à l'inverse du néo-libéralisme qui était initialement un terme proposé dans les années 1930 en France, en particulier lors du Colloque Walter Lippmann, mais qui, par la suite, acquit également une connotation péjorative, étant essentiellement utilisé par les anti-libéraux. Le terme même d'ultralibéralisme est réfuté par certains analystes et par les libéraux. Ces derniers réfutent toute légitimité à ce terme et le considèrent comme un terme péjoratif et caricatural destiné à dénigrer le libéralisme[27].

Il faut aussi noter[évasif] qu'historiquement, la première acception du terme « ultralibéral » a été elle aussi réfutée par des auteurs qui n'y voyaient qu'un terme repoussoir destiné à discréditer la partie adverse. Ainsi, Édouard Laboulaye, écrivait-il au XIXe siècle à propos de ceux qui s'opposent à la liberté de l'enseignement, « oppose-t-on à ces doctrinaires de la République que du même coup ils tueront la liberté ? Ils ont une réponse toute prête. Ceux qui demandent la liberté d'enseignement sont des ultralibéraux, des utopistes, des rêveurs »[28].

La critique du terme « ultra » se développe sur les axes suivants[réf. nécessaire] :

  • réfutation du concept proprement dit : le libéralisme serait par nature pondéré, raisonnable et tolérant, le concept d'ultra-libéralisme est donc en soi contradictoire ;
  • réfutation de forme : parler d'ultra-libéralisme ne serait qu'une manœuvre rhétorique intellectuellement malhonnête, qui tient de l'homme de paille et du terrorisme intellectuel (diabolisation), cherchant à déconsidérer le libéralisme en s'attaquant à un (prétendu) ultra-libéralisme et à son (prétendu) totalitarisme ;
  • déconstruction et retour à l'envoyeur du discours anti-ultralibéralisme : ceux qui adoptent un tel discours ne seraient en fait que des ultra-antilibéraux, fanatiques et délirants, imperméables aux faits, adeptes des théories du complot, totalitaires...
  • enfin, on trouve sur un quatrième axe des anti-libéraux revendiqués, qui considèrent qu'il faut simplement et franchement viser le libéralisme au lieu d'user d'épithètes abstraits et de concepts fumeux.

Une contradiction sémantique[modifier | modifier le code]

La première critique se trouve principalement sous des plumes libérales[réf. nécessaire]. Ainsi de Pascal Salin, pour qui il est impossible de diviser en « avancé », « social » ou « ultra » le libéralisme, car il n'est jamais « hémiplégique[29] ». Ou Guy Sorman, pour qui la façon de penser libérale privilégie le raisonnable, à l'opposé de tout absolutisme et que c'est plus un excès de relativisme qu'un aspect « ultra » que l'on pourrait reprocher aux libéraux[30].

Une manœuvre politique[modifier | modifier le code]

La seconde critique est présente chez Salin[31], Sorman[30], mais également sous des plumes non libérales. Ainsi le philosophe et politologue Pierre-André Taguieff[32] a dénoncé l'utilisation des termes « ultra-libéralisme » et « néo-libéralisme », et plus généralement l'utilisation d'un vocabulaire qui s'apparente à du terrorisme intellectuel destiné à discréditer et à « excommunier » ceux qui sont visés par ces qualificatifs[33]. Selon Taguieff, « ultra-libéral » et « néo-libéral » sont utilisés aux mêmes fins que « passéiste », « réactionnaire » ou « xénophobe » pour inventer un ennemi et lancer une « chasse aux sorcières »[34]. Il considère que cette attitude est propre à la gauche culturelle et que la gauche politique s'est en partie émancipée de cette attitude[35]. Pour The Economist, il s'agit d'un terme utilisé pour faire peur et créer de la « panique »[36]. Hervé Morin, président du Nouveau Centre, dénonce le recours au terme pour discréditer son adversaire en politique et juge cette méthode « préoccupante ». Ainsi, dans une tribune du 14 mars 2008, il écrit : « Il est très préoccupant pour notre pays de constater que plus personne ne semble pouvoir revendiquer la liberté d'entreprendre sans être aussitôt qualifié d’"ultralibéral", formule qui est une sorte d’équivalent du cynisme absolu ! »[37].

Dans le même axe de critique, on rappelle aux anti-ultralibéraux que leurs têtes de turcs préférées comme Hayek et d'autres ont souvent écrit l'exact contraire de ce qu'ils leur attribuent comme idées ; par exemple, loin de vouloir détruire l'État et réduire l'action collective au strict minimum, comme l'affirme Vergara cité plus haut, Hayek charge l'État de fournir des biens collectifs et un revenu universel, et insiste sur l'importance des « associations volontaires »[38]. En fait, il s'agit avant tout de ne pas privilégier un groupe aux dépens d'un autre ans la société, et de toujours augmenter le plus possible les chances et les opportunités de tous[39].

La théorie du complot[modifier | modifier le code]

Pour la troisième forme de critique, les auteurs libéraux sont une nouvelle fois en pointe. En effet, pour Salin, utiliser le mot ultra-libéral(isme) caractérise « ceux qu'on devrait être tenté d'appeler les « ultra-social-démocrates » ou les « ultra-centristes »[40] ». Alain Wolfelsperger, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, va plus loin dans la déconstruction du langage des « ultra-antilibéraux » [38]. Il note le « conspirationnisme » et le catastrophisme de leurs discours, et explique le premier élément par leur inaptitude à imaginer que la diffusion du libéralisme économique pourrait avoir quelque chose à voir avec des succès pragmatiques. Puisque le phénomène ne relève pour eux que de la dynamiques des idées sous l'influence d'un « immense réseau » de « fanatiques conspirateurs » qui diffusent un « virus » mortel, ils tentent de répondre par ces mêmes moyens (d'où l'apparition d'ATTAC et de sa déclinaison mondiale). En résumé, les ultra-antilibéraux développent, à des fins tactiques (car il est douteux qu'ils croient eux-mêmes à de tels délires), un « style paranoïde », comme le maccarthysme pour affronter le libéralisme qu'ils « fantasment ».

Un terme abstrait[modifier | modifier le code]

Enfin, pour le dernier axe de critique, il serait opportun de citer le journal de gauche Le Plan B, qui critique l'usage du terme en le considérant comme abstrait. Dans son numéro de février-mars 2007, on peut ainsi lire : « En tonnant contre l'"ultralibéralisme" sans en désigner les architectes, la gauche de gauche donne des coups d'épée dans l'eau. » Le journal rapporte également les propos d'un syndicaliste italien tenus à Marie-George Buffet : « Mais, Marie-George, pourquoi “contre l'ultralibéralisme” ? On ne peut pas dire “contre le libéralisme”, ça suffit ?! »[41]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon le Dictionnaire culturel de la langue française d'Alain Rey, le terme fait partie du « vocabulaire polémique »
  2. Taguieff, ibid, p. 70.
  3. Fernand Braudel, La dynamique du capitalisme, Paris, Arthaud, 1985, (ISBN 2080811924).
  4. Agression contre le « Jury Salin », Le Québécois libre, .
  5. a et b Dictionnaire culturel de la langue française, article ultralibéral
  6. « Son frère, bien plus jésuite (par le cœur et la conduite) quoique ultra libéral comme l'autre, devint préfet de Vesoul en 1830 » - cf.Trésor de la Langue Française.
  7. « Peut-être à l'excitation ultralibérale (...) succédera un dégoût profond du parlementarisme, comme il est arrivé en 1849 » (MÉRIMÉE, Lettres Panizzi, t. 2, 1870, p. 402 - cf.Trésor de la Langue Française.
  8. Article « ultralibéralisme » dans Le Petit Robert
  9. Jules Gazon, Ni chômage, ni assistance. Du choix éthique à la faisabilité économique, L'Harmattan, 2007, p. 118.
  10. La Communauté monétaire. Prolégomènes à une philosophie de l'argent, L'Harmattan, 2001, p. 97.
  11. Daniel Cardot, « L'ultralibéralisme existe-t-il ? », Alternatives économiques, hors-série, no 51, janvier 2002.
  12. Éditions La Découverte, 2002. Publié à l'origine sous le titre : Introduction aux fondements philosophiques du libéralisme, 1992.
  13. Daniel Mercure (dir.), Une Société-monde ? Les dynamiques sociales de la mondialisation, De Boeck Université, 2001, p. 12.
  14. Serge Halimi, « Les recettes idéologiques du président Sarkozy », Le Monde diplomatique, juin 2007, p. 1, 8 et 9.
  15. Ouest-France, 20 septembre 2007
  16. Dépêche Reuters du 7 septembre 2007 : « Sarkozy dit ne pas être "impressionné" par les "ultra-libéraux" ».
  17. Déclaration de Marie-George Buffet, 6 mai 2007
  18. Le programme de Bayrou… centré sur l’ultralibéralisme, Hebdo des socialistes
  19. « Alain Soral vient parler pour la première fois en Belgique », 22 novembre 2007.
  20. Ultralibéral à Paris, « régulateur » à Bruxelles, Le Monde, 9 février 2004
  21. « Bayrou veut un nouveau référendum européen en 2009 », Le Figaro, 13 février 2007.
  22. « Le MEDEF dit “oui” au traité », Témoignages, 20 avril 2005.
  23. Convention présidentielle à Lille : le discours de clôture, 25 février 2007
  24. Michèle Dessenne, compte rendu de Les Coulisses du commerce équitable. Mensonges et vérités sur un petit business qui monte de Christian Jacquiau, Le Monde diplomatique, mai 2007, p. 26.
  25. « Directive "Bolkestein". Faire barrage à un projet ultra-libéral ! », 18 novembre 2005.
  26. José Bové, « Pour une agriculture paysanne », Le Monde diplomatique, octobre 1999, p. 32.
  27. « Alain Madelin s'exprime sur l'ultralibéralisme ». Ce discours se retrouve également chez Jean-Marie Bockel, sénateur PS, dans sa motion au Congrès du Mans : « Parce qu’à force de confondre le libéralisme et l’ultralibéralisme, nous devenons aveugles au monde et incapables d’agir sur lui [...]. Parce qu’à force de confondre le libéralisme et l’ultralibéralisme, nous nous résignons à un étatisme convenu, à une conception centralisée et autoritaire de l’action publique. » [PDF] Motion Bockel
  28. Édouard Laboulaye, La liberté d'enseignement et les projets de loi de M. Jules Ferry, chap.2, pp.174-175, Les Belles Lettres, 2007, (ISBN 978-2-251-39045-1)
  29. Salin, Libéralisme, Odile Jacob, 2000, p. 48
  30. a et b Guy Sorman, La nouvelle solution libérale, Fayard, p. 109-111
  31. « [on parle d'ultralibéralisme] pour suggérer l'idée que les libéraux sont des extrémistes politiques, proches d'une extrême droite autoritaire, dont ils sont en réalité aux antipodes. » Salin, ibid., p. 3-4
  32. Pierre-André Taguieff, Les contre-réactionnaires, 2005, en particulier les chapitres 1 & 2.
  33. Taguieff, ibid, p. 70
  34. Taguieff, ibid, p. 22
  35. Taguieff, ibid, p. 71
  36. A severe crise d'identité - France and the EU - To come, The Economist, 28 mai 2005
  37. Hervé Morin, « Qui sont les centristes ? », Le Figaro, 14 mars 2008, [lire en ligne]
  38. a et b Alain Wolfelsperger, "L'ultra-antilibéralisme ou le style paranoïde dans la critique", Commentaire, Hiver 2006, No 116, [lire en ligne]
  39. Friedrich A. Hayek, Droit, Législation et liberté, Paris, PUF, , 960 p. (ISBN 978-2-13-062587-2), p. Chapitre X : L'ordre du marché, ou catallaxie
  40. Pascal Salin, Libéralisme, Odile Jacob, 2000, p 26
  41. « Nommer l'ennemi », Le Plan B, no 6, février-mars 2007.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jacques Moreau, L’Économie sociale face à l’ultra-libéralisme, Éditions Syros, 1994.
  • Jean-Christophe Rufin, La Dictature libérale, éd. J.-Cl. Lattès, 1994.
  • Yves Guiheneuf, Économie et utopie : du marxisme à l'ultra-libéralisme en 31 points, Éditions L'Harmattan, 2002.
  • Christian Julienne, Le diable est-il libéral, Les Belles Lettres, 2002
  • Éric Brunet, Être de droite, un tabou français, Albin Michel, 2006
  • Pascal Salin, Français n'ayez pas peur du libéralisme, Odile Jacob, 2007
  • Frantz Durupt, « Peut-on vraiment qualifier François Fillon d'“ultralibéral” ? », Libération,‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]