Jean-Louis Caccomo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean-Louis Caccomo
Jean-Louis Caccomo.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Mouvement
Site web

Jean-Louis Caccomo né le à Carcassonne[1] est un économiste et universitaire français spécialisé sur la théorie de l'innovation et l'économie du tourisme. Il est maître de conférences à l'Université de Perpignan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière académique[modifier | modifier le code]

Il est docteur en sciences économiques de l'Université d'Aix-Marseille II. Maitre de conférences, il est responsable des relations internationales du département « Économie & Management », et directeur du Master professionnalisé « Économiste Financier » à l'Université de Perpignan.

Il a été consultant auprès de l'Organisation mondiale du tourisme et participe à des programmes de coopération académique sur le thème de la formation supérieure et de la recherche en économie du tourisme[2][source insuffisante].

Selon Éric Brunet dans Être de droite : un tabou français, il a été exclu de promotions pour certaines de ses prises de position jugées comme non conformes au « politiquement correct » de l'université française[3]. Brunet déclare ainsi : Dans mon livre, je raconte l'histoire de ce professeur d'économie français, Jean-Louis Caccomo, connu dans le monde entier, et que l'université française a muté dans l'université décentralisée de Mende, en Lozère[4].

Activités dans les médias[modifier | modifier le code]

Il a été chroniqueur économique à l'Agefi, quotidien suisse de l’économie et des finances, et a écrit des contributions dans Les Échos, Le Monde, Le Figaro, Le Midi libre ou Valeurs actuelles[5]. Il participe depuis au journal libertarien en ligne le Québécois Libre. Il est depuis 2007 chroniqueur dans Politique magazine.

En 2016, il cofonde un magazine et réseau social politique "Politic Région" avec Jean-Christophe Giesbert et Jean-Marcel Bouguereau[6]. Ce magazine sera mis ensuite en liquidation judiciaire en 2018[7].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Il a un temps été responsable local d'Alternative libérale à Perpignan et participe aux Cercles libéraux catalans[8] ou à la Fête de la liberté. Il tient les blogs Chroniques de résistance et Chroniques en liberté, sur lesquels il défend l'idée d'un libéralisme ancré à droite et critique vis-à-vis du gouvernement actuel. Il est particulièrement critique du concept de « justice sociale »[9].

Affaire judiciaire[modifier | modifier le code]

En 2009, il témoigne contre son université en l'accusant de revendre de faux diplômes à des chinois[10].

De 2013 à 2014, il est hospitalisé de façon illégale au CH de Thuir (Pyrénées-Orientales) puis en clinique psychiatrique jusqu’au . Il porte plainte contre l'université de Perpignan et l’hôpital à l'origine de son internement psychiatrique[11] et obtient gain de cause contre l'hôpital, mais fait appel estimant que la responsabilité de l'université était aussi engagée[12].

En 2019, il porte plainte contre le président de l'université de Perpignan pour "actes de torture", accusant le directeur de l'université Fabrice Lorente de lui avoir fait des représailles après qu'il avait relayé des dénonciations de corruption de la part d'étudiants souhaitant acheter leur diplôme universitaire[13].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres
Articles/Contributions
  • 2000, National innovation Systems and Evolutionary Theory: a panorama of the Literature, Journal des économistes et des études humaines, Vol 10, n°4, décembre
  • 2002,
    • a. « Système nationaux d’innovations, changement technologique et cycles économiques », In: C. Diebolt, J. L. Escudier, "La croissance économique dans le long terme. Formes historiques et prospective", L'Harmattan, Collection Logiques Economiques, Paris
    • b. "La mondialisation : réflexion autour d’un concept ambiguë", In: R. Granier et M. Robert, dir., "Culture et structures économiques", Economica, Paris
  • 2007,
    • a. "Analyse économique du secteur touristique : application au cas des DOM", In: N. Levratto, dir., "Comprendre les économies d’outre-mer", L’Harmattan, Paris
    • b. Fondements de l’économie du tourisme, De Boeck Université, Bruxelles
    • c. dir., "Tourisme et frontières", L’Harmattan, Paris
  • 2010, "L’approche évolutionniste dans l’analyse économique : le concept de rationalité revisité", In: M. Amblard, "La rationalité, mythes et réalités", L’Harmattan, Paris
  • 2012, Libres ! - 100 auteurs / 100 idées, collectif la main invisible, passage 46: L’Inculture Économique des Français.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :